Femmes

Qui se cache derrière House of Hackney ?

by Eugénie Adda
13.06.2017
Terriblement chic outre-Manche, la maison née dans l’Est de Londres a fait de l’imprimé néo-baroque sa signature absolue. Déco, textile de maison et papiers peints signature débarquent enfin à Paris dès la rentrée 2017 grâce à la maison Lelièvre. Rencontre avec Frieda Gormley, co-fondatrice et directrice artistique de cette marque qui pourrait bien signer le retour de l’intérieur victorien.

Comment avez-vous eu l’idée de fonder House of Hackney ? 

J’ai commencé seule avec mon mari Javvy, autour de la table de la cuisine. A l’époque on vivait dans un appartement tout blanc meublé dans le pur style scandinave. Mais tout ça nous ennuyait profondémentt, on ne trouvait jamais ce qu’on cherchait. Nous voulions un mélange de tradition anglaise et d’interprètation contemporaine. Le marché à l’époque n’avait que le cheap accessible et les marques très haut de gamme déjà établies, mais qui n’avaient jamais rien changé. J’étais acheteuse de mode et Javvy était designer produit. Nous avons décidé de mettre nos savoir-faire en commun. Notre première création était un papier peint imprimé, ce qui à l’époque était considéré comme complètement ringard.
 

Comment créez-vous vos imprimés ? 

Nous travaillons chaque saison avec un moodboard. On commence par un sentiment, une émotion, puis la couleur que ça nous évoque. Nous la déclinons ensuite dans des motifs que Javvy ou la print designer peignent à la main. Mais on s’ennuie très vite ! On est toujours en train de penser à notre prochaine collection.

 

Intérieur parisien rime souvent avec minimalisme. Quels seraient vos meilleurs conseils déco pour adopter le style House of Hackney ?  

Il faut toujours commencer par des échantillons, surtout pour les imprimés, papiers peints ou tissus. Car parfois ce qu’on imaginait ne fonctionne pas du tout, et vice versa. Mais l’humeur de la saison prochaine sera à l’imprimé en all-over. C’est une décision audacieuse, risquée. Mais le jeux en vaut la chandelle. On peut aussi commencer par un mur coloré et des coussins à motifs, si on est plus frileux. 
 

HOH19563.jpg
HOH19589.jpg
HOH19627.jpg
HOH19669.jpg
HOH19816.jpg
LIMERENCE_FRINGED_VELVET_CUSHION__INDIGO_01.jpg

A quoi peut-on s’attendre pour l’hiver prochain ? 

Beaucoup de rose ! Il était déjà présent mais il s’affirmera encore davantage. C’est un rose très hivernal, presque gris. Il s’accordera avec du bleu pétrole, de l’or et du moutarde. C’est une palette que nous n’avons pas l’habitude de travailler. Les couleurs sont volontairement plus sombres, mais le fait de les accorder entre elles dans des imprimés les rendra plus riches et plus complexes. 
 

Où aimez-vous passer du temps à Londres ? 

Je passe ma vie chez Liberty, je pourrais acheter tout le magasin. Leur sélection est toujours cohérente, leur héritage est présent partout même s’ils ont su s’adapter aux exigences contemporaines. Pour déjeuner, j’adore ma pizzeria de quartier Lardo, certainement la meilleur de l’est londonien. Côté musée, je m’inspire beaucoup au Victoria & Albert pour leur collection permanente dédiée aux arts décoratifs. 
 

Disponible à la rentrée au Bon Marché Rive Gauche, édité par la maison Lelièvre.

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous