We Love France

Les 5 adresses fétiches de Christophe Michalak en Île-de-France

Enfant, il rêvait d'être dessinateur. La vie en aura décidé autrement. Et faute d'entrer aux Beaux-Arts, c'est au bel art de la pâtisserie que Christophe Michalak consacrera sa vie. Et avec quelle réussite !
Reading time 5 minutes

À peine âgé de 18 ans, Christophe décroche une bourse qui lui permet de rejoindre l’équipe de pâtisserie du Hilton de Londres. Suivront plusieurs années de formation et de voyages : Bruxelles, Nice (au Negresco), Paris (chez Fauchon où il noue une belle relation avec Pierre Hermé), puis deux années à Kobé au Japon. Il a tout juste 26 ans quand Alain Ducasse lui propose la place de chef pâtissier de l’hôtel Plaza Athénée. Sur les conseils de son ami, le chef Jean-François Piège, il accepte le challenge. Le jeune homme est lancé et peut, en toute logique, décrocher en 2005 le titre de “Champion du monde” de la pâtisserie.


Après avoir révolutionné la pâtisserie française avec ses fameux Kosmik et Fantastik, le chef qui s’applique quotidiennement à coacher de futurs pâtissiers en vue de concours nationaux et internationaux, ouvre une école de pâtisserie en 2013. “J’avais envie de permettre à des non professionnels d’accéder à l’enseignement d’une pâtisserie décomplexée et moderne.” La Michalak Masterclass voisine dans les locaux avec le Michalak Take Away (devenu depuis le Café Michalak), première boutique de Christophe. La suite est un parfait exemple de success story. Et la télé ne s’y trompe pas. Le jeune pâtissier est ainsi invité à devenir juré de l’émission Qui sera le prochain grand pâtissier ? et il va devenir, pendant trois saisons, le chef animateur de Dans la peau d’un chef, une quotidienne diffusée sur France 2. Les ouvertures de boutiques vont alors se succéder. Une deuxième pâtisserie dans le quartier du Marais en octobre 2015, une troisième à deux pas de la place Saint-Sulpice en septembre 2016. En janvier 2018, création d’un salon de thé au Printemps du goût et en octobre de la même année, la première pâtisserie Michalak en dehors de France est inaugurée à Tokyo sur la grande avenue Omote Sando. Christophe Michalak y remplace la première pâtisserie française ouverte par Lucien Peletier dans les années 70... Le business Michalak est une affaire de famille car Delphine, la jeune épouse de Christophe, a mis entre parenthèse sa carrière de comédienne et d’humoriste (on la connaît sous le nom de scène de Delphine McCarty) pour prendre en mains la communication de l’entreprise. Les projets ne manquent pas. En juin, Christophe signera la carte sucrée du restaurant Lapérouse, la belle maison royale ouverte en 1700 et réveillée par le Moma Group (FrouFrou, Ran, Mamo, Club 13, Shellona, Noto, Manko...). Avec les mêmes partenaires, il sera également présent à la carte du Café de l’Hôtel de la Marine qui devrait ouvrir l’an prochain, dans le cadre majestueux de ce bâtiment historique qui trône sur la place de la Concorde à côté de l’Hôtel de Crillon. Enfin, tout en galopant entre son laboratoire et des réceptions officielles au bout du monde, Christophe Michalak, qui se déplace dans Paris à vélo électrique, travaille à la conception de la carte de Polichinelle, le restaurant de légumes de Yooma Urban Lodge, l’auberge urbaine du futur imaginée par Ora Ito quai de Grenelle. L’avenir est aux pâtissiers qui bougent !

Ses cinq adresses en Île-de-France

1. L’hôtel Trianon Palace à Versailles
“Pour un week-end en famille, flâner dans la fôret, louer des vélos, et surtout déguster les desserts de mon ami Eddie Benghanem, certainement un des meilleurs pâtissiers de France.” Trianonpalace.fr

 

2. L’abbaye des Vaux de Cernay
“Passage obligé au printemps pour découvrir la vallée de Chevreuse, prendre une barque dans le domaine et couper les portables.” Abbayedecernay.com

 

3. Le restaurant Ne/So de Guillaume Sanchez
“On peut y déguster une cuisine incroyable et très créative. Cet ex-chef pâtissier explose tous les codes de la nouvelle gastronomie.” e 6, rue Papillon, Paris 9. Neso.paris.

4. La pâtisserie Bontemps 
“Pour bruncher dans une parenthèse enchantée. Les gâteaux sont simples et terriblement bons. Fiona, ancienne trader, a tout arrêté pour se consacrerà sa passion pour la pâtisserie. Tarte à la tomate et tarte citron-vanille orgasmiques.”
57, rue de Bretagne, Paris 3e.

5. Le concept Magna Street Food
“Ou comment revisiter la pizza napolitaine. Une grosse claque! Les meilleures pizzas de ma vie. Attention c’est tout petit, quelques tables et un certain temps d’attente, mais le résultat en vaut la chandelle.” 48, rue Notre-Dame-de- Lorette, Paris 9e.

Articles associés

Recommandé pour vous