International Watch Review

Les Métiers d'Art de Cartier

Marqueterie de paille et d’or, filigrane d’émail
Reading time 4 minutes

Marqueterie de paille et d’or, filigrane d’émail – les artisans de La Chaux-de-Fonds révèlent cette année deux nouvelles montres « Métiers d’art », créées autour du brut et du précieux au fil d’échanges entre marqueteur, joailliers, designer, émailleuse, sertisseur et peintre miniature.

Depuis 1914 et sa première apparition sous forme abstraite, Cartier ne cesse d’interpréter la panthère. Le félin diffuse sur l’ensemble de la création de Cartier une inspiration plurielle. Motif, matière, volume - tout ce qui touche à l’animal est prétexte pour aller au-devant des métiers, des techniques et ouvrir de nouveaux territoires créatifs. Le fruit de rencontres inattendues.

/

MONTRE
RONDE LOUIS CARTIER
MARQUETERIE DE PAILLE ET D’OR

Entièrement réalisée par l’artisan marqueteur de la Maison des Métiers d’Art de La Chaux-de-Fonds, la montre Ronde Louis Cartier inaugure cette année la technique de la marqueterie de paille et d’or. Le métal précieux s’ajoute ainsi à la palette des matières travaillées jusque-là en marqueterie et rend possible le travail du volume, avec un rendu qui rappelle le bas-relief. Une aventure inédite jusque-là et qui a nécessité que le marqueteur se forme au travail de l’or auprès des joailliers de la Maison des Métiers d’Art.

Soixante-quinze brins de paille de tailles et d’orientations différentes, travaillés en 11 couleurs, composent les parties du décor. La tête du félin est constituée de plus de soixante-cinq éléments en or gris, jaune et rose, mis en forme et satinés un à un. Comme par un jeu de mise en abyme, des fils d’or jaune sont incrustés dans certains éléments en paille, supplément de complexité et de sophistication que les artisans explorent aussi pour la première fois.

Aux arts de la composition (auxquels se rattache la marqueterie), Cartier joint l’art du feu en travaillant en émail les taches du pelage et de l’oeil. La palette chromatique est riche : elle allie au contraste du noir et du blanc un grand nombre de nuances entre opalin et jaune. Pour l’oeil, quatre teintes différentes se concentrent ainsi sur une surface minuscule. Éclat, vivacité, profondeur : le regard est vivant – expression de l’art figuratif et réaliste de Cartier. Les taches dans le fond du décor sont, quant à elles, réalisées en peinture miniature.

Née au terme d’un travail de plus de 100 heures, dont 97 sur le seul cadran, cette création est éditée en série limitée et numérotée à 30 pièces.

/

MONTRE
RONDE LOUIS CARTIER
FILIGRANE D’ÉMAIL

Cette année, designers et artisans de la Maison des Métiers d’Art ont transposé la technique du filigrane au registre de l’émail.

Avec cette technique, la poudre d’émail est chauffée, le verre étiré jusqu’à prendre la forme d’un bambou, puis figé et fixé sur le cadran par de minuscules brins d’or jaune. C’est ainsi que sont réalisés les bambous qui figurent au premier plan.

Pour pouvoir donner au décor une perspective et jouer avec des effets de profondeurs, les artisans ont dû recourir à d’autres expertises : l’émail champlevé bombé pour les bambous du second plan et les taches noires du pelage ou les yeux du fauve ; la peinture miniature pour le ciel et les bambous peints à l’arrière-plan.

Scène tout entière consacrée à l’animal emblématique de la Maison, cette montre est une édition limitée et numérotée à 30 pièces.

Articles associés

Recommandé pour vous