Fashion Week

Dior défile à la maison

C'est au 30 avenue Montaigne, berceau de l'imaginaire et du savoir-faire de la maison Christian Dior, que Maria Grazia Chiuri dévoilait aujourd'hui sa nouvelle collection haute couture.
Reading time 2 minutes

Le lieu

L’artiste Penny Slinger prend ses quartiers au 30 avenue Montaigne, saint des saints de la maison, où Christian Dior a oeuvré depuis 1946… et ses successeur(e)s après lui. Filant la métaphore du retour aux sources, la plasticienne californienne laisse entrer la nature dans les salons ouatés de l’hôtel particulier. L'abre Yggdrasil et ses racines enlacent l’escalier central, au rythme des Quatre Saisons de Vivaldi. 

La collection 

Les Cariatides, allégories statufiées d’une féminité qui porte le monde, sujets d’un film fameux d’Agnès Varda, inspirent à Maria Grazia Chiuri un propos autant qu’une silhouette : "Le point de départ de cette collection est intimement lié à la pensée architecturale. Dior s’est toujours défini lui-même comme un couturier-architecte. Mais que cela signifie-t-il aujourd’hui ?" Premier look, porté par Ruth Bell, une robe antiquisante taxée d’une phrase de Bernard Rudofsky soulève d’autres questions : "Les vêtements sont-ils modernes ?"

Le détail 

La Danoise Mona Tougaard en robe "30 avenue Montaigne". Les concepts de vêtement et d’objet sculptural interagissent autour d’une idée fixe : la femme comme clef de voûte de la mode, de l’architecture…et de la société. En pratique, la création évoquerait presque un génie surréaliste, Dalí ou Magritte, qu’on aurait projeté dans une fantasmagorie de fantasy

Dior Autumn-Winter 2019-2020 Haute Couture show

Articles associés

Recommandé pour vous