Food

Où trouver un œuf de Pâques en édition limitée ?

by Eugénie Adda
23.03.2017
Tradition régressive par excellence, l’ovoïde en chocolat prend du galon et se fait chaque année de plus en plus couture...

Texte par Eugénie Adda 

img25 2.jpg
Chez Jacques Genin, un oeuf peint à la main par Corinne Jam.

Le mythe

Si, chez les Égyptiens, les Perses et les Romains, on s’offrait déjà des œufs peints pour célébrer le renouveau du printemps, il faut attendre le Moyen Âge pour voir réapparaître la tradition. Bannis par l’Église pendant le carême – période à laquelle il est aussi interdit de sonner les cloches –, les œufs de poule sont précieusement gardés pour être décorés et offerts aux enfants le jour de Pâques. Dès le XVIIIeme siècle, on les vide puis on y coule du chocolat. Progrès technique et explosion commerciale obligent, l’offre s’est sacrément étoffée depuis.

La lubie

Si les enfants n’ont jamais vraiment arrêté de se jeter sur les œufs, les poules et les lapins le jour de Pâques, les adultes peuvent désormais s’y mettre grâce à une nouvelle vague de pâtissiers et de chocolatiers capables de livrer des créations conçues comme des œuvres d’art. Collaborations avec des designers, peinture à la main et éditions limitées, l’œuf de Pâques devient un nouvel objet de convoitise.

Le sourcing


Exit le beurre de cacao industriel. On choisit des pièces au chocolat grand cru, au praliné maison et aux couleurs décentes pour éviter l’overdose de colorants. L’obsession du moment ? Les chocolats Jivara, Manjari et Caraïbes de chez Valrhona.

Carnet d'adresses

Couture chez Jacques Genin
Le chocolatier s’est associé à l’artiste Corinne Jam, qui peint à la main sur des œufs, poules et lapins garnis en chocolat noir (133, rue de Turenne, Paris 3e).

Contemporain chez Pierre Hermé
Comme chaque année, la superstar crée l’événement. Cette fois-ci, il s’est inspiré de l’artiste Lucio Fontana pour livrer cinq œufs monochromes au chocolat noir pure origine Belize. En édition limitée, évidemment (72, rue Bonaparte, Paris 6e).

Régressif à la Mère de Famille
La maison familiale livre une création double face entre la poule et l’œuf. Au chocolat noir 68 % et petits œufs pralinés (23, rue Rambuteau, Paris 4e).

Brut à la Goutte d’Or
Le pâtissier du moment, Yann Menguy, imagine trois gros œufs à la coque texturée : gianduja et éclats de fève de cacao, lait intense aux éclats de feuillantine et blanc aux noix de pécan torréfiées (183, rue Marcadet, Paris 18e).

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous