Femmes

Karolina Kurkova : "Je suis toujours prête à me transformer."

by Singapore
12.06.2017
Muse de l'horloger suisse IWC, Karolina Kurkova évoque la nouvelle collection de la marque : "Da Vinci".

Qui mieux que Karolina Kurkova pour commenter "The Code of Beauty" (#TheCodeofMe), un court métrage dédié à la toute dernière ligne de montres IWC, "Da Vinci" ? Une femme y explore un palais florentin, en quête d'un mystérieux code... Rencontre. 

Lofficiel Singapore KK IMG_4417.jpg

En grandissant, vous avez lutté avec votre apparence peu conventionnelle...

Oui, j'étais différente des autres. J'ai appris à accepter mon physique, qui m'a finalement conduit à une carrière de mannequin réussie. Je crois que le regard des autres, leur jugement, m'ont rendu unique, m'ont donné du caractère et, d'une certaine façon, m'ont permis d'aider d'autres filles de l'industrie à accepter leurs différences.

Avez-vous dû travailler dur pour maîtriser votre corps et devenir top model ? 

J'ai de plus en plus confiance devant la caméra, à mesure que je vieillis. Il s'agit de se sentir bien dans sa peau et d'avoir confiance en l'équipe avec laquelle vous travaillez. Je trouve également très important que chaque projet soit comme un recommencement. Je suis toujours prête à me transformer, ce qui est une autre qualité importante lorsque vous êtes mannequin : la capacité à être caméléon.

Lofficiel Singapore KK IMG_4001.jpg

Comment votre histoire avec IWC a-t-elle commencé ?

Il y a environ cinq ans, je suis allée à l'inauguration d'une de leurs boutiques, à New York, et j'ai eu le plaisir d'y rencontrer l'ancien PDG Georges Kern. Nous avons tous deux la même passion pour la qualité, les pièces intemporelles... Chez IWC, chaque modèle est fait avec exigence et créativité... ce qui m'a donné envie de m'engager pour la marque. 

Quelle est votre définition du "Code of Me" de IWC ?

L'élégance, la pureté et l'intemporalité. Avec "Da Vinci", IWC a su établir un lien entre Léonard De Vinci et les années 1980, moderniser son patrimoine sans perdre son identité. Ce que j'aime le plus dans cette collection, c'est que les montres sont adaptées aux hommes et aux femmes.

J'ai remarqué que vous aviez pléthore de montres IWC...

Oui ! Il m'est difficile de dire celle que j'aime le plus, car elles sont toutes si différentes et étonnantes. Mon humeur quand je me prépare, la tenue que je porte, influence mon choix : entre une montre oversize et mini, par exemple. IWC est maître dans la création de montres à porter du matin au soir. J'aime beaucoup le modèle "Portofino".

Le mot de la fin ?

Mon mari Archie (Drury, un acteur) et mon fils Tobin ont les montres "Pilot" pour père et fils. Elles sont gravées à leur nom et signifient beaucoup pour nous. 

Photographie Damian Krisl, Stylisme Monica Mong

Cet article est issu du numéro de juin / juillet 2017 de L'Officiel Singapore (disponible sur Magzter et dans les kiosques à journaux). Cliquez ici pour vous abonner. .

IWC Da Vinci : The Code of Beauty film

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous