Pop Culture

À quoi va ressembler la série sur Gianni Versace ?

by Michel Forte
05.09.2017
Netflix diffusera, début 2018, American Crime Story: The Assassination of Gianni Versace, série autour du meurtre de Gianni Versace. En puristes, on espère que les scénaristes ont respecté le cahier des charges.
GettyImages-535005876.jpg

Des icônes

Rien ne semble encore officiel, mais les premières fuites au sujet du casting en provoquent dans nos culottes. On fait l’impasse sur les jeunots mignons mais qu’on ne connaît pas vraiment, comme Max Greenfield ou Darren Criss vu dans Glee. On aura déjà oublié leur noms après leurs scènes topless. Non, la vraie surprise, c’est Penelope. Parce qu’elle a enfin compris qu’il fallait passer la vitesse supérieure pour devenir une icône gay qui se respecte, Penelope Cruz s’attelle au rôle de Donatella. Incarner Donatella pour une actrice, cela revient à décrocher le rôle de Superman pour un acteur : le costume est too much, mais il se compose de tout les attributs esthétiques qu’on aimerait un jour avoir sans jamais oser les demander : un slip moulant avec un paquet plus gros que celui de Rocco, une cape pour voler et pouvoir ainsi assurer cinq plans Tinder en une seule et même soirée et des plaquettes de chocolat jusqu’au cou. Pour Donatella c’est pareil. Quelle femme n’a jamais rêvé d’avoir une taille de guêpe et six nominés aux Oscars par page dans son carnet d’adresses ? Ricky Martin, quant à lui, jouera Antonio D’Amico, le boyfriend de Gianni dont on ne connaît pas grand chose à part le physique. Un rôle taillé sur mesure pour le chanteur. Dommage qu’il ai déjà fait son coming-out, l’occasion était tout de même unique.

Le style

Si vous avez un minimum de culture, vous savez que Versace a inventé la robe qui dévoile plus de chair que de couture. Vous avez aussi en tête les imprimés déments sur les matières les plus folles, ou encore les maillots de bain XXS sur les corps XXL des mannequins les mieux sculptés et les mieux membrés des années 90. On ose espérer que vous n’avez pas zappé Versace Home, la ligne déco qui transforme le moindre F2 en suite d’hôtel dubaiote. Certes, visuellement, on risque de frôler la crise d’hystérie épileptique. Mais ça nous réveillera la pupille un bon coup. Après six saisons de défilés à voir du bleu marine sur du noir, du beige sur du camel et du blanc sur du crème, quelqu’un a enfin entendu nos prières. Donnez-nous du fluo ! De l’imprimé panthère ! Les deux en même temps ! On veut du satin, on veut du flashy ! Quelque chose nous dit qu’on va être servis…

Tragédie en Technicolor

Naomi Campbell en larmes en direct sur NBC. Les émissions de reconstitution en boucle. Les rétrospectives en cascades dans les magazines de mode. Les biographies non autorisées. Les biopics les plus fous aux castings les plus douteux. Les hélicoptères au-dessus de la villa. Les détectives privés cachés dans les canalisations. L’enterrement le plus glamour du monde au Duomo, avec Lady Di au premier rang, Elton John en larmes, Hamish Bowles en blond et Naomi, oui encore elle, en veuve sicilienne éplorée. L’affaire Gianni Versace est une boîte de Pandore à émotions fortes qu’il suffit d’ouvrir pour faire resurgir délires, théories invraisemblables et moments d’anthologie gravés dans la mémoire collective. Un feuilleton qui passionne autant qu’il intrigue. De quoi nous mettre en haleine pendant les mois les plus froids de l’année, et faire passer Game of Thrones pour un épisode des Teletubbies.

Retrouvez la suite de l'article dans le numéro Jalouse n°203 actuellement en kiosques. 

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous