Joaillerie

Marlo Laz : plongée au cœur de bijoux luxueux, bohème et intemporels

La créatrice de bijoux nous fait parcourir son monde et ses inspirations.
Reading time 6 minutes

Photographie : Carmen Bamba

Depuis 2014, la designer new-yorkaise Jesse Marlo crée des pièces uniques à l'esprit bohème et luxueux. Placée sous le signe de la Dolce Vita, la marque croit en la passion de la vie, explore le monde et affirme avec insouciance que chaque jour est une fête. La collection est disponible sur Net-a-porter, Moda Operandi et Farfetch, entre autres.

Quand avez-vous compris pour la première fois que vous souhaitiez entamer une carrière de créatrice de bijoux ?

À l'âge de 13 ans, j'ai touché l'héritage de mon arrière-grand-mère, Miriam, qui a survécu à l'holocauste et qui est à l'origine du “M” de Marlo. Il y avait une broche sertie de diamants et de rubis roses qui m’a émerveillée. À partir de ce moment-là, j'ai été obsédée par l’idée de créer mes propres trésors.

Qui ont été vos mentors et quel est le meilleur conseil qui vous ait été donné ?

Mon père est mon mentor. Grâce à lui, j'ai tout appris sur les affaires. Ma grande-tante, Toby, qui était marchande de bijoux anciens, m'a beaucoup appris sur la qualité et l'histoire des bijoux. Enfin, mon parrain, le président de Fila, qui vient de décéder, m'a donné le meilleur conseil possible. Il m'a dit de partager mon inspiration et de raconter mon histoire.

Quelle était votre plus grande peur en sortant votre propre ligne ?

Il n'y avait pas de peur, je me suis laissée porter. J'ai toujours su que je voulais créer ma propre marque et tout cela s'est passé assez naturellement.

Où trouvez-vous l'inspiration lorsque vous travaillez sur une nouvelle collection ?

Le monde m'inspire ! Je suis inspirée par l'art, les voyages et les gens. Je vois mon appartement à New York comme un lieu de curiosités où sont rassemblés des trésors du monde entier qui ont tous, à un moment ou à un autre, inspiré les œuvres que j'ai créées. 

La collection La Trouvaille s’inspire de la visite des rues de Mexico, de la médina de Marrakech, des souks du Moyen-Orient, de la couleur, des sons et des odeurs de Jaipur. Desert Rising est un hommage à Santa Fe et au Texas, où nous avons coparrainé l'installation Stone Circle de Haroon Mirza pour le Ballroom Marfa. Quant à la collection Je Porte Bonheur, elle est inspirée de Paris, où j'ai vécu trois ans.

J'ai récemment rencontré James Turrell et, en plaisantant, j'ai mentionné que je faisais partie du tour du monde JT. Jusqu'à présent, j'ai visité ses installations à Naoshima, dormi à la House of Light au Japon, à Zoug en Suisse, à Scottsdale, à New York et à Long Island. Je veux qu'une sensation de lumière et de tranquillité d'esprit se retrouve dans chaque pièce de Marlo Laz.

En ce moment, je suis inspirée par une villa que j'ai visitée l'été dernier lors d'un voyage sur les routes côtières des Pouilles… Affaire à suivre. 

Qu'est-ce que vous préférez dans votre métier ? 

Emmener nos collectionneurs faire un voyage autour du monde, répandre l'amour, la chance et la lumière. Nous recevons des messages très stimulants de la part de nos clients. Ils nous font part de leur joie et de l'inspiration que leur procurent nos bijoux. C'est ça que je préfère : faire plaisir aux clients. 

Que voulez-vous que les femmes ressentent en portant Marlo Laz ?

Je veux qu'elles soient libres, inspirées et toujours très chics ! La femme Marlo Laz parcourt le monde au rythme de son propre tambour et nos bijoux doivent l'accompagner durant ce voyage.

Si vous deviez choisir une pièce parmi tout ce que vous avez conçu jusqu'à présent, quelle serait-elle ?

J'en choisirais deux…  La première serait le collier La Trouvaille à 5 pièces. C'est le bijou de ma vie, je ne l'enlève littéralement jamais. Nous avons des clients âgés de 28 à 79 ans qui ont personnalisé le leur en gravant des dates, des initiales ou des dictons au verso. Ce collier est intemporel et, comme son nom l'indique, une découverte heureuse qui ne se démodera jamais. Vous pouvez le porter avec votre Alanui ou votre Chanel, sur la plage ou avec une cravate noire, de l'aube au crépuscule.

Deuxièmement, je choisirais la série Eyecon. Les pièces de cette collection sont les premières que j'ai conçues. La bague Je Porte Bonheur est sans aucun doute ma préférée. Je trouve la jade brésilienne que nous utilisons sexy et hypnotisante. “Je porte bonheur” est inscrit dans notre police sur mesure sur le côté de la bague pour vous rappeler de laisser l'amour, la chance et la lumière entrer dans votre vie.

Comment décririez-vous Marlo Laz en trois mots ?

Cultivée, vibrante, enchantée.

Articles associés

Recommandé pour vous