Hommes

Gucci Grip : la montre inspirée du skateur

Pour le lancement de sa montre unisexe Grip, la maison Gucci mise sur l’une des subcultures urbaines iconiques de la fin du XXe siècle: le skate. Et même si les nouveaux créateurs ont déjà usé et abusé du genre, le projet initié par Alessandro Michele s’avère l’un des plus beaux jamais réalisés sur le sujet. De quoi remettre cette communauté à l’esthétique emblématique au cœur de la tendance.
Reading time 3 minutes

L’univers du skateboard, que la marque italienne Gucci qualifie de “sincère, radical, divers et inclusif”, semblait prédestiné à accompagner le lancement de cette montre unisexe et joueuse baptisée Grip, en référence au nom du ruban que les skateurs collent sur leur planche, qui s’agrippe littéralement au poignet.

NOUVELLE ÉNERGIE

Il faut bien le reconnaître, Alessandro Michele, directeur de création prolifique de la maison Gucci, s’intéresse depuis un long moment déjà à la communauté de ces aventuriers du bitume. Il évoquait encore récemment dans les backstages Gucci Croisière 2017 sa fascination pour les cultures nées de la rue, dont celle du skate, découvertes lors de son premier séjour à Londres dans les années 1980. Une passion qu’il partage aujourd’hui avec beaucoup d’autres acteurs influents de la mode. Ultime preuve que cette tendance revient, les magazines anglais se prennent d’un engouement soudain pour la planche à roulettes. The Face vient de publier un gros dossier de 16 pages sur le “crew” de Palace Skateboards, la marque anglaise de référence, photographiée à San Francisco par l’artiste Jim Goldberg. Au même moment, Another Man fait paraître un article sur le photographe mythique Hugh Holland, mondialement connu pour son livre Locals Only paru à la fin des années 1970 et qui rempile aujourd’hui avec la sortie de Silver. Skate. Seventies, à la fois beau livre et exposition californienne. Porté par cette nouvelle énergie, Alessandro Michele lance à son tour un projet collaboratif qui risque de faire date. Dans le cadre d’une exploration mondiale, avec sept villes participantes et autant de têtes d’affiche, il invite des skateurs et artistes de toutes nationalités à parta- ger avec la marque italienne leur philosophie de glisse urbaine, devant et derrière l’objectif. L’occasion de rencontrer de sacrées communau- tés, venues en famille et entre amis, des personnalités de tous âges et de tous genres. Envoyées depuis Londres, Paris, Rome, Tokyo, New York, Shanghai et Séoul, les cartes postales sont extraordinaires. À Paris, on retrouve Unity, le très hype collectif skate queer itinérant, créé en 2017 à San Francisco par le couple d’artistes Jeffrey Cheung et Gabriel Ramirez. À Londres, c’est Clémentine Schneidermann, photographe française basée au pays de Galles, qui documente un casting de skateurs dans des sites typiques de Londres, alors qu’aux États-Unis, c’est le Californien Noah Dillon qui portraitise le skateur new-yorkais Tyler Blue Golden. Un couple de jeunes skateurs chinois immortalisé à Shanghai, des skateuses photographiées avec leurs familles à Séoul, le Japonais Shinpei Ueno et son groupe d’amis artistes et musiciens réunis à Tokyo... À Rome, le photographe Niccolo Berretta capture des skateurs autochtones dont Orlando Miani, vu dans la campagne Gucci Croisière 2020.

Pour donner le coup d’envoi de ce projet inédit, la marque Gucci a dévoilé, en octobre dernier sur Brick Lane, à Londres, un tout nouvel artwall (sorte de billboard maison) représentant une illustration de l’artiste, designer et directeur artistique britannique Kieron Livingstone, leader du collectif multiplate-forme Project Zoltar, pur produit de la scène punk-rock britannique, qui existe depuis plus de dix ans. Sans oublier un jeu vidéo, de skate bien sûr, qui vient enrichir Gucci Arcade, la nouvelle rubrique de l’application Gucci aux doux parfums de jeux vintage.

Shop

montre Gucci Grip .jpg

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous