Voyages

On dirait le sud

by Léa Trichter-Pariente
17.05.2017
Son rêve américain réalisé, le roi des ciseaux new-yorkais Frédéric Fekkai fait un retour aux sources. Immersion au cœur de sa terre natale et de Bastide, son nouveau projet beauté.

Bastide, 14, rue espariat, aix-en-Provence.
www.bastide.com

Page-1-Image-1 copy 3.png
Page-1-Image-1 copy.png
Page-1-Image-1-2.png
Page-1-Image-1.png
Page-1-Image-2.png
Page-1-Image-3.png

Frédéric Fekkaï est toujours resté fidèle à ses racines. “Aix-en-Provence est la ville où je suis né, où j’ai grandi et dans laquelle je reviens sans cesse pour puiser encore et toujours l’inspiration et l’idée même du bien-vivre.” Son premier souvenir d’enfance est sa mère lui rinçant les cheveux au vinaigre de pomme et lui passant de la crème Nivea sur le visage. Après avoir conquis l’Amérique avec ses sept salons de coiffure et une collection de soins pour cheveux vendus dans plus de quarante villes dans le monde, l’enfant d’Aix vient de relancer, avec son épouse Shirin von Wulffen, Bastide, une marque de beauté et d’art de vivre créée en 1991. “J’aspire maintenant à une vie plus simple et remplie de sens.” La première rencontre avec Nicole Houques, la fondatrice de Côté Bastide, a lieu en 1995. Frédéric tombe amoureux de ses produits. Ils signent alors une collaboration en lançant une collection capsule qui complète sa propre ligne de soins bain et maison. Dix ans plus tard, désireux de promouvoir le fertile terroir provençal et de célébrer l’extraordinaire richesse de ses artisans, Frédéric fait, avec Shirin, l’acquisition de l’entreprise. Leur idée ? Perpétuer l’authenticité de la collection tout en la modernisant. Parfums, savons, lotions, crèmes, huiles et bougies : la marque propose des produits 100 % made in Provence, qui incarnent la beauté au naturel. Des ingrédients sains (destinés à toute la famille sans aucun produit chimique, toxique ou irritant), une fabrication artisanale par des experts dans leurs corps de métier et le respect de l’environnement à travers un packaging recyclable sont la marque de fabrique de Bastide. “Ce que j’aime par-dessus tout dans cette nouvelle aventure, c’est l’idée de travailler avec ma jeune équipe et des artisans de Provence.” Parmi ses senteurs et ses textures favorites figurent la fleur d’oranger et la figue, les huiles essentielles, les pigments naturels et les argiles de Provence. “Notre best-seller est l’eau de toilette Rose Olivier et nous allons lancer prochainement quatre nouveaux produits de la gamme corps, comprenant des huiles, une crème et des savons, et une ligne de soins du visage en automne. Le tout sera proposé dans la toute première boutique de la marque qui ouvrira ses portes à Aix-en-Provence en mai.” Après trente-quatre ans de vie new-yorkaise et bien que toujours basé aux États-Unis, Frédéric aspire à vivre un jour entre Aix-en-Provence et Paris. “J’espère pouvoir déguster mes journées à peindre, cuisiner et me promener dans la campagne aixoise. L’air ici est pur arôme, il est enivrant. À peine arrivé ici, vos épaules se relâchent déjà de deux centimètres.” Contre le stress de son rythme urbain, Frédéric médite et fait du yoga : “Je pars bientôt avec mon fils de 22 ans, Alexander, pour une retraite annuelle de yoga et randonnée à Majorque, organisée par un ashram en Californie. C’est la troisième à laquelle je participe avec lui et la douzième en tout.” Il s’échappe également tous les week-ends à la campagne, à Millbrook, dans la vallée de l’Hudson, où il possède une ferme, et prend la direction d’Aix-en-Provence dès qu’il dispose de plus de temps. Frédéric, Shirin et leurs enfants Cecilia et Philip se retrouvent dans la bastide du xviie siècle qu’il a rachetée en 2010 au cœur du domaine Chantecler. “C’est mon havre de paix. Nous y passons en moyenne quatre mois par an. Juin-juillet est la plus belle période car la lumière dorée est magnifique et la lavande est au plus bleu. J’aime aussi décembre avec les feux de bois dans la cheminée et les décors de Noël.” Garder l’esprit bastide en ajoutant le confort d’aujourd’hui, tel était le pari de Frédéric et Shirin. “Nous avons gardé les murs extérieurs et refait tous les intérieurs afin d’avoir une maison agréable toute l’année, pas seulement l’été.” Les pièces préférées du maître des lieux sont son bureau et la cuisine. Confortable et chaleureuse, la maison fait la place belle aux antiquités chinées au fil du temps à L’Isle-sur-la-Sorgue et aux puces de Clignancourt. Certains meubles et chandeliers ont été commandés à des artisans et des artistes de la région, notamment la sculpture d’un gorille en grillage d’Aurélien Raynaud, un ami sculpteur. “Je ne suis pas un collectionneur mais un fervent acheteur de belles choses comme l’art, les antiquités et les voitures de collection.” Sportif, Frédéric débute très tôt sa journée en gravissant la montagne SainteVictoire, avant d’aller faire le marché en centre-ville. À son retour, il prend plaisir à aider le jardinier avant l’heure du déjeuner en famille. Au menu, salade des champs avec les tomates du jardin, arrosée d’huile d’olive provençale, loup de mer de Méditerranée, gratin de tomates et fenouil, ratatouille, fromages de chèvre et brebis, puis sorbets maison. L’après-midi, il profite du décalage horaire pour travailler avec l’équipe de New York. Une fois disponible, il apprécie une partie de pétanque ou de foot entre amis ainsi que les dîners qui s’avancent tard dans la nuit. Le couple aime cuisiner et recevoir leurs anciens et nouveaux amis autour d’une belle table et d’un bon rosé. “Nous prêtons beaucoup d’attention au bien-être de nos amis, afin qu’ils puissent jouir de la Provence véritable. Nos invités ont toute indépendance dans la maison d’amis. Ils ont leur propre cuisine et des vélos électriques à disposition.” Faire vivre une belle expérience à ses proches et à ses clients est ce qui guide Frédéric au quotidien. Outre son travail et sa famille, Frédéric est engagé auprès de nombreuses causes caritatives, au profit des femmes, des enfants et également de l’art. Son rêve ? Inciter les jeunes à ressusciter les métiers artisanaux et les engager à la philanthropie pour l’environnement et les peuples défavorisés.

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous