L'Officiel Art

Quand Joana Vasconcelos enchante Le Bon Marché

Ses penchants marqués pour la création contemporaine, via sa Carte Blanche à un artiste, ont placé Le Bon Marché Rive Gauche sur le calendrier des rendez-vous incontournables des mois de janvier et février. L’édition 2019 délivre la vision spectaculaire de l’artiste portugaise Joana Vasconcelos, instillée dans les vitrines et les espaces intérieurs.
Reading time 3 minutes

 

Le coup d'envoi avait été donné par Ai Weiwei en 2016. Un choix fort que les visiteurs de l'emblématique établissement parisien avaient très largement plébiscité. Les univers de Chiharu Shiota (2017) puis de Leandro Erlich (2018) avaient chacun diffusé leurs lignes et signes comme autant de matière à décrypter, ou simplement regarder, à la manière d’une source d'inspiration dont l'empreinte perdure. En sollicitant Joana Vasconcelos, Le Bon Marché élargit sa palette du regard d'une artiste engagée depuis de nombreuses années sur le travail des étoffes qu'elle assemble et orne de broderies au crochet, fils et passementeries : autant d’outils d’une démarche ancrée dans les questionnements sociétaux.

/

En livrant cette œuvre intitulée Simone, Joana Vasconcelos renoue avec la série des figures de Valkyries auxquelles elle a donné jour en 2004. Adepte des formats monumentaux – entre sculpture et installation – l'artiste mêle un geste transgressif, souvent empreint d'humour, à sa connaissance profonde de la tradition. Ici, planant loin au-dessus du sol, serpentant autour des escaliers mécaniques, une forme organique d’une blancheur hypnotisante semble distiller son aura protectrice. Avec ses 30 mètres de longueur, 12 de largeur et 10 de hauteur : Simone évoque instantanément la force et la détermination des femmes ainsi prénommées que l’Histoire retiendra à jamais. Simone de Beauvoir, Simone Veil – chacune à sa manière et sur son territoire –, furent des femmes-essentielles, lanceuses d'alerte bien avant l’heure.

Joana Vasconcelos qui, parmi de nombreuses expositions personnelles, fut la première artiste femme à exposer au Château de Versailles (2012) et représenta le Portugal lors de la 55e Biennale de Venise (2013), évoque ainsi sa vision du Bon Marché : “Ce qui me frappe dans un lieu tel que Le Bon Marché, c’est la collusion entre une histoire attachée à la création de l'établissement à la fin du XIXe siècle avec l’essor industriel, l’architecture de fer, la création des grands magasins, le Paris légendaire... et ce qu’est aujourd’hui le Bon Marché, à savoir un endroit où l’on peut voir ce qui se fait de plus pointu dans le domaine de la mode et du design.”

 

“Branco Luz” - Joana Vasconcelos,
du 17 janvier au 17 février,
Le Bon Marché Rive Gauche,
24, rue de Sèvres, 75007 Paris.

/

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous