Fashion Week

Fashion week : à vos masques, prêts, partez !

Alors que la fashion-week parisienne commence, et actualité oblige, le must-have de la saison sera… le masque de protection. Compilation au jour le jour des meilleurs de la semaine, en commençant par le show de Marine Serre. Qui, décidément, sent l’époque comme personne.
Reading time 5 minutes

Et c’est à la jeune créatrice française Marine Serre qu’on laissera l’ouverture des festivités, pour ne pas dire des hostilités. Comme le révèle son manifeste « A new generation takes over … Their styles are way beyond what we know today ». Et elle ne croit pas si bien dire. On est même terriblement proche de la réalité. 

/

Si Martin Margiela avait déjà en son temps fait défiler ses mannequins le visage caché, Marine Serre a depuis quelques saisons déjà ce culte de la protection (on se souvient de ses cagoules chair best-sellers), le moins que l’on puisse dire est qu’elle a aujourd’hui vu juste comme jamais. Masque de protection à ventilation assistée au motif pied de coq coordonné à la veste, masque cagoule version groupement d’intervention, masque passe-montagne d’altitude… Le studio a eu le nez sur cette affaire. 

Alors, puisque le bal est ouvert, hommage du jour à cette amazone vue à l’entrée du défilé, parfaite démonstration de la tendance ambiante. Griffée, cela va de soi,  de la marque française montante, reconnaissable à son imprimé croissant de lune, et au branding « FutureWear », mot d’ordre de Marine Serre. Les troupes de la mode sont prêtes, le virus n’a qu’à bien se tenir.

 

Vu ce matin au premier rang du défilé Kenzo en ce deuxième jour de fashion-week parisienne, l’accessoire must-have du moment en version polyester lavable, noir mat très tendance. A noter l’association de solaires, qui garantissent et protection et anonymat. Et cela tombait bien car la réverbération du soleil était généreuse sous ce dôme transparent installé dans les jardins de l’institut national des jeunes sourds au Luxembourg. Réalisée en plastique tubulaire et modulaire par l’agence Bureau Betak (mais ça c’était avant qu’elle ne s’engage officiellement hier matin à réduire l’impact environnemental de ses productions), l’installation faisait référence au nomadisme de la maison Kenzo vue par son nouveau directeur de création, Felipe Oliveira Baptista. Avec toutefois une vague atmosphère de chambre stérile, que l’on se gardera bien de laisser aux commentateurs anxiogènes de l’époque. Une structure garantie recyclable et éphémère. Si éphémère qu’il fallait pour y entrer et en sortir passer par des sas dont les deux portes ne devaient pas être ouvertes en même temps, faute de quoi les appels d’air risquaient de mettre en péril le gonflement de l’ensemble. La mode tient à peu de choses. 

Pris sur le fait ce jour au défilé Rick Owens, cette paire de vengeurs masqués a opté pour la méthode Do It Yourself . Entre grandes marques et grande distrib, quand on commence dans la vie, il faut parfois savoir faire des compromis. Modèles jetables customisés maison de slogans explicites, il n’en faut pas beaucoup plus pour se faire remarquer. La créativité n’a pas de prix.

Le vendredi, chez Loewe, c’est free style assuré. Sourcil taillé Eyebrow Slit, foulard à la Do-rag, tresses Bead Braids et anneau diamant à l’oreille, de quoi donner un sérieux upgrade au masque du jour. Qui, bien que jetable, est de couleur noire très tendance, le rendant aujourd’hui presque introuvable à la vente. Il en reste en ligne, mais rarement disponibles avant fin mars. 

Il fallait au moins ce niveau de customisation pour clore un tel marathon de fashion-weeks, la saison de tous les dangers. Respect à tous ceux qui ont braver l'époque et ses intempéries en tous genres, pour continuer à faire tourner l'industrie, et éviter que le monde ne s'arrête de tourner trop tôt. Vu ce mardi matin au Grand-Palais chez Chanel, on l'aura deviné c'est écrit partout, une version home made boostée de trois Camélias, fleur iconique de la maison, en version autocollante détournée de sa fonction première, le paquet cadeau de la rue Cambon. Preuve que l'upcycling surgit parfois là où on ne l'attend pas.

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous