Art

Les Arènes de Vérone s'offrent un lifting

by Italy
01.02.2017
Hier matin, on annonçait le nom des gagnants du concours international pour la réalisation du "velum" des Arènes de Vérone, promu et parrainé par Calzedonia.

Les lauréats ont été dévoilés hier dans l'auditorium du recteur de l'École polytechnique de Milan... Promu et parrainé par l'entrepreneur Calzedonia Groupe Sandro Veronesi, ce projet découle de la nécessité de protéger l'un des amphithéâtres les plus aimés au monde, pour continuer à assurer la tenue des spectacles, mais aussi la préservation du patrimoine archéologique et architectural de la région, dans le respect des contraintes de planification et de paysage urbain.

Les grandes exigences, pour les candidats, furent : la qualité et la cohérence de la création architecturale, fonctionnelle et environnementale ; la réversibilité de la solution proposée et la compatibilité avec les structures de l'arène ; la compatibilité avec les exigences de sécurité du lieu ; enfin, les types de matériaux et les composantes techniques utilisés.

Tout cela, bien sûr, sans nuire au charme de l'arène, qui doit être en mesure de continuer à offrir des spectacles en plein air. Un défi hors du commun pour les plus de quatre-vingts participants : 84 avaient été retenus pour le sprint final (sur 87 soumis, seulement 3 ont été exclus par rapport aux critères de non-admissibilité de l'appel). Après une centaine d'heures de travail, le Comité a tranché. Sur 100 000€ investis par le Groupe Calzedonia, 70 000€ sont répartis entre les trois premiers gagnants (respectivement 40 000€, 20 000€ et 10 000€).

 

Le premier prix a été délivré à l'étude associée SBP et GMP (projet no. 59) à Stuttgart et à Berlin. La différence était l'approche minimaliste et légère du projet de toiture, qui fournit un cadre à membranes rétractables soutenues par un système de rappel automatique maintenant presque complètement libre l'espace aérien sous-jacent. Ce travail entraînerait une dépense d'environ 13,5 millions d'euros. L'étude de faisabilité serait alléguée dans un an et demi : prétendument car, comme l'a souligné à juste titre le maire de Vérone, l'interaction avec la partie archéologique de la structure doit encore être prise en compte. Deuxième et troisième respectivement, les projets de Vincenzo pour l'étude Syracuse (projet 41) et celle de la société mère RTI Italo-espagnol avec l'architecte Roberto GM Ventura (66 projets).

La fabrication de la couverture, approuvée par l'ancien ministre du Patrimoine et des Activités Culturelles Massimo Bray, pourrait être confiée à la même l'étude que celle chargée de la conception : une condition souhaitable compte tenu de la complexité du projet, mais pas nécessaire.

"Tout cela n'aurait pas été possible sans le soutien du groupe Calzedonia", a déclaré le maire de Vérone Flavio Tosi. "En Italie, il est nécessaire de créer des choses, les idées seules ne suffisent plus", a déclaré Sandro Veronesi. "Pour un entrepreneur, il est très positif d'apporter une contribution à sa ville en terme de projets, ainsi que des possibilités d'emploi. Si la mise en œuvre effective est actée, nous sommes prêts à agir... et nous espérons que d'autres voudront se joindre à nous."

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous