Pop Culture

Dans l'objectif de... Spencer Judge

A 26 ans, ce photographe originaire de Toronto aujourd'hui installé à Londres, trace sa route comme du papier millimétré. Après plusieurs expériences dans le milieu éditorial, il se partage désormais entre agences spécialisées mode et projets en solo. Stimulé par l'inconnu et l'extraordinaire, il nous donne un avant-goût des collections Automne-Hiver avec son projet nommé "Muse".
Reading time 4 minutes

Quel âge avez-vous ?

26 ans.

 

Quelle est votre profession ?

Photographe et directeur artistique.

 

Parlez-nous de votre parcours ?

J’ai grandi à Toronto, au Canada puis j’ai déménagé à Londres il y a cinq ans, pour poursuivre ma carrière et me confronter à différentes cultures. J’ai commencé ma carrière par le biais d’expériences différentes au sein de magazines tels que ELLE et Harper's Bazaar, ce qui m’a aidé à développer une meilleure connaissance de ce domaine. 

Désormais, je travaille principalement avec des agences spécialisées dans la mode mais je trouve enrichissant le fait de continuer à m’occuper de certains shootings de mon côté. Avoir un aperçu de ces deux aspects de l’industrie de la mode profite à toutes les facettes de ma carrière. 

Avec qui travaillez-vous ?

Je travaille avec un groupe de stylistes et de créatifs de Paris, Londres et New-York. J’adore collaborer avec différentes personnes de ce milieu. Cela donne aux choses un côté exaltant et nouveau. Je tire mon inspiration de designers actuels qui ne créent pas seulement du « fast-fashion » mais considèrent le design comme une forme d’art. Des pièces comme celles de Jonathan Anderson, Alessandro Michele ou encore Christopher Kane donnent toujours de belles photos. 

 

Qui sont vos mentors ?

Je suis chanceux de travailler à temps-plein comme directeur artistique. Cela m’a donné l’opportunité de travailler avec des créatifs mondialement reconnus qui m’ont beaucoup appris. Travailler et être inspiré par mes proches à Londres a aussi eu une énorme influence sur mon travail. L’Angleterre a complètement changé ma perception de la photographie et de l’art. 

 

Qui aimeriez-vous photographier ?

J’aimerai beaucoup photographier Lily Nova, Adwoa Aboah ou encore Maggie Maurer. J’aime les mannequins qui sortent de l’ordinaire tout en gardant une belle apparence. Photographier des beautés classiques devient vraiment lassant, de plus cela ne reflète absolument pas les femmes d’aujourd’hui. J’aime que les mannequins soient différentes, c’est ce qui les rend belles. 

Les meilleurs moments de votre carrière ?

Mon voyage au Japon. Faire un reportage sur les détails de l'architecture nippone était nouveau pour moi. C'est un autre monde, en rupture avec ce que j'ai pu voir auparavant.

Faire le portrait de Sophie Hicks, ex-éditrice devenue architecte, dans son studio à Londres a aussi beaucoup participé à l’évolution de ma carrière. 

 

Que feriez-vous si vous n'étiez pas photographe ?

Je serais musicien. Pouvoir m’exprimer et créer quelque chose à partir de rien. Le fait de créer en connexion avec les autres, ce à travers toutes formes artistiques, est extrêmement gratifiant.

 

www.spencerjudge.com
@spencerjudge

Photographer : Spencer Judge @spencerjudge
Stylist : Stacy L. Troke @sltrokestylist
Hair : Natsumi Ebiko @natsumiebiko
Make Up : Ksenia Galina @kseniagalina
Models : Sofie Theobald @sofietheobald and Esme Ham @orangelenselady
at The Hive @thehivemodels

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous