Design

Non, Goossens ne fait pas que des bijoux

Orfèvre aussi chéri qu'historique de la maison Chanel, Goossens a très tôt étendu son champ d'action à la décoration d'intérieur. Ce chapitre plus "niche" de son abécédaire fait l'objet d'une exposition à l'ancien évêché de Toulon, dans le cadre de la Design Parade.
Reading time 3 minutes

Fichue manie qu'a la mode de ranger les gens dans des cases. À Goossens, celle du bijoutier. À Chanel, celle de la maison de mode. Ensemble, ces deux noms ont toujours vu plus loin. Ainsi, quand elle rencontre Robert Goossens en 1953, Gabrielle "Coco" Chanel trouve en l'homme l'orfèvre, artisan de matières en puissance et non d'objets en acte. Bronze, laiton, cristal de roche...  "De leur collaboration sont nés des bijoux, bien sûr, mais aussi des objets.", explique Gwénaëlle Créhalet, directrice générale de la maison d'art, lors du vernissage de la Design Parade. "Gabrielle Chanel avait commandé à Robert Goossens une table blé pour son appartement, une boule de cristal de roche monté sur un socle, aussi..."

Bijoux d'espace aussi précieux que physiocrates, car souvent inspirés de la nature, ces pièces d'exception constituent une première source pour l'objet Goossens 3.0, source que les travaux de Peter Marino autour du lustre ont récemment complétée. "Jusqu'à maintenant, nous travaillions plutôt à la demande.", poursuit Gwénaëlle Créhalet. "Nous avons décidé de développer notre propre collection, en réinterprétant à travers des objets de décoration les codes identitaires de Goossens, le cristal de roche, le nénuphar, les coquillages..."

Miroirs, lustres, lampes, guéridons : aucune pièce du répertoire ne manque à l'appel de l'exposition Goossens, inaugurée le 27 juin dernier, vouée à se prolonger jusqu'au 24 novembre 2019 dans le cadre de la Design Parade. Murs blancs, tomettes brutes, fraîcheur salvatrice... "L'objet de cette exposition, c'était de partager avec le public le processus ayant abouti à la création de notre catalogue." Visiter l'exposition Goossens à l'archevêché de Toulon, c'est donc à la fois se souvenir et se projeter. Se souvenir du terreau pratique et symbolique de Goossens, les matières brutes, l'abécédaire décoratif. Découvrir, en miroir, de nouveaux moyens d'expression, du bijou...à l'artefact, bien évidemment.  

Du 27 juin au 24 novembre 2019 à l'ancien évêché de Toulon. www.villanoailles-hyeres.com

Crédit photos : Théo Giacometti

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous