Femmes

Retour à l'âge d'or des comédies musicales d'Hollywood chez Gucci

Cette nouvelle campagne haute en couleurs est signée Glen Luchford.
Reading time 3 minutes

La collection "Candy" de Prada compte un nouveau parfum : le "Prada Candy Gloss". Pimpante, sensuelle et audacieuse, cette eau de toilette mêle l'amande vanillée, la cerise griotte et la fleur d'oranger... Un jus à croquer. 

We Margiela
“Quelque chose de simple est toujours plus compliqué. Évidemment, ce que vous achetez à Bottega Veneta n'est pas un produit jetable. C'est un objet que vous conservez et c'est un investissement.” Tomas Maier.

À 21 ans, le jeune directeur de casting Walter Pearce impose son rejet des mannequins signés,
calibrés pour les agences, des stars d'Instagram et des insiders de la mode.

Sertie de cristaux scintillants et d’émail coloré, la tête de tigre fait écho à une broche conçue dans les années 1940 par Hattie Carnegie, créatrice de mode et de bijoux adoubée par l’actrice Doris Day, la philanthrope Marylou Whitney, ainsi que Mary Wells Lawrence, première femme PDG d’une entreprise cotée à la bourse de New York. 

Acne Studios, Jean coupe droite rose, 270€
Prada x mytheresa.com

Nous sommes en 2009, Paris succombe cette fois-ci au charme new age des bijoux méditatifs de Mads. Les billes de diamants, de rubis, d’ébène, d’onyx, de spinelle noir, toutes enlacées dans leurs nœuds de soie s’arrachent désormais chez Montaigne Market. Un souvenir émeut tout particulièrement Mads : “Je connaissais les goûts de Karl Lagerfeld et j’avais créé plusieurs bracelets – dont un, mon préféré, avec une remarquable émeraude – en pensant à lui. Ces bracelets, je les avais déposés chez Colette avec l’espoir secret qu’un jour Karl les achèterait. Or cette année-là, j’ai la chance d’être invité au show haute couture de Chanel par David Wertheimer. À la fin du défilé, Karl Lagerfeld, impeccablement vêtu de noir et blanc, fait son apparition. Il salue le public, sa manche s’abaisse, une lueur verte attire mon attention. Karl portait mon bracelet avec l’émeraude. C’est l’un de mes plus beaux souvenirs.”
Cette succession de triomphes n’éloigne pas Mads de ses priorités.“J’ai toujours fait de la joaillerie pour hommes. C’était le point de départ de ma marque et c’est toujours mon but. Pourtant, à partir du moment où j’ai constellé mes bracelets de diamants, la donne a changé, et les femmes se les sont en quelque sorte appropriés. Ça me fait plaisir bien sûr, c’est formidable, mais ce n’était pas mon but. Je me suis donc dit que je devais exalter davantage l’ADN de Shamballa.” Cette essence particulière à la marque est révélée dans sa nouvelle campagne de communication. “Nous avons eu le courage de montrer un homme, car c’est bien à lui que s’adressent mes créations.” La suite ? “Je suis entrepreneur dans l’âme et je fourmille de projets. L’un des plus importants est l’ouverture, cet automne, de mon flagship à New York en plein cœur de Mercer Street. Deux autres boutiques seront inaugurées en Europe dans les mois à venir. L’autre projet, c’est le lancement de ma ligne ‘Special Creations’ : une collection de pièces uniques mettant en lumière, sur une monture en platine, les pierres les plus rares et fines que la nature ait à offrir.” 

Linda et Paul McCartney

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous