Hommes

Équipe de France : la jeunesse au pouvoir !

Le jour de gloire est arrivé ! Alors que les Bleus s'apprêtent à disputer la finale de la Coupe du Monde, focus sur cette jeunesse douée et insouciante bien déterminée à battre la Croatie.
Reading time 5 minutes

C'était il y a vingt ans. A domicile, l'Équipe de France remportait sa première – et pour le moment unique – Coupe du Monde. Score sans appel : 3-0, deux réalisations de Zidane et un but de Petit pour faire chavirer l'hexagone et créer le mythe "Black-Blanc-Beur". Joie intense. Immense victoire d'un sélectionneur - Aimé Jacquet - honteusement décrié qui avait fait le choix de ne pas emmener avec lui Ginola, Cantona ou Papin. A la tête des Bleus, Jacquet souhaitait s'entourer de joueurs responsables. Naquit ainsi un groupe de 23 hommes. Thuram, Boghossian, Lizarazu, Blanc, Desailly, Deschamps, Djorkaeff… Autant de patronymes demeurés dans les mémoires pour leurs talents de footballeurs mais aussi pour leur charisme. Autant d'athlètes à la tête bien faite influencés par la rigueur tactique d'un football italien devenu terre d'exil salvatrice, avec ses systèmes défensifs compactes hérités du catenaccio. S'ils n'étaient pas tous de vieux grognards, loin s'en faut, les Bleus d'hier se caractérisaient avant toute chose par leur sérieux. Deux décennies plus tard, force est de constater que le onze tricolore a bien changé. L'Équipe de France ressemble aujourd'hui à la jeunesse de son pays : décomplexée, égotique, légère et ultra connectée. Un souffle de vent frais. Mieux, une tornade que tout emporte !

MBappé, 19 ans, Dembélé 21 ans, Hernandez et Pavard, 22 ans n'ont aucun souvenir de 1998 et pour cause. Ils étaient trop jeunes et parfois pas encore nés pour comprendre ce qui se tramait ce soir de juillet à Saint-Denis ! Qu'à cela ne tienne. Les exploits d'hier, ils les ont vu sur Youtube. Et tandis que les dessous de la victoire de 98 était entourée d'un épais mystère, leur épopée moderne est, elle, abondamment documentée. Comment ? Par l'intermédiaire des réseaux sociaux, stories Instagram et mini-vidéo Snapchat en tête. Ainsi donc, plutôt que d'être confinés de façon autarcique, les néo-Bleus communiquent à l'envi, pour le plus grand plaisir de leurs fans. "Elle est nette la différence avec notre génération puisqu'on est dans l'ère du multimédia aujourd'hui, on est dans le troisième millénaire. Tout est médiatisé avec les réseaux sociaux et ça change beaucoup de choses", confiait le champion du monde Bernard Lama à l'AFP. Paul Pogba livre peu ou proue la même analyse : "En 98, s'il y avait eu Twitter, Insta, Snapchat, ils auraient fait la même chose. C'est notre vie de maintenant, tout le monde vit comme ça, pour avoir des infos... C'est la nouvelle génération, c'est 2018, c'est comme ça".

« C’est une génération qui n’a pas peur de l’échec » Guy Stéphan, entraîneur-adjoint des Bleus.

A l'image d'un Kylian Mbappé qui fonce vers le but adverse en éclaboussant de sa classe toute la planète foot, la jeunesse bleue ne fait pas de complexe. Au delà des explications techniques, c'est peut-être là l'origine première de son succès. "C’est une génération qui n’a pas peur de l’échec", commente l’entraîneur-adjoint français, Guy Stéphan. "Quelqu’un comme Ousmane Dembélé est capable de rater trois ou quatre dribbles de suite et réussir le cinquième. C’est aussi une génération qui n’a pas peur de s’expatrier. A 21 ans, ils ont déjà fait trois pays. Ça n’arrivait jamais avant." Évoquant son coéquipier Mbappé, Antoine Griezmann lui emboite le pas : "Il a 19 ans le mec et il était tranquille dans le vestiaire et dans le tunnel avant de rentrer sur le terrain pour un 8e de finale de Coupe du monde". De mémoire d'observateur, il faut bien le dire, cet état d'esprit, cette façon de jouer et de se comporter est inédite, voire même bluffante... Et que ceux qui déplorent l'éventuel manque d'expérience de cette jeunesse se rassurent ! Didier Deschamps a composé un groupe certes jeune mais néanmoins pourvu de véritables leaders. Lloris, Mandada, Rami, Kanté jouent ainsi le rôle précieux de "grands frères". Olivier Giroud, 31 ans à l'état civil, confirme : "On est là pour entourer cette jeune génération qui va aller très loin et emmener l'équipe de France, je l'espère, au sommet." Ne reste désormais plus qu'une ultime marche menant dimanche vers le graal footballistique. Allez les Bleus !

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous