International Watch Review

La Tourbillon Automatique Talisman, l'ultra-féminine de Richard Mille

Passionné par le sport automobile, ayant fait de l’innovation et de l’audace technologique les vertus cardinales de la maison horlogère portant son nom, on aurait pu croire Richard Mille uniquement tourné vers une clientèle masculine. Il n’en est rien. Il propose, depuis 2005, des montres ultraféminines, à l’image du nouveau modèle RM 71-01 Tourbillon Automatique Talisman, venant couronner toute une collection pour dame. Haute horlogerie et hot séduction…
Reading time 10 minutes

Heureux hommes! Cela fait déjà dix-sept ans qu’ils ont la possibilité de rêver, voire de fantasmer, devant les montres Richard Mille, dévoilées pour la première fois en 2001, lors de la naissance officielle de la marque. Les femmes, elles, ont dû patienter quatre années supplémentaires avant de pouvoir porter un modèle spécialement conçu à leur intention. En 2005, on vit ainsi apparaître la RM 007, une pièce automatique exprimant les codes visuels de la maison – à commencer par la forme tonneau du boîtier – mais dans un gabarit mieux adapté à leurs goûts comme à leurs poignets. Convaincu de l’intérêt croissant des femmes pour des montres exceptionnelles sur un plan technique comme esthétique, Richard Mille n’allait évidemment pas s’arrêter là; la RM 007 ne fut que le premier opus d’une longue et ininterrompue collection horlogère pour dame. Comme on ne change pas une équipe qui gagne ni un concept triomphal, les ingrédients sont identiques, à savoir un mélange subtil d’avancées technologiques et de matériaux novateurs. Look spectaculaire garanti!

Carbone, céramique et titane 

Dès le lancement de modèles féminins, il y a treize ans, nombre de boîtiers se retrouvèrent sertis de diamants, mais la piste joaillière ne fut pas la seule à être empruntée pour féminiser les montres Richard Mille. C’est aussi le choix d’un design global fort et d’une grande audace esthétique qui donna leur sex appeal aux créations de la manufacture installée aux Breuleux, dans le Jura suisse. Et comme l’histoire de la maison reste viscéralement tournée vers le futur, on ne cessa de retrouver dans toutes ses montres pour dame des matériaux high-tech et des complications sophistiquées. Il en fut ainsi des héritières successives de la RM 007 originelle. Parmi ces différentes versions figurait le modèle Titalyt® , abritant un mouvement automatique avec rotor en titane et carbure de tungstène. Le matériau composant le boîtier relève, quant à lui, davantage de la science-fiction que de l’horlogerie traditionnelle: le Titalyt® résulte, en effet, d’un procédé d’oxydation du titane par électro- plasma, qui améliore la dureté du métal et, par conséquent, sa résistance aux frottements, à l’usure et à la corrosion. Pas étonnant de le retrouver dans les secteurs de l’automobile, de l’aérospatiale ou de la médecine de pointe.

Pour les RM 07-01 Céramique, Carbone TPT® ou Quartz TPT® , il fut à nouveau question, comme leurs noms l’indiquent, de matériaux innovants et de nouvelles combinaisons entre matières high- tech et pierres précieuses. « Après avoir travaillé sur le sertissage du Carbone TPT® , nous souhaitions étendre cette nouvelle technique à d’autres matériaux. Et c’est tout naturellement vers la céramique que notre choix s’est porté car cela ne s’était jamais fait auparavant », explique Cécile Guenat, directrice des collections femmes chez Richard Mille.

Et pour rester en cohérence avec la volonté toujours exprimée de combiner esthétique et technicité, le mouvement automatique de cette montre en céramique sertie dispose d’un rotor en or à géométrie variable, capable d’adapter le processus de remontage aux mouvements de l’utilisatrice. Parmi les nombreuses références conçues et réalisées au fil des années, une autre pièce d’exception illustre parfaitement l’esprit des montres féminines Richard Mille : la RM 07-02 Pink Lady Saphir. Il s’agit « tout simplement » d’un modèle au boîtier tripartite réalisé à partir de blocs de saphir rose taillés dans la masse. Pas moins de quarante jours d’usinage et de finition sont nécessaires pour parvenir au résultat final.

L’intérieur est au diapason de l’enveloppe extérieure, puisque l’on trouve un mouvement automatique squelette doté d’un balancier à inertie variable et d’un rotor à géométrie variable en or rouge serti de diamants ! Sans oublier le cadran central en onyx et pierres précieuses.

Pour accroître encore le potentiel de séduction de ses modèles pour dame, Richard Mille a également élargi la palette de ses bracelets. Au cuir, à l’alligator et au caoutchouc s’est ajoutée la possibilité de porter certaines montres sur des bracelets en or, et même en versions gourmettes.

L’éclosion de la Tourbillon Fleur… 

L’année 2014 a été marquée par la sortie d’une déclinaison féminine du modèle RM 037, déjà considéré comme unisexe. Baptisée RM 037 Ladies, celle-ci continue de marier un look très travaillé et un mécanisme de pointe. Côté écrin, le boîtier – serti ou non – est proposé en céramique blanche ou noire avec une carrure en or rouge, ou encore intégralement en or rouge ou en Carbone TPT® associé à un cadran orné de pierres précieuses, d’onyx, de nacre ou de jaspe. Pour animer cette pièce dotée d’une grande date à 12 h, c’est le mouvement squelette, calibre maison CRMA1 avec ponts en titane, qui a été retenu. Côté innovation, le modèle est équipé d’un sélecteur de fonctions permettant de choisir entre les positions remontage, neutre ou mise à l’heure, sans manipulation de la couronne. Avec cette RM 037 Ladies, Richard Mille ajoutait à sa gamme féminine une nouvelle proposition d’une grande élégance.

Avec la présentation, en 2015, de la RM 19-02 Tourbillon Fleur, réalisée en 30 exemplaires seulement, Richard Mille a exploré un nouveau chemin en matière de créativité. Non seulement cette montre sertie de diamants dispose d’un tourbillon, considéré comme l’une des complications maîtresses de la haute horlogerie, mais en plus celui-ci se trouve intégré au cœur d’une fleur de magnolia. Grace à un mécanisme automate recevant l’énergie d’un barillet dédié, les cinq pétales peints à la main s’ouvrent automatiquement – ou à la demande en agissant sur un poussoir situé à 9 h – et dévoilent le tourbillon volant ainsi que son pistil orné de pierres précieuses. Tour de force supplémentaire : lors de l’ouverture de la fleur, au milieu d’un cadran en or sculpté aux allures de parterre de feuillage, l’ensemble du tourbillon se soulève d’un millimètre, comme pour mieux s’offrir aux regards.

… et l’éveil du phœnix 

Avec la ligne RM 051, Richard Mille aborde un nouveau chapitre de son histoire horlogère au féminin. Si tous les ingrédients initiaux demeurent inchangés – forme tonneau, matériaux de pointe et complications spectaculaires –, la collection se tourne encore davantage vers la création artistique. Une évolution née de sa collaboration avec l’actrice Michelle Yeoh. Celle-ci va puiser son inspiration dans ses racines malaisiennes pour imaginer de spectaculaires montres de haute joaillerie. Ainsi apparaît la RM 051 Tourbillon Phœnix – Michelle Yeoh. En lieu et place du traditionnel cadran, l’oiseau légendaire symbolisant l’immortalité, car capable de toujours renaître de ses cendres, semble abriter sous ses ailes étendues le mouvement de la montre et sa platine en onyx noir. Si cette pièce n’existe qu’en une série limitée à 18 exemplaires, c’est tout simplement parce qu’il s’agit du nombre fétiche de Michelle Yeoh.

La RM 51-01 Tourbillon Tigre & Dragon – Michelle Yeoh se place dans cette même veine créative, explorant la mythologie asiatique. Cette fois, un dragon et un tigre paraissent se défier du regard et se disputer le trésor que constitue le tourbillon. Sculptés dans l’or et minutieusement rehaussées de détails peints à la main, les deux animaux légendaires semblent également protéger de leur corps le mécanisme conçu en titane. Une étonnante pièce réalisée en série limitée de vingt exemplaires. La RM 51-02 Tourbillon Diamond Twister délaissera, quant à elle, le monde animal pour mettre en scène une spirale de diamants. Tel un vortex d’étoiles s’enroulant sur lui-même au fin fond d’une galaxie…

/

De la RM 007 dévoilée en 2005 à la RM 51-02 Tourbillon Diamond Twister, en passant par la RM 037 Ladies Carbone TPT® ou la RM 07-01 Ladies (en céramique sertie ou Carbone TPT® ), c’est toute une lignée de modèles féminins Richard Mille qui a vu le jour.

Articles associés

Recommandé pour vous