Femmes

Eleonore Toulin : "je ne m’imagine pas forcément comme la parisienne type"

by Laure Ambroise
20.06.2017
À tout juste 26 ans, Eleonore Toulin, passionnée de photographie, gravite dans le monde de la mode entre grandes maisons, comme Chanel, et jolis projets. Celle à qui nous avions consacré une série voilà deux ans est aujourd’hui notre cover story, une sacrée épopée pour elle, considérée par les Américains comme “la” Parisienne.

Article initialement publié dans le magazine Jalouse n°202

Photographie par Andrew Nuding
Vidéo par Yannis Delvas
Réalisation par Jennifer Eymère
Coiffure et Maquillage par Idalmi
Assistantes stylisme Alizée Hénot et Giulia Venturini
Mise en beauté avec le maquillage Chanel

Maillot de bain en jersey et strass, ceinture en cuir à boucle en métal, résine et perles et sac à dos Gabrielle de Chanel en cuir surpiqué, anse en métal bicolore entrelacé de cuir, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite.

Que vous a apporté de grandir avec un père français architecte et une mère franco-américaine décoratrice d’intérieur ?

J’ai eu beaucoup de chance, car j’ai évolué très tôt dans un milieu artistique riche, ils étaient ouverts à tout et ont toujours accepté et soutenu mes choix artistiques, pas toujours très sérieux. Grandir avec cette double culture m’a permis très jeune de m’ouvrir sur le monde, et c’était génial.

Maillot de bain en jersey stretch et sac à main Gabrielle de Chanel en veau velours surpiqué et cuir, anse en métal bicolore entrelacé de cuir, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite. Short en cachemire, Barrie.

Parlez-nous de vos études.

Après une année à vagabonder à New York, je suis rentrée à Paris, à 19 ans, et j’ai étudié pendant deux ans la photographie à l’EFET, une école privée dans le 12e. Parallèlement, j’assistais le photographe Thierry Bouët, que je suis fière d’appeler mon mentor, car je lui dois beaucoup, il m’a aidée à grandir artistiquement et personnellement. Ces deux années ont été très formatrices, j’ai appris la technique, l’histoire de la photo, et j’ai pu les mettre en pratique grâce à Thierry Bouët.

Pantalon en maille brodée de sequins et sac à main Gabrielle de Chanel en cuir surpiqué brodé de charms en métal et strass, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite. Pull à manches courtes en cachemire, Barrie. Vernis Sea Whip, Chanel.

Votre père vous a offert votre premier appareil photo à 14 ans, cela a-t-il été votre déclic pour devenir photographe ?

Oui, j’ai commencé à faire des portraits de mes amis et ça a tout de suite été une évidence, je voulais être photographe. Je prends surtout des photos de mes amis, de ma famille et des personnes que je rencontre lors de mes voyages. J’ai toujours sur moi mon Contax T2, avec lequel je documente tout ce que je vis. J’adore l’idée qu’on puisse entrer dans mon intimité à travers mes photos et, presque, voyager avec moi.

Sac à main Gabrielle de Chanel en veau velours surpiqué et cuir, anse en métal bicolore entrelacé de cuir, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite.

Vous avez été photographe au nom de Chanel pour W magazine, pouvez-vous nous raconter cela ?

À vrai dire, c’est plutôt l’inverse, W magazine m’a missionnée pour photographier les backstages du défilé Chanel. J’ai trouvé intéressant de pouvoir partager ce que j’étais en train de vivre, de ce qu’on peut voir dans les coulisses d’un défilé.

Veste en cuir perforé et sac à main Gabrielle de Chanel en cuir surpiqué, anse en métal bicolore entrelacé de cuir, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite.

Quels sont vos livres préférés sur la photographie ?

Subway, de Bruce Davidson, Tokyo 1961, de William Klein, The Democratic Forest, de William Eggleston, Quelle vie de chien, d’Elliott Erwitt, American Surfaces de Stephen Shore ou A Wonderful Time : An Intimate Portrait of the Good Life, de Slim Aaron

Jean en denim surpiqué de coutures colorées, sac à dos Gabrielle de Chanel en tweed et cuir, anse en métal bicolore entrelacé de cuir, et raquettes de plage en bois, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite.

Qui vous a mis le pied à l’étrier du mannequinat ?

Mon premier agent, Arnaud Valois. Un vrai coup de foudre quand nous nous sommes rencontrés. Il m’a toujours poussée à être moi-même, naturelle, c’est le meilleur conseil qu’on puisse donner.

Culotte de maillot de bain en jersey et strass, sac à dos Gabrielle de Chanel en cuir surpiqué, anse en métal bicolore entrelacé de cuir, et drap de plage, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite.

Racontez-nous votre premier défilé Chanel Métiers d’Art à Salzbourg.

C’était assez magique. Comme si le temps était suspendu à l’époque de Sissi. Le défilé se passait dans un palais magnifique dans le sud de Salzbourg, nous devions défiler parmi les invités assis dans des salons rococo somptueux avec une musique enchanteresse. Un très beau voyage dans le temps !

Peignoir en éponge brodée de strass, combinaison en jersey entièrment brodé de squins et sac Gabrielle de Chanel en veau velours surpiqué, anse en métal bicolore entrelacé de cuir, Collection Chanel des Métiers d’art : Paris Cosmopolite.

On vous voit très souvent sur le site internet du Vogue américain comme “la” Parisienne, une image qui vous colle à la peau. Cela vous flatte-t-il ?

Bien sûr, même si je ne m’imagine pas forcément comme la Parisienne type. Et je trouve assez amusante cette fascination outre-Atlantique pour “la Parisienne” – tout ce qu’on fait, c’est fumer des clopes, boire du vin et manger de la charcuterie, pas très sexy.

Cette image internationale de Parisienne, vous la partagez avec votre amie Jeanne Damas, l’auriez-vous imaginé ?

Pas du tout ! Je ne me destinais absolument pas à une carrière de mannequin, mais je suis très heureuse de pouvoir explorer le monde grâce à ce métier.

 

 

Quels sont les avantages d’être une Parisienne aux États-Unis ?

Pouvoir prendre des pauses cigarette pendant les séances photos.

 

 

Vos icônes du style ? 

Serge Gainsbourg, Betty Catroux et Charlotte Rampling.

 

 

La pièce mode culte qui caractérise votre style ?

Mon jean ! Il est tellement confortable.

 

 

Si je ne me trompe, votre première série mode a été publiée dans Jalouse en 2015, et vous voici aujourd’hui cover girl de ce numéro, quelle épopée !

Comme le temps passe vite, surtout ! Je suis très heureuse et flattée de faire la couverture du magazine pour lequel j’ai fait ma première série… merci Jen <3

 

 

On entend dire que vous avez un projet avec l’actrice/it girl/réalisatrice Zoé Le Ber, pouvez-vous nous en dire plus ?

Zoé et moi travaillons en effet sur un projet de websérie, nous sommes au stade de l’écriture – vous en saurez plus à la rentrée ! 

e.jpg
Photo de classe quand j'habitais Londres, je devais avoir 5/6 ans.
b.jpg
Été 2001, chez mes grands-parents à Fontainebleau.
a.jpg
Je dois avoir 12 ans, je pose devant la porte d'entrée de notre maison à Bourron-Marlotte, en Seine-et-Marne.
d.jpg
Cette photo a été prise par mon grand-père à Fontainebleau.
c.jpg
Avec mon frère Paul et ma soeur Eugénie, sur le bateau qui nous emmène en Corse.

Quelle est la place d’Instagram dans votre vie, à quel moment est-il devenu professionnel ?

Instagram reste encore une chose assez étrange pour moi et j’ai toujours un peu de mal à m’en servir, eh oui ! Mais je pense que c’est une plate-forme intéressante pour partager son travail et le promouvoir.

 

 

Le type d’image qui attire le plus vos 28,2 followers ?

Je ne comprends pas vraiment ce qui marche ou pas, mais je dirais des portraits de moi en voyage.

 

 

Le “like” qui a le plus compté ?

Une photo de moi tout sourire à Ibiza.

 

 

À l’occasion de ce numéro Summer Party, pouvez-vous nous dire où vous partez cet été ?

Vous pourrez me trouver en train de griller sous le soleil de Cagliari, en Sardaigne, dans le Périgord à manger du foie gras et à Porquerolles sur un bateau.

 

 

Les trois morceaux qui vous entêtent à chacun de vos voyages ?

Kokomo, des Beach Boys. Escape (The Piña Colada Song), de Rupert Holmes. Peg, de Steely Dan.

 

 

Vos adresses de l’été ?

N’importe où en Italie !

 

 

Quels sont les Instagram que vous suivez ?

Je suis surtout les Instagram en rapport avec la photographie, comme celui de l’agence Magnum, et le NY Times ou des magazines de mode et d’art, ainsi que les Instagram de mes amis.

L'Officiel - Eléonore Toulin & Louis Vuitton
L'Officiel - Eléonore Toulin & Fendi
L'Officiel - Eléonore Toulin & Eres
L'Officiel - Eléonore Toulin & Vilebrequin

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous