Femmes

Anna Mouglalis : "Une révolution est en cours"

Elle est la première présidente de la République française dans la série “Baron noir”. Égérie et pétroleuse, radicale dans ses propos comme dans ses choix au cinéma, la comédienne s’engage pour la révolution du futur : féministe, bien sûr.
Reading time 3 minutes

Où auriez-vous aimé être durant la “nuit des barricades”, du 10 au 11 mai 1968 ?

Dans la rue ! Mettre de côté la peur, croire en la possibilité d’un changement, c’est magnifique. Je trouve dommage que les citoyens aient abandonné la rue aux forces de police. Mais j’ai aussi été très touchée par la pensée de Pasolini qui, dans ses Écrits corsaires, souligne que les flics sur lesquels les jeunes bourgeois vont taper sont des prolétaires.

 

 

Avez-vous vécu une révolution ?

La chute du mur de Berlin, en 1989. J’avais 11 ans et je me souviens des images à la télé : ces gens qui montaient sur ce mur et le cassaient, alors que, quelques jours avant, on leur aurait tiré dessus.

 

 

Quel slogan révolutionnaire vous parle ?

“Interdit d’interdire.” Il est aujourd’hui utilisé contre le mouvement Me Too, qui demande plus d’interdictions et d’application de la loi, mais c’est pour transformer les choses.

Que pensez-vous des combats qui animent les femmes en ce moment ?

Je pense qu’une révolution est en cours, je l’espère en tout cas. Je me suis impliquée dans le mouvement Maintenant On Agit, pour financer les associations qui accompagnent les femmes victimes de violence. On craint que cette libération de la parole puisse être utilisée à mauvais escient, mais la justice n’a jamais été parfaite. Moi-même, j’ai été agressée, et quand je suis allée porter plainte, la première question que l’on m’a posée est : “Vous étiez habillée comme ça ?”

 

 

Quelles figures révolutionnaires vous inspirent ?

Il y en a beaucoup, Rosa Luxemburg, Trotski, Louise Michel, Olympe de Gouges… J’aimerais faire une série télé pour les enfants sur les femmes révolutionnaires. J’ai l’impression que l’État a abandonné l’ambition de produire des programmes intelligents pour les enfants, et qu’à part faire de nous de formidables consommateurs il n’y a plus grand-chose… On en revient à Mai 68 : on n’est pas là juste pour consommer.

Once Upon a Woman : talking about revolution with Isabel Marant, Leila Bekhti,... - L'OFFICIEL

Anna Mouglalis en Chanel, à l'Hôtel National des Arts et Métiers, Paris 3e
Photographie par Vincent Dessailly
Coiffure et maquillage Céline Cheval, Blandine Desgraz, Louise Garnier, Christelle Minbourg

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous