Food

"Edern", "Terra", "Fumé"... 3 nouveaux spots à tester d'urgence

Néo-gastro, Méditerranéen ou 100% à partager : on vous en dit plus sur les trois nouveaux lieux du moment
Reading time 6 minutes

Edern, la gastronomie nouvelle génération

 

Refroidi(e)s par les restaurants gastronomiques traditionnels à l'atmosphère glaciale et aux protocoles empruntés? 

On met le cap sur Edern, nouvelle aventure culinaire de Jean-Edern Hurstel, ancien chef d'orchestre des restaurants du Peninsula Paris.

Niché au cœur du Triangle d'or, ce lieu d'un genre nouveau nous prouve avec brio que la haute gastronommie n'est pas forcément synonyme de cérémonial prétentieux : l'accueil y est chaleureux, et les grands noms du business y côtoient les stars du ballon rond venues incognito dans une atmosphère décontractée rythmée par le live d'un DJ.

On s'y régale d'une ribambelle d'entrées à partager (ailerons de volaille des Landes caramélisés, langoustine croustillante et sa réduction de pommes, succulente tarte fine au tarama truffé et au thon rouge de Méditerranée) suivies d'une séléction hors pair de produits de la mer, à l'image de la Saint-Jacques de Port-en-Bessin ultra-fondante et de la sole de petit bateau. Les amateurs de viande ne sont pas en reste avec le black angus mariné et la côte de veau de lait tendre à souhait.

Et pour finir en beauté, on craque pour la poire Belle-Hélène et sa pâte à cigarette à l'amande où le crémeux Guanaja et sa glace sarrasin, plaisirs coupables qui valent bien une entorse à notre diète healthy printanière.

 

6 rue Arsène Houssaye 75008 Paris

http://www.edern-restaurant.com

/

Terra, à partager et plus si affinités

 

Pour un first date ou un débrief entre ami(e)s, on fait escale chez Terra, toute jeune adresse du haut Marais fondée par Alexandre Marie et Robin Stucki, qui met le partage et la convivialité au cœur de son concept.

Une fois passées la discrète devanture et l'entrée claire-obscure, on découvre une vaste salle végétalisée avec une immense verrière surplombée par une imposante vinothèque disposée en étagères. Un paravent d'exception laisse entr'apercevoir la table d'hôtes, centre névralgique pouvant accueillir jusqu'à 18 convives. Selon l'humeur, on s'installe dans l'un des recoins intimistes qu'offre cet espace, où au comptoir histoire d'être aux premières loges pour admirer les coulisses des créations inspirées du chef Jean His, secondé par Léa Guetta.

Possessifs qui ne supportez pas qu'on picore dans votre assiette, passez votre chemin: ici, l'essentiel de la carte se savoure à deux, voire davantage, pour le plus grand plaisir de ceux qui aiment expérimenter sans se limiter au sempiternel trio entrée-plat-dessert.

Le soir de notre venue, le menu, fréquemment renouvelé, proposait en préambule un œuf parfait crémeux juste ce qu'il faut corsé de jambon bellota et de parmesan, un délicieux ceviche de bar à la coco et au citron vert ainsi qu'un excellent saumon gravlax à la crème de raifort.

Pour le second round, les fans de poisson étaient servis avec de la sole XXL subtilement citronnée et de la bonite snackée aux petits légumes et au bouillon dashi-sésame, chef d'œuvre à la croisée du terroir et de l'Extrême-Orient.

Et pour le bouquet final, nul besoin il y avait de choisir entre le biscuit au chocolat aux bananes caramélisées et la pavlova ananas et kiwi : ces délices aériens, on les a partagés.

 

21 rue des Gravilliers 75003 Paris

https://www.terraparis.fr/

/

Fumé, le smoke house à la sauce méditerranéenne

 

Adresse confidentielle que les meat lovers se refilent sous le manteau, Fumé porte bien son nom. Créé par le finaliste de Top chef 2012 Ruben Sarfati, ce petit bout de Méditerrannée en plein cœur du 8e arrondissement de Paris, à mi-chemin entre la smoke house new-yorkaise et la cantine israélienne haute en couleur, déploie un large choix de viandes fumées.

Des matières premières triées sur le volet et fumées selon un processus minutieux, qu'on accompagne de salades ultra fraîches et de légumes qui fleurent bon le Moyen-Orient.

Pour se mettre en bouche, on opte pour un festival de kémias toutes plus savoureuses les unes que les autres –  pois chiches au citron confit, quinoa à la grenade et aux amandes, pommes de terre et œuf mollet crémeux, poivrons marinés –, avant de passer aux choses sérieuses avec le travers de bœuf ou l'entrecôte fumée, masterpieces qui raviront les plus exigeants des viandards.

Et pour clore en beauté cette généreuse échappée belle : un cookie au chocolat fumé à se damner.

 

10 rue Berryer 75008 Paris

http://www.fume-paris.com

/

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous