Be Well

L’hormonothérapie, qu'est-ce que c'est ?

Molécules sécrétées par les glandes endocrines et permettant de transmettre des messages chimiques dans le sang et la lymphe, les hormones ralentissent leur production au fil des ans ou, parfois, se dérèglent, grippant ainsi les rouages de notre organisme et entraînant une réaction en chaîne. Explications du docteur Alain Butnaru, spécialiste en médecine anti-âge et esthétique.
Reading time 4 minutes

Qu’est-ce exactement que l’hormonothérapie et à partir de quel âge doit-on envisager de faire un bilan ?

La plupart de mes patients consultent vers la cinquantaine ou dès qu’ils ressentent une fatigue installée. Mais ce n’est pas une question d’âge civil, c’est à partir du moment où l’on se rend compte qu’on a plus de mal à suivre et que l’on récupère plus lentement. 

Que recherchez vous dans ce test hormonal, et à quoi ces carences ou excès sont-ils liés ?

Nous regardons les taux de testostérone, œstrogène et progestérone, de prégnénolone, DHEA, hormones thyroïdiennes et cortisol. Physiologiquement, il est normal d’avoir une baisse de production d’hormones avec l’âge. Comme nous vivons plus longtemps et que l’on veut être en forme pour en profiter, il est possible de se supplémenter de façon ciblée et adaptée. Toutes les hormones agissant entre elles, il faut rétablir un équilibre pour que l’organisme fonctionne de manière optimale. Chaque dosage doit être adapté au patient car deux personnes du même âge, poids et mode de vie n’auront pas forcément les mêmes carences. L’hormonothérapie est une médecine personnalisée et de précision. Je me base certes sur le dosage sanguin mais aussi sur la façon dont le patient se sent. 

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de dysfonctionnements liés à une carence ?

La testostérone donne de l’énergie, de la force musculaire et a une action sur la libido. Lorsqu’on est carencé, tous ces paramètres se retrouvent affaiblis. Chez la femme, une supplémentation le matin en DHEA, qui se transforme en testostérone, relancera tous les paramètres. L’homme, quant à lui, sera directement suppléé en testostérone. Par contre, une prise trop forte de DHEA va occasionner de l’acné, des cheveux gras, une pousse de poils et de l’énervement. Un taux de prégnénolone bas engendre des problèmes de mémoire, mais pas chez tout le monde. Concernant les troubles du sommeil, on constate qu’une carence en tryptophane influence la production de mélatonine, l’hormone du sommeil. Le tryptophane pris à 18 heures influencera la production de mélatonine. On pourrait presque dire, à chaque hormone son horaire, donc ce que nous faisons est de la chrono-hormonothérapie. 

"Comme nous vivons plus longtemps et que l'on veut être en forme pour en profite, il est possible de se supplémenter de façon ciblée et adaptée."

Le cortisol est l’hormone du stress. Quand il y en a trop, on est en stress permanent, et quand il n’y en a pas assez, on est épuisé… Comment remédiez- vous à ce problème ?

Si le dosage sanguin est vraiment bas et qu’il existe une baisse d’énergie réelle, on peut supplémenter le matin avec des taux faibles mais réguliers d’hydrocortisone. 

Combien de temps dure un traitement hormonal en moyenne et à partir de quand refait-on un contrôle ?

Le traitement est nécessaire tant que les perturbations existent, mais la prescription doit être encadrée par des contrôles réguliers à trois et à six mois, pour adapter les doses. Ensuite, on fait un test tous les deux ans.

La prise d’hormones est perçue avec un peu d’appréhension en France, quelle en sont les raisons ?

En premier, je pense que c’est par méconnaissance de l’action des hormones. Il est primordial de savoir que certaines (testostérone, oestrogènes) sont formellement contre-indiquées en cas de cancer avéré ou si une suspicion existe. C’est pour cela que l’on ne traite jamais sans bilan biologique, radiologique, avec frottis cervico-vaginal, pour éliminer de façon formelle un risque de cancer. Ce bilan sera répété tous les ans.

Articles associés

Recommandé pour vous