Voyage

La Co(o)rniche fête ses 10 ans

Et oui déjà 10 ans que la mythique Corniche, revue et corrigée par Philippe Starck, est devenue « the place to be » sur le Bassin d’Arcachon. L’occasion d’y retourner prendre un verre au coucher de soleil.
Reading time 4 minutes

À peine a-t-on posé un pied sur l’immense terrasse de la Co(o)rniche qu’on ne peut se retenir de s’extasier... D’où le rajout d’un « o » à son  nom : il fallait y penser ! Le regard se perd de l’Océan à la presqu’île du Cap-Ferret, s’arrêtant au banc d’Arguin, piqué à l’entrée du Bassin, dont la géométrie varie selon les marées et les années… Sur la gauche, la dune du Pilat sert de tremplin aux parapentes multicolores. Mais cette situation exceptionnelle n’est pas le seul atout de ce cinq étoiles. Philippe Starck, tombé amoureux du lieu a su en garder l’âme tout en appliquant ses codes-signatures : carreaux de ciment au sol, lustres XXL, tables hautes dans le restaurant et le bar, carreaux de verre multicolores soulignant les fenêtres… . Le bâtiment principal affiche un côté un rien basque, propre aux villas des années 30. Devant l’hôtel, un tamaris veille sur le jardin divisé en carrés de plantes aromatiques et sur un gigantesque jeu d’échecs. Le lobby a conservé son aspect d’origine avec ses boiseries sombres et ses fresques d’époque, l’ensemble étant ponctué de vitrines de verre et d’acier renfermant des « objets intelligents ».

Dans les 29 chambres, les murs s’habillent de larges planches peintes en blanc intercalées de jaune ou rose pâle, des étagères courant à mi-hauteur des murs exposent livres et objets hétéroclites. On accorde une mention très bien à celles abritées dans les cabanes inspirées du village ostréicole de l’Herbe, pourvues d’une immense terrasse regardant le Bassin. Au Rest(o), qui affiche un look de chai ostréicole version XXIe siècle, la carte imaginée par Philippe Falières et Christophe Beaupuy met en avant, comme il se doit, les produits du cru. On se régale de plateaux de fruit de mer, poissons arrivant droit de la criée d’Arcachon et de plats classiques saupoudrés d’un zeste de créativité : mi-cuit de foie gras, gelée de pêches à la verveine, pressé de joue de bœuf Angus, carré d’agneau rôti, mousseline de patate. En dessert ne pas zapper le superbe Paris-Pyla. Touche magistrale : la piscine aux allures de bassin ostréicole rappelle la vocation du Bassin.

La Co(o)rniche
46, avenue Louis Gaume, 33115 Pyla-sur-mer.
Tél. : 05 56 22 72 11
lacoorniche-pyla.com

 

Pyla Yachting, l’atout gagnant

Cet été, les vacanciers peuvent découvrir le Bassin dans ses moindres recoins en s’offrant les services de Pyla Yachting. A bord d’un élégant bateau habillé de teck, pensé par un prestigieux constructeur naval local, Nicolas Neyraud, le skipper se fait un plaisir d’emmener ses passagers découvrir les hauts lieux du Bassin. D’une baignade dans les eaux turquoise du banc d’Arguin en passant par un déjeuner à bord devant l’île aux Oiseaux ou un apéro dinatoire pour savourer le coucher de soleil au Cap Ferret ou même encore déguster des huîtres dans l’une des cabanes des villages ostréicoles de l’Herbe ou du Canon, Nicolas concocte un programme de rêve et bien ficelé ! D’avril à novembre, balade privée jusqu’à 12 passagers. L’embarquement s’effectue à Arcachon, au Cap Ferret, au Canon ou à Piquey.

Quai Goslar Port d’Arcachon. 33120 
Tél. : + 33 6 21 4712 07
nicolas.neyraud@pylayachting.com

/

Articles associés

Recommandé pour vous