We Love France

Charles Carmignac : "À Porquerolles, le rapport à l’environnement est très important"

L’ex-musicien du groupe Moriarty a pris les rênes de la Fondation d'art contemporain créée par son père sur l'île de Porquerolles.
Reading time 6 minutes

Diplômé de l’ESCP, puis de Sciences-Po, le jeune Charles Carmignac semblait parti pour marcher sur les traces de son financier de père. Agent de change, puis créateur d’une société de gestion de patrimoine florissante (il est la 51e fortune de France selon le magazine Challenges), Édouard Carmignac n’a a priori rien d’un rêveur. Aussi, quand il constate que son fils a l’intention d’emprunter des chemins de traverse, loin de la finance, il n’apprécie pas particulièrement. D’autant que Charles, après avoir tâté du journalisme, se lance dans une carrière de musicien. Le voilà guitariste du groupe de folk-rock franco-américain Moriarty. Et ça marche : quatre albums (dont deux disques d’or), des passages dans les salles les plus mythiques, plus de mille concerts, le destin de Charles Carmignac semble voué à la musique. Et puis, il y a trois ans, alors qu’il est en pleine tournée, le jeune homme éprouve l’envie de bouger. “Mon père cherchait à mettre une nouvelle personne à la tête de la fondation qu’il avait créée pour sa collection d’art contemporain. Nous nous sommes rapprochés. Ça s’est fait tout naturellement.”

À ce moment, Édouard Carmignac a déjà trouvé le lieu où il va pouvoir installer sa fondation. Sur l’île de Porquerolles, un petit paradis méditerranéen au sein du parc national de Port-Cros. Il a racheté la villa construite dans les années 80 par l’architecte Henri Vidal, grand adepte de l’adaptation au paysage local. Cette belle villa au toit de tuiles bleues a servi de base à la fondation qui a ouvert ses portes en 2018. Comme l’île est préservée par une réglementation très stricte, il a été impossible de construire un nouveau bâtiment. C’est donc en sous-sol, au cœur de la colline sur laquelle était posée la villa, qu’Édouard Carmignac a fait construire ses salles d’exposition éclairées par une vaste verrière qui fait aussi office de bassin transparent. “Le choix de l’île n’est pas anodin,précise Charles. Quand on débarque ici, c’est le début de quelque chose de nouveau. On passe réellement sur l’autre rive, c’est symbolique. L’imaginaire se met en mouvement, l’esprit s’ouvre au changement au contact d’un environnement vibrant qui entre en résonance avec les œuvres d’art.” Inutile de préciser que Charles Carmignac a été conquis par Porquerolles. Avec le bassiste de Moriarty, il a conçu un parcours sur le thème de “l’île intérieure”. “C’est un double voyage, à la fois physique et mental. Notre approche a été musicale, on a fait une partition du projet en mettant tout le monde dans la boucle : les artistes, les architectes, les décorateurs, mais aussi les ouvriers...”

Pour visiter l’exposition “La Source” qui est présentée jusqu’au 10 novembre, la commissaire d’expo Chiara Parisi s’est inspirée des  Aventures d’Alice au Pays des Merveilles. Pieds nus afin d’être en contact avec la matière, le visiteur descend dans les espaces de la villa et découvre la première œuvre acquise par Charles Carmignac : Lewis Carroll’s Wunderhorn de Max Ernst. La visite se poursuit ensuite au rythme de chacun, de confortables coussins géants invitant à faire des haltes pour admirer les œuvres. “Comme deux hémisphères se faisant face, le merveilleux côtoyant le terrifiant, les figures féminines de Roy Lichtenstein, Valérie Belin ou Egon Schiele dialoguent avec les œuvres abstraites de Gerhard Richter, Sigmar Polke ou Susan Rothenberg”, précise Chiara Parisi.

En remontant de cette plongée dans l’art, le visiteur peut continuer à admirer des œuvres exceptionnelles. Les 15 hectares du parc conçu comme un “non-jardin” par le paysagiste Louis Benech sont une invitation à la contemplation. Découverte des végétaux (yucca du Mexique, flamboyant bleu, dragonnier des Canaries, cocotier du Chili ou arbre à orchidées), mais aussi des œuvres monumentales qui jalonnent le parcours, de la Prairie à l’Oliveraie, du Maquis à la Forêt. “Ce qui m’anime ici, c’est de créer les conditions les plus propices possibles pour que le regard des gens vis-à-vis des œuvres puisse changer. J’ai envie de faire émerger chez chacun des choses nouvelles, souligne Charles. Sur l’île, nous sommes en retrait, donc plus ancrés dans les enjeux existentiels. Nous avons un rapport à l’environnement très important. Ce projet s’inscrit dans une volonté de réagir contre une société qui se développe au mépris des générations futures.”

 

Ses cinq adresses dans la région

1. D’abord quelques lieux sur l’île de Porquerolles :
la crique de la Galère, la batterie des Mèdes, le poste d’observation dans les lagunes du parc, la source, en pleine mer, au large de la plage Noire.

2. Copains
La boutique de fruits et légumes. Produits frais et de qualité.
Rue des Anciens-Chais.

3. Des Isles
Inès propose une collection de vêtements simples et élégants.
5, rue du Phare. Desiles.fr.

4. La Bibliothèque des graines du Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles
Une banque de graines sur un territoire situé entre les Alpes et la Méditerranée.
Cnbmed.fr.

5. Lire à Hyères
Cette association culturelle fait un travail très important en faveur de la lecture dans la région. Elle accueille ses adhérents au Moulin des Contes, dans la librairie des Traditions populaires. Elle incite aussi à prendre la plume en organisant, notamment, un concours de nouvelles.

Articles associés

Recommandé pour vous