Industry Trends

Génération Z, quand l’élève dépasse le maître

Elliot Giordano Lesieur, étudiant à l’ESCE, vient à 23 ans de totaliser plus de 200.000 vues en une semaine après le post de son cv sur LinkedIn. Une vidéo de haute voltige réalisée par ses soins en clin d’oeil à son entreprise fétiche, Nike, qu’il avait dans le viseur pour son stage de Master. Interview coup de coeur, en exclusivité.
Reading time 5 minutes

Le cv vidéo d'Elliot Giordano Lesieur, à découvrir sur LinkedIn

Combien de temps et de personnes pour faire ce film ?

 

Elliot G.L. : Une petite année ! L’idée a germé en janvier 2018. Le scénario et le script m’ont pris un temps fou, story-telling, lieux, photo, voix-off… Je visais la perfection. J’ai planché pendant 3 mois sur la manière de construire un projet viable, tant d’un point de vue production et réalisation que financement. J’ai activé mon réseau, amis et connexions, et rencontré Inès d’Anselme et Antoine Coquelet de la jeune boite de production Coqprod avec qui j’ai réalisé et monté le film en 4 versions avant d’obtenir la bonne. Ils m’ont beaucoup appris. 

 

Comment l’avez-vous financé ? 

 

La question du financement était pour moi le noeud gordien de l’affaire. J’ai beau avoir travaillé au Nike Store Beaugrenelle, je suis encore étudiant ! Pour compléter mes économies personnelles et le « family funding », j’ai organisé une tombola publique à partir d’une première vidéo postée sur Facebook, et bouclé mon budget en 2 semaines. Plus de 80 personnes ont cru en moi et répondu à l’appel. Je ne les en remercierai jamais assez. Il me reste d’ailleurs encore quelques lots à distribuer, je n’oublie pas !  Le tournage a eu lieu sur 2 jours à Paris en juillet, sous 40 degrés, avec une vingtaine d’amis mobilisés pour l’occasion. L’un d’eux, Salim, et moi avons peint aux signes de Nike un mur vierge pour la scène finale. En octobre 2018, une projection « friends & family » avait enfin lieu dans un bar parisien.  

 

Pourquoi avoir entrepris une telle démarche ?

 

Ma motivation première était de montrer à Nike que nous partagions les mêmes valeurs : énergie, dépassement de soi, créativité, innovation, émotion. Et puis je voulais me démarquer. Postuler en ligne et attendre une réponse ne me correspond pas, je suis très proactif au quotidien. Dernière raison, ce n’est pas simple à mon âge de formuler qui on est vraiment, j’en avais fait l’expérience lors d’une recherche de stage précédente. Le cv vidéo est un bon moyen de mettre en avant sa personnalité, son savoir-faire mais aussi son « faire savoir ». Et c’est à mon avis LE curriculum vitae des années à venir. 

 

Par défi personnel ou nécessité professionnelle ?

 

Les deux mon capitaine ! C’était un challenge d’autant plus personnel pour moi que je partais en janvier 2019 pour Bogota et voulais réunir famille et amis autour d’un évènement fort. Mais il est certain que c’était aussi le meilleur moyen pour interpeller et intégrer une entreprise aussi performante que Nike. C'est une bonne carte de visite. 

 

Votre vision de l’entrepreneuriat, pour votre génération et pour l’avenir ?

 

L’entrepreneuriat relève selon moi aujourd’hui plus d’un état d’esprit que de compétences particulières. Face à la vitesse 3.0 à laquelle se font les échanges, l’évolution des mentalités, il faut suivre son instinct et sa créativité. Savoir anticiper pour s’adapter au marché. 

 

Avez-vous finalement décroché ce stage chez Nike ?

 

Ah… la question qui tue ! C’est en bonne voie. Dès le lendemain de la mise en ligne, j’ai obtenu un entretien téléphonique avec la responsable recrutement des stagiaires du headquarters européen Nike, où j’ai rendez-vous mi-mars. Et accessoirement, j’ai reçu quelques offres d’emplois ! Moralité : toujours tentez le coup, vos rêves en valent la peine!

 

Articles associés

Recommandé pour vous