Femmes

Qui es-tu, Sasha Belyaeva ?

by Laure Ambroise
09.04.2018
Sous le charme de sa réinterprétation de Femme fatale du Velvet Underground, Jalouse jette son dévolu sur cette fille aux cheveux bleus découverte sur le podium de la collection automne-hiver 2017-18 de Sies Marjan et qui, comme ses aînées Karen Elson, Milla Jovovich ou Cara Delevingne, multiplie les talents musicaux et cinématographiques.

Ça fait quoi d’avoir 18 ans, d’être originaire de Russie et de vivre entre la France et les États-Unis ?

C’est bon de se sentir bien n’importe où.

Vous faites partie de quelle agence de mannequins ?

Women Management.

On chuchote que votre nom va apparaître au casting d’un gros film, pouvez-vous nous en dire plus ?

Pas vraiment… mais je peux officiellement me considérer comme une actrice.

Mannequin, vous êtes désormais actrice et musicienne, ça change quoi pour vous ?

Maintenant les gens s’attendent à ce que je chante ou joue la comédie dès que j’arrive dans une fête, comme si être là n’était pas suffisant.

Parlez-nous de vos goûts musicaux.

Mon dernier single est une reprise de Femme fatale du Velvet Underground, en version dream pop. Et le nouveau truc sur lequel je travaille est une interprétation de la chanson Films de Gary Numan, mixée avec Slowdive ou The Jesus and Mary Chain.

img7 (28).jpg

Les trois groupes qui vous entêtent ? Slowdive, The Melvins et la série des albums Ambient de Brian Eno. 

Si vous pouviez constituer un groupe, là tout de suite, et que vous pouviez vous entourer de qui vous voulez, ce serait qui ?

Facile : mais d’abord, allez sur Youtube, cliquez sur Music, puis sur Hot Music dans la section Top Genres. Enfin, rassemblez tous les artistes et groupes qui s’y trouvent depuis cinq ans ou plus et faites-en un super groupe. Et appelez-le Incredibly Boring (Super Barbant). Je ne ferais évidement pas partie de ce groupe puisqu’il représenterait ce que je déteste le plus au monde en termes de musique.

Que peut-on attendre de vous en 2018 ?

Je suis très peu fiable et je dors beaucoup, mais peut-être la sortie d’un disque sur un super label.

Pourquoi votre shooting pour Jalouse a été de loin le plus cool ?

Parce que Jalouse est mon magazine français préféré.

Confiez-nous une dernière chose à garder en mémoire ?

Mon grand-père est un saint.

Photographie par Daria Kobayashi Ritch

 

Cet article est actuellement visible dans le numero d'avril 2018 du magazine Jalouse 

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous