Beauté

François Nars : "Je ne suis pas sur Instagram"

Figure emblématique de l’univers de la beauté, François Nars a révolutionné notre approche du maquillage, au point de l’ériger en discipline artistique. À l’occasion de la sortie de sa collection-hommage au photographe Man Ray, il se confie à “l’Officiel”.

Dans quelles circonstances avez-vous décidé de vous consacrer à la beauté?

François Nars: Je suis né dans le sud de la France. J’ai débuté ma carrière de make-up artist à Paris, puis je suis parti à New York au début des années 1980, où je vis toujours par intermittence. En 1994, j’ai eu envie de lancer ma propre marque de maquillage plutôt que de piocher des produits à droite et à gauche. Parallèlement, je  suis devenu photographe pour créer l’identité visuelle des campagnes Nars Cosmetics. En fait, je me suis pris au jeu, j’ai sorti plusieurs ouvrages de photos, et depuis je shoote les clichés de mes publicités, comme pour notre dernière campagne automne-hiver 17/18, dont Bella Hadid est l’égérie.

 

Quelle est votre relation à la photographie, et en quoi influence- t-elle votre travail?

Pour moi, le maquillage et la photo sont deux disciplines complémentaires. J’ai longtemps collaboré avec les plus grands photographes entre Paris et New York, de Richard Avedon à Helmut Newton en passant par Steven Meisel. J’ai tout appris d’eux, et le maquillage était un élément essentiel sur chacun des shootings, la connexion entre l’univers du make-up et de la photographie y était pour moi évidente.

Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - The Veil Face Palette - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - The Kiss Velvet Matte Lip Pencil Set - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - Noire Et Blanche Mini Audacious Coffret - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - NARS Love Triangles 3 - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - NARS Love Triangles 2 - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - NARS Love Triangles 1 - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - Love Game Eyeshadow Palette - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - Les Amourex Mini Audacious Coffret - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - Glass Tears Eyeshadow Palette - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - Gifting Collection - jpeg.jpg
Man Ray for NARS Holiday Stylized Image - Color Collection - jpeg.jpg

Pourquoi avoir choisi Man Ray, et que représente-t-il pour vous?

Je nourris une immense admiration pour Man Ray, et ce depuis ma jeunesse. Dès 13 ans, j’ai découvert son travail à travers des livres qui lui étaient consacrés. J’ai été fasciné par son art, sa vision, et par cette époque prolifique des années 1920 et 1930 à Paris. Il a fait partie intégrante de ces décennies extraordinaires qui ont vu naître le mouvement surréaliste, l’avènement de Picasso et d’autres artistes hors du commun. J’ai toujours été frappé par son approche si avant-gardiste, qui m’a inspiré au cours de ma carrière, aussi bien en maquillage qu’en photo. Que la fondation May Ray ait accepté de se lancer dans cette collaboration avec nous pour notre dernière ligne de maquillage est pour moi un immense honneur.

Quelles sont vos muses d’hier et d’aujourd’hui?

Les muses de Man Ray justement,  à commencer par Kiki de Montparnasse, sa favorite, celle qu’il a tellement photographiée. Elle m’a toujours inspiré au niveau du maquillage, j’avais d’ailleurs créé une histoire inspirée des looks de Kiki avec Linda Evangelista pour un magazine italien. Un hommage visuel à ses sourcils au dessin caractéristique, et ses lèvres foncées ultra sensuelles. J’adore aussi Charlotte Gainsbourg, avec qui nous avons également créé une collection. J’aime sa modernité, sa personnalité, son talent et son style sans compromis.

Les références artistiques qui nourrissent votre processus créatif ?

Il y en a tellement! Ces derniers temps, je redécouvre les films d’Almodóvar, que j’ai toujours aimés mais que j’avais un peu oubliés. J’apprécie sa forte personnalité, et sa façon hors du commun de sublimer les femmes. Je suis aussi très fan de Tilda Swinton, de sa capacité à se transformer et de son exigence dans le travail. Je citerai aussi Vanessa Redgrave, qui est une de mes actrices favorites. Parmi les chanteuses, Barbara, évidemment. Je ne m’en lasse jamais, j’écoute ses chansons en boucle, au fur et à mesure des années. Je regrette qu’elle ne soit plus de ce monde, car j’aurais tellement aimé la photographier, et lui proposer de collaborer à une des campagnes Nars Cosmetics.

Vous qui êtes d’une discrétion légendaire, quel regard portez- vous sur la starification des make-up artists via les réseaux sociaux?

En effet, je dois être l’un des derniers à ne pas avoir de compte Instagram. Cela ne m’empêche pas de regarder tout ce qui s’y passe, et je suis parfois agréablement surpris. Si le talent est là, et qu’Internet est une plate-forme qui permet de se faire découvrir du public, alors pourquoi pas? Là aussi, il faut faire la part des choses, et réussir à distinguer les vrais passionnés talentueux des personnes plus opportunistes qui privilégient la célébrité, au détriment de leur travail. Il faut savoir garder du discernement, ne pas tout avaler en se fondant uniquement sur le nombre de followers. J’ai un œil assez critique évidemment, quand je regarde ce que proposent les make-up artists. Mais sur le principe, je n’ai rien contre, et je pense que ces nouveaux moyens de communication contribuent à faire émerger de nouveaux talents.

Dans quels lieux aimez-vous vous ressourcer?

Paris, une ville qui n’en finit pas de m’inspirer. Et Tahiti évidemment, où j’ai beaucoup vécu ces quinze dernières années. La beauté et ses rituels y jouent un rôle crucial et tiennent une place énorme dans la vie des femmes. J’ai aussi redécouvert Los Angeles, que je n’appréciais pas vraiment les premières fois où je m’y suis rendu. Depuis deux ans, je suis tombé amoureux de la ville. J’aime Melrose, Los Feliz, mais aussi Beverly Hills. J’aime y regarder les femmes, leur approche de la beauté est diamétralement opposée à celle des Parisiennes, elles affichent clairement leur goût pour la chirurgie plastique, ça a un côté presque amusant à regarder. Mais surtout, j’aime le climat et la lumière si caractéristique de cette ville, et l’atmosphère particulière que dégage la Californie.

Articles associés

Recommandé pour vous