Beauté

Chirurgie esthétique : objectif bras galbés

On a beau les entretenir, ils se relâchent, se fripent et perdent leur tonus. Pour retrouver ses bras d’antan, voici les procédures, de  la plus light à la plus chirurgicale, qui ont fait leurs  preuves.
Reading time 6 minutes

Défriper avec la technique d’injection BAP

BAP (Bio Aesthetic Points) est un protocole récent mis au point par le laboratoire IBSA. La technique consiste à injecter dix gros bolus sur des points spécifiques avec un nouvel acide hyaluronique, le Profhilo, formulé pour atteindre la couche sous-dermique afin de stimuler le tissu de support. Donc, parfait pour le fripé des bras, comme l’explique le docteur Marie-Thérèse Bousquet : "On obtient avec ce procédé un effet tenseur intéressant ainsi qu’un effet de lissage et d’amélioration de la qualité de la peau. Ce travail en profondeur donne une dynamique de galbe." Des points sont dessinés, puis le médecin injecte dix bolus, soit une seringue de 2 millilitres par bras. Les bolus se diffusent en quelques heures et la peau se retrouve retendue et densifiée.

Deux séances à un mois d’intervalle, une séance à six mois en entretien. Prix : 600 €.

Tightening avec Exilis BTL

Cet appareil associe la radiofréquence monopolaire et les ultrasons pour traiter le relâchement et obtenir une légère réduction du tissu graisseux à condition qu’il ne soit pas important. Ce traitement est donc indiqué pour des bras "baby chauve-souris". Le traitement est confortable, une certaine chaleur peut être ressentie, mais cette sensation est atténuée par le système de refroidissement, qui évite les brûlures.

 

 

Quatre séances espacées d’une semaine. Prix : 250 € la séance. www.centrelaserclipp.com

Redensifier la peau avec les fils PDO et le Radiesse

On les place partout, ces petits fils tenseurs résorbables dits « mésofils ». Pour densifier une peau relâchée, fripée et fine, vite, des fils ! L’idée est de construire un maillage de soutien, comme l’explique le docteur Antoni Calmon : "Je les pose partout où il y a du fripé, du plissé et du ridulé. Le résultat est immédiat à 30%, et l’effet optimal est atteint à trois mois. En combinant les fils Croma à des injections en nappage de Radiesse dilué, le résultat est encore meilleur, car la peau se densifie grâce aux propriétés d’induction collagénique du produit." L’effet dure environ deux ans.

 

 

Traitement de 50 à 70 fils par bras et deux seringues de Radiesse. Prix : fils PDO à partir de 1 000 €, Radiesse à partir de 800 €.

Cryolipolyse pour les amas graisseux et Ultherapy pour l’effet lift

Ce traitement de choc pour remodeler des bras alourdis et relâchés se déroule en deux temps et sur environ six à huit mois. Tout d’abord, une cryolipolyse avec le Cristal de Deleo. Le fabricant français travaille étroitement avec les médecins et a répondu à leurs demandes en créant sept pièces à main de tailles et d’indications différentes qui s’adaptent à toutes les parties du corps. Certaines sont "aspirantes", d’autres, grâce à leurs composants souples, épousent la forme de la zone. Une pièce souple est posée sur chaque bras, préalablement entouré d’un film enduit de gel pour protéger des brûlures du froid. La température est paramétrée selon l’importance du tissu graisseux (entre – 6° et – 9°). La session dure une heure et demie pour les deux bras, qu’on masse ensuite durant quinze minutes afin d’activer le drainage lymphatique pour une meilleure évacuation des adipocytes par l’organisme, processus qui prend trois mois. Trois mois plus tard, c’est le traitement Ultherapy pour retendre l’excès cutané. Les tirs d’ultrasons sont envoyés en deux passages à 3 et 4,5 millimètres dans la peau, créant des cônes de thermocoagulation qui rétractent les tissus. Il faudra ensuite patienter quatre mois, mais les premiers résultats sont perceptibles à deux mois.

 

 

Une séance de Cristal et une d’Ultherapy espacées de trois à quatre mois. Prix : Cristal, à partir de 600 €. Ultherapy, à partir de 2 000 €.

Le lifting de la face interne des bras avec la cicatrice en L

L’option chirurgicale est un dernier recours. Cette intervention est indiquée pour retendre un excès de peau avec ou sans amas graisseux. Explications du docteur Claude Aharoni, chirurgien plasticien : "Ce qui fait la différence, c’est la cicatrice en forme de L qui a permis de raccourcir d’un tiers sa longueur. La partie basse du L, qui mesure 6 centimètres, est logée dans le pli axillaire de l’aisselle. La partie verticale se trouve à la jonction des faces interne et externe du bras, donc à un angle mort qui est invisible, sauf si on lève le bras." L’intervention se fait en ambulatoire sous anesthésie locale et dure une heure et demie. Si besoin, la graisse est aspirée, puis l’excès de peau est retiré à la fois vers l’aisselle et sur la face interne du bras, d’où la cicatrice courte. Les suites sont légères. Le pansement post-opératoire est gardé trois jours, puis un plus léger dix jours. Les douches sont autorisées tout de suite et les bains au bout de quinze jours, ainsi que la reprise d’une activité sportive douce. Pour laisser la peau au repos, on évite de lever les bras pendant dix jours, consigne assez facile à respecter en raison des brûlures cicatricielles. Très peu de bleus et d’œdèmes. Le résultat acquis se voit à deux ou trois mois.

 

 

Prix : à partir de 3 500 €.

Photographie par Justin Personnaz

Articles associés

Recommandé pour vous