Fashion Week

Un conteur de rêves nommé Jonathan Anderson

Entre onirisme et pragmatisme, le directeur artistique de la maison JW Anderson a livré, lundi 16 septembre, une collection toute en sensualité inspirée des magazines de mode et couturiers des années 40 et 50, époque où la notion de silhouette était centrale.
Reading time 3 minutes

Le lieu 

Fidèle à l'enceinte du Yeomanry House à Londres, Jonathan Anderson a fait appel à l'artiste canadienne Liz Magor afin qu'elle y installe Pet Co, oeuvre explorant les relations sous-jacentes des objets entre eux : “Je souhaitais garder la même configuration spatiale que la saison dernière, tout en la faisant évoluer. J'ai connu le travail de Liz Magor à Harvard et ai été frappé par son discours sur l'expérience du regard. J'ai réfléchi à cette idée de "regarder" les choses, comment nous les perçevons, comment nous appréhendons les textures, les bijoux et ce qu'ils veulent vraiment dire" explique Jonathan Anderson.
 

La collection

Comme à chaque saison, Jonathan Anderson nous conte l'histoire de sa maison avec continuité et une faculté rare à surprendre. Au gré d'une quarantaine de looks — dont les incontournables capes, trenchs et longues robes fluides — Anderson dépeint un tableau sensuel enrichi de lamé doré et argent et d'accessoires façon bijoux venant souligner la poitrine, dessiner une zone du corps, embrasser la nuque ou enlacer la taille. Avide de décupler et rejeter simultanément les créations passées de la maison, le créateur explore l'idée d'un prêt-à-porter ultra-désirable, presque magnétique : d'où les nombreux liens repérés à même les vestes, ou encore les pantalons de tailleur noués à la cheville par des sandales tressées à pampilles. Notions centrales de l'ADN de JW Anderson, le savoir-faire, la culture et le voyage se matérialisent via des coupes impeccables, des accessoires en cuir tels des compagnons de route et autres éléments en macramé. 


Le front-row

Parmi les habitués des défilés JW Anderson comme Veronika Heilbrunner et Blanca Mirò Scrimieri, cette saison a attiré le soutien de la pop-star Christina Aguilera, l'actrice Maisie Williams, l'acteur et chanteur américain Billy Porter. La scène britannique était elle aussi de la partie avec la présence du jeune poète qui monte Sonny Hall ainsi que du jeune mannequin Iris Law, fille de Sadie Frost et Jude Law.

/

Photo de couverture par Daisy Walker
Photos du défilé : JW Anderson

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous