Femmes

La mode manquerait-elle de sommeil ?

L'appel de l'oreiller n'a jamais été aussi fort. Décryptage de cette urgence a dormir vite et bien.
Reading time 5 minutes
Image issue de la campagne Gucci "Utopian Fantasy"

Trois mois de mise au repos c’est ce que les médecins ont prescrits a Virgil Abloh, le designer star, DA des collections homme chez Louis Vuitton et à la tête de sa propre marque Off-White. Un symbole fort pour cette industrie de la mode dont la cadence semble chaque jour de plus en plus soutenue. Et qui met sous pression certains de ses acteurs. On pensait pourtant que les mentalités accompagnées par une urgence écologique, avaient évoluées. Le burn-out n’est pas une première dans le milieu. On se souvient de Christophe Decarnin alors chez Balmain victime dira t-on d’épuisement physique ou encore du dérapage incontrôlé de John Galliano. Des symptômes d’un stress généralisé. C’était il y a huit ans maintenant. 2019, revoilà le burn-out. La mode aurait-elle soudainement besoin de dormir un peu ?

Au delà de la prescription reçue par le super héros made in usa, sorte de machine de guerre jusque-là infaillible, c’est un manque de sommeil global qui semble se faire sentir. Plusieurs signes le prouvent. Au regard des collections de la saison en cours on voit bien apparaitre des matières qui ne demandent qu’a accueillir nos rêves les plus doux. Doudoune (grand classique de l’hiver certes), cachemire, velours épais, peaux lainées…  envahissent nos dressing. La tendance underwear façon lingerie pour la nuit est un must-have. Fendi, Burberry, Chloé l’invitent sur nos silhouettes de jours dans des variations sensuelles et ultra cosy. Quant au comfort-wear il est lui omniprésent, pimpé par de nouvelles proportions et s’associant à des matières techniques. Des secondes peaux cocon, protectrices et réconfortantes. Morphée serait-elle l’héroïne paradoxale des podiums ?

Quand on voit le dernier né imaginé par le cool hip-hop pour la maison Louis Vuitton, on ne pense qu’a une chose : s’y endormir ! Tant cette version XL du Keepall, ressemble a un édredon chic et branché. Pour la maison de la rue Cambon aussi, l’envie de sommeil semble se faire sentir. La version 2019 du célèbre 2.55 — créé en 1955 par Mademoiselle Chanel — baptisé 19 en maxi matelassé est un appel à la douceur. Chanel n’en est pas a sa première envie de break puisqu’en 2009 elle lançait sa ligne de maroquinerie Coco Cocoon. Des modèles montrant le matelassage de la maison à l’extérieur des sacs. Un appel à la douceur, comme des doudous de luxe. Même envie chez Marc Jacobs et son Pillow Bag ou chez Maison Margiela et le modèle Glam Slam. La notion de sommeil comme une nécessité pour être bien, est donc présente dans la tête de tous et de toutes.

La maison Gucci elle pousse encore plus loin le concept, et invente un modèle de soulier hybride ultra cosy (laine feutrée, doublure de shearling synthétique) entre la charentaise et le mocassin. La rue comme un grand dortoir ?  Les beauty-addict ne jurent aussi plus que par le sommeil. Il faut bien dormir pour être belles et beaux !  Réparateur, il garanti un teint éclatant, et un bon moral : "le sommeil a un effet important sur la santé et la récupération des facteurs de stress quotidiens sur chaque organe, y compris sur l'épiderme" déclare Ladan Mostaghimi, spécialiste des troubles de le peau et du sommeil. Sans sommeil, la peau ne peut donc pas se régénérer et devient grisâtre. Entre minuit et quatre heures du matin c’est la que sa perméabilité est la plus importante. Les marques de beauté à l’instar de Lush l’ont tous compris. Avec sa gamme Sleepy et l’utilisation d’huiles essentielles dans des baume, brume, crème, poudre… l’endormissement est à la portée de tous. Donc, au lit ! Youtube a senti la tendance puisque la plupart des publicités diffusées avant les vidéos font la promotion d’apps pour s’endormir, à l’instar d’Headspace. Autres témoins de ce furieux désir de dodo : la folie des vidéos ASMR et autres podcasts favorisant l’endormissement comme le prouve le succès du site Sleep with Me. Ou la playlist imaginée par France Culture pour ceux qui, à deux heures du matin, seraient encore éveillés (playlist disponible ici). Enfin, pour les insomniaques purs et durs, ceux pour qui dormir reste encore un exercice compliqué, ils pourront suivre les conseils d’Albert Einstein qui aimait déclarer "je ne dors pas beaucoup mais je dors vite". A bon entendeur. 

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous