Industry Trends

Inès-Olympe Mercadal dévoile sa nouvelle collection Art de vivre

Après avoir enchanté la mode avec ses escarpins Vintage, lancé son label de prêt-à porter, créé la surprise en révélant un joli grain de voix à travers deux singles et un album de chansons puis multiplié les collaborations en tant que directrice artistique (Le Bourget, Emmanuelle Khanh, Eram, La Redoute), Inès-Olympe Mercadal dévoile en cette rentrée son nouveau projet : une collection destinée aux Arts de la table.
Reading time 2 minutes

Pièce centrale de cet univers, un service de vaisselle en céramique à l’esthétique originale et racée, qui compose sa première ligne CHAHUT. Les services sont colorés et joyeux et réussissent le pari du grand écart entre élégance intemporelle et impertinence subtile, à l’image de la personnalité de sa créatrice, devenue au fil des ans « un visage parisien ». Somme toute, c’est en femme d’intérieur qu’elle ravit aujourd’hui avec cette première collection célébrant l’Art de vivre à la Française, la joie de recevoir.

Cette première collection emprunte son nom à une ancienne danse andalouse. CHAHUT comporte des assiettes, plats et gobelets, carafes, pieds de lampes... le tout en céramique. En reproduisant l’aspect des tâches jaspées, Inès-Olympe Mercadal évoque l’apparence du marbre, mais surtout le souvenir du papier reliure des livres anciens, un clin d’oeil à ses études littéraires.

L’intégralité de la collection est fabriquée à la main dans un atelier éco-responsable, dans un petit village d’Espagne, à la rencontre de la tradition centenaire de la céramique et artisans potiers. Les formes sont actuelles : rondes qui se voudraient carrées, juste un peu déformées aux angles, ovales en pleine croissance. L’œil d’Inès-Olympe a habillé cette vaisselle en harmonies mêlées de couleurs aussi inattendues qu’élégantes. Les déclinaisons colorées de cette collection distille la petite musique de l’impertinence comme un écho tendre aux amours antérieures de sa créatrice. Une fois servie, la table d’Inès-Olympe estompe ces harmonies inattendues pour ne mettre en valeur que le doux secret de ce que l’on y sert.

J’ai voulu décontracter l’art de la table en le distrayant des trop sérieuses et classiques règles de l’étiquette

inesolympemercadal.com
@inesolympemercadal

/

Articles associés

Recommandé pour vous