Femmes

Eternel Yves Saint Laurent

Il était homme de tous les excès. Excès de maturité, excès de sensibilité, excès de mélancolie, excès d’audace, excès de retenue, excès d’avant-garde... Au piège de sa propre trajectoire, précocément condamné au génie créatif, voué à briller au firmament, au prix de tellement de jours et de nuits d’anxiété. Pour autant, il aura laissé une marque indélébile dans l’histoire de la mode, et dans l’histoire tout court, tant il a bouleversé la sage silhouette féminine d’alors. Près de dix ans après sa disparition, “Yves Saint Laurent” est apposé au fronton d’un musée parisien qui accueille ses créations couture.
Reading time 3 minutes

Le moment était émouvant, solennel. Françoise Nyssen, ministre de la Culture, et le nouveau Président de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, Madison Cox – dernier compagnon de l’homme d’affaires, décédé le 8 septembre à l’âge de 86 ans – sillonnaient ensemble les 450 mètres carrés d’espace d’exposition du Musée Yves Saint Laurent, inauguré le 28 septembre. “J’ai passé toute ma vie à aider Yves Saint Laurent à construire son œuvre et je veux qu’elle dure", indiquait Pierre Bergé, ancien compagnon du couturier, cofondateur de la griffe en 1961. Retour aux sources, donc, dans l’édifice mythique où, de 1974 à 2002, sont nées des centaines de collections. Le parcours du musée s’orchestre ainsi au fil de petits espaces, à la manière d’une suite de boudoirs, accentuant l’impression d‘intimité qui sied si bien à la personnalité de Saint Laurent. Une cinquantaine de modèles de haute couture y sont mis en majesté, accompagnés d’accessoires, croquis, films, photographies. Car Yves Saint Laurent fut le seul créateur de sa génération à procéder à l’archivage systématique de son œuvre. Un patrimoine unique et essentiel pour comprendre le processus de création du vêtement et l’inscrire dans son contexte historique.

Ainsi, en virtuose des codes vestimentaires masculins, Saint Laurent contribue à émanciper les femmes d’un joug sociétal qui les contraint également dans leur gestuelle. Smoking, tailleur-pantalon, saharienne, trench coat ou encore caban feront une entrée triomphante, et pérenne, dans le vestiaire féminin.
Justice est rendue à une personnalité unique qui, rappelons-le, fut le premier couturier à bénéficier d’une rétrospective de son vivant au Met de New York, en 1983. La ténacité, l’endurance, la détermination de Pierre Bergé auront permis de collecter – au sein da sa Fondation éponyme – quelque 35 000 objets, dont plus de 5 000 créations de haute couture, matière première pour de futures expositions.
L’œuvre d’Yves Saint Laurent est désormais visible dans les deux villes fondatrices pour le couturier : Paris (où il s’établit après avoir quitté l’Algérie où il était né en 1936), et Marrakech (où le musée Yves Saint Laurent sera inauguré le 19 octobre), dont Pierre Bergé fera un sanctuaire en retraite de l’agitation et des démons de la capitale.

 

MUSÉE YVES SAINT LAURENT PARIS
5, avenue Marceau, 75116 Paris
Ouverture au public le 3 octobre
Scénographie de Nathalie Crinière,
décoration de Jacques Grange
identité visuelle du musée par l’agence Wolkoff et Arnodin.
T 01 44 31 64 00, contact@museeyslparis.com
Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h,
nocturne le vendredi jusqu’à 21h.
https://museeyslparis.com/

A partir d’octobre 2018, le musée accueillera une programmation d’expositions temporaires,
en ouverture, “L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent”
(octobre 2018-janvier 2019).

Articles associés

Recommandé pour vous