Femmes

Hommage à Simone Veil

by Adrienne Ribes-Tiphaine
30.06.2017
Une image. Une femme. Douce et rassurante, de celles qui rayonnent sur les photos de famille. Cheveux relevés en chignon, tailleur de tweed toujours tiré a quatre épingles, regard d’un bleu transparent qui oscille entre douceur et fermeté, Simone Veil nous a quitté ce vendredi.

Le 13 juillet, elle aurait eu 90 ans. Entrée dans la vie par la pire des expériences. Elle a 16 ans, son bac juste en poche, quand la Gestapo l’arrête. Coupable d’être juive. Elle est alors envoyée au camp de Drancy, puis a celui d’Auschwitz-Birkenau. Elle y perdra sa mère atteinte du typhus. De cette terrible période, elle garde tatoué à jamais sur son bras, le matricule 78651. Matricule qui sera gravé sur son épée d’Immortelle lorsqu’elle rentrera a l’Académie Française. C’est dans un documentaire, bien des années plus tard (1976), que Simone Veil parlera  de la déportation de sa famille.

A peine la guerre terminée elle s’inscrit à l'Institut d'études politiques de Paris et se marie a Antoine Veil, dont elle gardera le nom, et aura trois fils. Si elle renonce à une carrière d’avocat, elle passe avec succès en 1956, le concours de la magistrature.

Résistante et résiliente, elle s’engage en politique désireuse de servir les autres. Féministe à l’énergie sans faille, on ne peut être insensible a tous ses combats pour la cause des femmes, notamment lorsque pendant la guerre d’Algérie elle parvient a faire revenir en France des prisonnières algériennes pour les protéger de mauvais traitements et de viols. Quelle modernité, quel avant-gardisme et quel courage. Mettons-nous un instant dans le contexte de l’époque, à la fin des années 70, une femme en politique était si rare ! On pense évidemment a son discours ou elle répond calmement aux attaques sordides de certains députés,  à ses larmes, et à sa détermination lorsqu’elle précise que « l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue »21. La « loi Veil » est adoptée. Européenne convaincue, elle est portée en 1979 à la présidence du parlement européen et reste un modèle pour ses successeurs. Elle est une des rares à avoir su rassembler toutes les étiquettes politiques mise a part l’extrême droite contre laquelle elle se battra toute sa vie. Elle fut aussi une grande ministre des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville sous Jacques Chirac. Militante de la sagesse et de l’humanisme, elle est une présence iconique, calme, énergique. Parmi tous les hommages qui fleurissent, le meilleur que nous puissions lui rendre a l’heure ou pour la première fois dans l’histoire de la république 40% de femmes s’apprête a siéger sur les bancs de l’Assemblée Nationale, c’est d’affirmer notre fierté d’être des femmes engagées dans la vie active. Simone Veil reste un modèle, un hymne à la vie.  

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous