Fashion Week

À Londres, Victoria Beckham se rebelle... et la mode applaudit

"Cette collection exprime notre volonté de rester fidèle à la femme Victoria Beckham tout en bousculant ses codes. C'est ce que j'appelle ma petite rébellion" confie la créatrice Victoria Beckham peu de temps après son défilé automne-hiver 2020-2021. Entre tradition et modernité, l'ex-Spice Girls s'émancipe sous le regard approbateur de la fashion-sphere.
Reading time 2 minutes

À deux pas du palais de Westminster se tenait, en ce dimanche matin particulièrement pluvieux à Londres, le défilé automne-hiver 2020-2021 de Victoria Beckham. Rendez-vous incontournable de la fashion week londonienne, cette saison fut l’opportunité pour l’ex-Spice Girls d’exprimer son désir d’émancipation : "Je me suis questionnée sur la relation entre raffinement et rébellion. Je me suis inspirée de différentes femmes — différentes personnalités, différents moments de vie, différentes attitudes — le tout sans compromis. L'idée principale est de balayer les règles. De se fier à l'instinct. De faire preuve d'audace."
 

De l'audace, oui, mais avec justesse — sur le sensuel titre Nothing Burns Like the Cold interprété par l'artiste Snoh Aalegra, les silhouettes ondulent avec souplesse et assurance : plusieurs versions de la classique "petite robe noire" s'accordent sur la longueur mi-mollet, efficace et résolument moderne sur une thigh-high boot en cuir charbon. Partie intégrante de l'ADN de la Maison, le masculin-féminin s'exprime à travers les costumes et longs manteaux au tombé impeccable, accessoirisés de ceintures bijoux dorées et de boots hautes perchées bleu paon ou coquelicot. Reflétées sur le catwalk effet miroir, les peintures de Rubens du Banqueting House contemplent la vision si singulière de Victoria Beckham sur la féminité — chic et indomptable.

/

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous