L'Officiel Art

Le Frac Nouvelle-Aquitaine Méca fait vibrer Bordeaux

Inauguré fin juin, le Frac Nouvelle-Aquitaine Méca abrite – dans un vaste édifice lumineux (conçu par l'agence danoise BIG) établi dans le quartier de la gare, en bordure du fleuve – un nouveau pôle de création inédit rassemblant les activités en faveur de la production artistique (aide à la production, résidences à destination d’artistes, de commissaires, critiques d’art issus du territoire de Nouvelle-Aquitaine, français ou étrangers). En geste inaugural, une exposition collective dont le commissariat a été confié par la directrice, Claire Jacquet, à des commissaires invités : “Il est une fois dans l’Ouest”, un accrochage inattendu.
Reading time 4 minutes

 

Sur la mission, les enjeux et la nouvelle dynamique de la Méca. 

CLAIRE JACQUET : “Le bâtiment de la Méca rassemble trois entités qui couvrent quasiment toutes les disciplines de la création contemporaine : les arts visuels et plastiques au Frac ; le livre et le cinéma à l’Alca ; et le spectacle vivant à l’Oara. La cohabitation de ces différents départements permet une porosité entre les domaines et, possiblement, des collaborations entre créateurs, à nous de créer les conditions de ces rencontre. Chacun est donc maître en son domaine avec les projets spécifiques qui le concernent, mais également inscrit dans l’échange sur des projets croisés, dès lors que les artistes en manifesteront le souhait.”

 

Sur le choix du titre de l’exposition inaugurale, “Il est une fois dans l’Ouest”. 

“Le jeu sur le titre éponyme du film est un clin d’œil pour inciter le public à venir voir ce qui se passe dans l’Ouest au temps présent... Le titre inscrit davantage le début d’un récit que l’on dérouleet dans lequel nous souhaitions aborder le premier chapitre avec un certain nombre de personnes que j’ai invitées sur le plateau d’exposition de 2.200m2. Et si l’on considère qu’un film est une sorte de manifeste, il me semble que nous sommes là pour défendre mille et une manières de voir l’art différemment. Cette exposition fait cohabiter des sensibilités, des sujets, des médiums extrêmement différents. Ceux que l’on connaît depuis toujours, telle la peinture, et des manières nouvelles, comme les objets numériques, la performance. Le leitmotiv de cette exposition est de prendre pour point de départ les ressources propres à cette région très vaste qu’est la Nouvelle-Aquitaine qui rassemble trois anciennes régions. Puis de dessiner des lignes transverses qui nous emmènent en Espagne, avec Charles Fréger qui a travaillé sur l’identité basque – avec notamment une série liée à Guernica de Picasso –, nous conduisent en Afrique du Sud, avec une fondation privée installée à Saint-Emilion, près de Bordeaux, et du côté de l’Afghanistan avec le travail photographique de Pascal Convert. C’est donc un plateau qui signale une ouverture au monde depuis un endroit lié à Bordeaux, à l’Aquitaine qui, historiquement, a entretenu des liens avec l’Afrique. Mais s’intéresse également à des enjeux très actuels associés à cette mémoire culturelle universelle que nous rappelle la description des falaises des bouddhas de Bâmiyân photographiées par Pascal Convert. Je pense que dans cette dynamique territoriale de rapprochement avec nos homologues – directeurs d’écoles des Beaux-Arts, de centres d’art, de musées des Beaux-Arts – nous allons pouvoir amplifier notre présence à l’étranger, notamment en Europe. Là aussi dans une volonté de coproduire et co-construire cette culture commune qui nous fait encore défaut, car nous sommes aujourd’hui à une étape cruciale de l'édification de l’Europe. Elle devrait nous permettre de consolider la culture que l’on partage, et faire en sorte que l’on continue à apprendre des uns et des autres.”

 

FRAC NOUVELLE-AQUITAINE MÉCA, Il est une fois dans l’Ouest”, du 29 juin au 9 novembre, Bordeaux. 

 

Articles associés

Recommandé pour vous