Voyage

Annecy en quatre atouts

Cap sur l'est de la France pour découvrir Annecy et les trésors dont regorge cette superbe ville.
Reading time 6 minutes
Black Bass, le tout dernier des cinq étoiles

Rive Ouest, à Sevrier exactement, face aux Monts Veyrier et Baret, l’hôtel Black Bass vient d’ouvrir ses portes. Black Bass ? Un poisson carnivore d’eau douce, autrement surnommé perche truitée ou perche noire. Ici The famous Black Bass ( Lire « Pêche en eau trouble » de Carl Hiaase aux éditions Denoël) se décline au hasard des terrasses, restaurants, chambres et suites de l’établissement sur plus de 6000 mètres carrés de jardins. La déco regarde du côté des années 30, 40, et même 50, imprimée d’un univers d’ouïes et d’écailles, de bancs de sardines ou bonites argentées qui couvrent un bar aux cocktails savants. Le tout face au lac, majestueux. Un hôtel cinq étoiles disiez-vous ? Oui ! Sans aucun chichi pourtant. Les chambres y sont stylées mais non ostentatoires, le restaurant goûteux mais sans prétention d’étoiles. Et puis la vue, imprenable. Un personnel chaleureux, sans être obséquieux. Un moment doux, naturel, classieux eut dit Gainsbourg.

Annecy et ses airs d’Italie 
/

La Venise du Nord, disent-t-ils… Une de plus après Amsterdam, Bruges, Hambourg, Saint-Pétersbourg…Une appellation tellement galvaudée…Venise ne ressemble à rien au monde. Annecy, toutes proportions gardées, non plus. Mais justement, si Annecy est desservie par deux canaux, limpides tels des sources, ceux ci sont des chemins qui guident le voyageur en une vieille ville unique. Annecy se donne des airs d’Italie, particulièrement les jours de marché. Les échoppes semblent toutes anciennes, mais on ne s’y trompe pas, la cité médiévale regorge de nouvelles adresses. Branchées ? Oui mais dans la simplicité. Des pâtisseries de Liber’Tart aux tisanes du Sanglier Philosophe, des macarons Mondolier aux cafés qui ouvrent à gauche à droite, au fil de l’eau, on se sent bien, simplement joyeux. Un stop non loin du lac dans ce bistrot dédié à la pétanque au coucher du soleil couronne le tout. On y tâterait volontiers du cochonnet.

Le bleu du lac 
/

Sur les berges, dans le ciel, sur l’eau et sous l’eau, le lac d’Annecy se vit de maintes façons. D’abord il y a l’eau. Translucide, d’une limpidité étonnante. Pas étonnant donc, en cet été indien où la température est encore de 22 degrés (si si…J’ai testé) que les plongeurs du monde entier viennent s’immerger dans ces bleus. Bouteilles sur le dos ils descendent, visiter à 40 mètres de profondeur, l’une des rares épaves en eau douce. Le France, bateau de croisière à vapeur lancé en 1909 a coulé en ces eaux sans que l’on sache exactement pourquoi, en 1972, au large de l’Impérial Palace. Un must semble-t-il. D’autres plongeurs eux, n’ont guère à s’embarrasser de ces bouteilles d’oxygène. Avec une fosse de 80 mètres de fond, le lac d’Annecy est devenu l’un des hauts lieus d’apnée en eau douce.

Puis ce sont les berges à nouveau. Quelques châteaux, mystérieux, des demeures somptueuses, propriétés d’ industriels industrieux. Des villages où l’on rêverait de s’installer, les plages, classées parmi les plus belles d’Europe. Près de 40 kilomètres de piste cyclable. Sur l’eau, quelques voiliers, des skieurs, forcément nautiques, du Kite sur foil, touchant à peine l’eau, entre deux airs. Enfin les airs, justement, que peuple une multitude de parapentes, d’où l’on contemple la somptuosité du site, l’eau, turquoise, émeraude parfois, dans laquelle se mirent les montagnes, éternelles.

Gastronomie : pluie d’étoiles sur le lac d’Annecy 
/

À Talloires, dans ce village sorti d’un rêve sur les bords du lac, se trouve l’Auberge du Père Bise. Une étape légendaire où Jean Sulpice s’est installé en compagnie de son épouse Magali. La cuisine s’y inspire autant de l’élément minéral qu’aquatique. Les poissons du lac s’accommodent d’herbes des montagne. La cuisine y est sincère, virginale. Omble Chevalier au beurre Maître d’Hôte, épicéa au Ris de veau, antésite, bourrache et marjolaine, les papilles frétillent.

Non loin de là, à quelques pas, à Veyrier-du-Lac, œuvre Yoann Conte. Un deux étoiles comme on en rêve. La jolie rusticité des bois blonds du restaurant répond joliment à une cuisine audacieuse mais aussi de tradition, naturelle, locale. En son cœur l’atelier culinaire où Yann Conte compose ses mets. Du homard entier au pigeon fondant croquant…i y a de quoi se pâmer.

Puis retour à Annecy et ses deux très belles adresses.

Laurent Petit est le chef d’orchestre du Clos des Sens. Un trois étoiles Michelin s’inspirant tant des eaux des trois lacs, Annecy, Bourget et Léman que des montagnes boisées des Bauges. La symphonie est parfaite, exquise. Des menus de 5, 7 ou 10 saveurs. La découverte de l’univers de l’un des meilleurs artisans culinaires au monde. A vos fourchettes.

L’Esquisse enfin, au cœur de la vieille ville d’Annecy. Un restaurant une étoile en un écrin. Des produits locaux, de saison, goûteux et légers. Un foie gras cuit au sel, tomate et basilic divin, les poissons des lacs alpins frais et dorlotés. Une bien belle adresse pour finir en beauté cette tournée des étoiles, tombées sur le lac d’Annecy.

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous