Hommes

Donatella Versace : "Mon idéal masculin n’a jamais changé"

by Baptiste Piégay
14.12.2016
Depuis la mort de son frère Gianni en 1997, Donatella Versace est la directrice artistique de la célèbre maison italienne. Il était naturel, ou presque, qu’elle se glisse dans quelques-unes des pièces iconiques de sa dernière collection homme.
Quand vous commencez à travailler sur une collection, quel type d’homme avez-vous à l’esprit ?

Je ne pense jamais à un seul homme, mais plutôt à une certaine idée de leur comportement et des caractéristiques qui les définissent. L’homme Versace a toujours été guidé par le genre d’assurance qui leur permette de conquérir le monde. Il a toujours été charmant, fier, intelligent. J’aime que les hommes puissent aujourd’hui révéler leur vraie nature, partager leurs passions et leurs convictions. La mode n’est plus seulement un fantasme de ce que pourraient être les hommes, mais elle est faite pour la façon dont ils vivent, dans la réalité. Quand je dessine mes collections, je réfléchis à ce que fait l’homme Versace de sa journée, et comment son vestiaire peut l’aider à être à son meilleur possible.

Quelle est votre définition de la masculinité ? A-t-elle changé au fil des années?

Mon idéal masculin n’a jamais changé. J’ai toujours cru que les hommes devaient être forts, passionnés, fiers, téméraires, s’exprimant librement. Ce qui a changé, c’est la société. Aujourd’hui, les hommes ont la possibilité de s’exprimer plus que jamais. Cela se reflète dans leurs amours, leur travail, leurs convictions, leurs combats. La perspective que cela soit seulement le début de quelque chose, que les hommes vont continuer à évoluer, à être encore plus libres, m’excite.

Faites-vous des études de marché, des enquêtes sur l’homme de la rue ?

Je constate surtout que les hommes ont différents besoins correspondant à leur mode de vie. Le tayloring est essentiel et le costume Versace est toujours au cœur de nos collections. Mais les hommes n’ont pas peur de mélanger les pièces et ont aussi besoin d’un blouson zippé, d’une veste en cuir, d’un jean impeccable. Tout chez Versace est désirable pour l’homme : les emblématiques chemises en soie, le pull en cachemire…

Que pouvez-vous dire de ce shooting ? Vous identifiez-vous à chaque client potentiel de la maison Versace ?

Ce manteau-ci m’obsède ! Je suis vraiment jalouse qu’il fasse partie du vestiaire masculin, et non féminin. J’aime son audace, avec ses épaules marquées, et son double-boutonnage, et pourtant il est doux et désirable. Cela montre la force de l’homme Versace et sa sensibilité.

Dans la mode féminine, les enjeux sont clairs, ils portent sur les courbes, le mystère, ce qui peut être ou non dévoilé… Qu’est-ce qui distingue la mode masculine ?

La rencontre de la tradition et de l’expérimentation. Chaque saison, nous mettons au point plusieurs versions du costume, peut-être avec de nouveaux matériaux, ou avec une construction plus légère, mais la tradition demeure. Et les hommes adorent jouer avec leur silhouette, essayer quelque chose de différent. J’aime l’optimisme de cette collection de l’automne 2016, l’allure sportive des zip-ups, les incroyables pulls en angora duveteux. C’est ça qui distingue la mode masculine : elle peut être sérieuse et ludique à la fois.

Quelle sera la prochaine révolution de la mode ?

Je pense toujours à la façon dont Internet a changé nos vies à jamais. Il a infusé tous les domaines – notre manière de communiquer, d’échanger avec des gens à l’autre bout du monde et de vivre. Beaucoup d’hommes n’ont plus besoin d’être bloqués au bureau toute la journée. Leur vestiaire a complètement changé, le nouvel homme n’a plus besoin de tenues formelles pour toute la semaine. Il porte plus d’attention à sa tenue au quotidien. Tout a changé, et ce n’est que le début. Tous ceux qui se réfugiaient auparavant derrière leur costume de bureau vont pouvoir s’exprimer plus librement à travers leur silhouette.

Existe-t-il une place pour la subversion ou le politiquement incorrect ?

La mode est synonyme de liberté et d’expression personnelle. Elle peut délivrer des discours sur la manière dont nous pourrions vivre, elle célèbre la vie, le plaisir. Ce qui compte c’est sa sincérité et que ce qui est dessiné vienne du cœur. 

production/france/images/1483568632192400-1483545921137539-OH45_107-1.jpg
Lors de votre dernier défilé, à Milan, en juin 2016, la musique de Prince, qui venait de disparaître, avait un rôle essentiel. Pourriez-vous nous dire ce qui vous liait à lui ?

Je n’arrive toujours pas à croire qu’il n’est plus parmi nous. Lui rendre hommage était très important. Il était un authentique créateur, peut-être un des plus grands génies que le monde ait jamais connu. C’était un honneur que des musiques inédites spécialement enregistrées pour moi accompagnent le défilé. Il m’a toujours inspiré, par son talent bien sûr, mais aussi par son courage, son intrépidité même, sa singularité, son amour. Maintenant qu’il est parti, il m’inspirera, plus que jamais, dans tout ce que j’entreprendrai.

www.versace.com

Photographe Pablo Arroyo

Styliste Jérôme André

Partager l’article

Articles associés

Recommandé pour vous