Femmes

Milla Jovovich a choisi de ne pas choisir

by L'Officiel Paris
30.01.2017
Pour ce numéro dédié aux femmes épanouies, Milla Jovovich nous a invités à Los Angeles pour nous présenter sa fille Ever Gabo. Avec un tel héritage, on comprend que l’élégance n’attend point le nombre des années...

Milla Jovovich va encore sauver le monde ! Bon, peut-être pas dans la vraie vie, mais au moins au cinéma. L’actrice est à l’affiche de Resident Evil : Chapitre Final, dans lequel elle s’adonne à son activité préférée sur grand écran : venir en aide à l’humanité. Elle n’en est pas à son coup d’essai, puisque nous lui devons déjà d’avoir évité la destruction de la terre – tout simplement – dans Le Cinquième Élément de Luc Besson, ou encore de s’être battue au péril de sa vie pour défendre la France (et la coupe au bol) dans Jeanne d’Arc, du même réalisateur. Dans son dernier film, Milla la fighteuse nous protège (à nouveau) des zombies. Merci Milla. Si elle incarne aussi bien ces héroïnes à l’écran, c’est que la réalité ne se cache pas loin. Elle a développé une capacité étonnante à multiplier les talents, ce qui fait d’elle une actrice-mannequin-designer-chanteuse-réalisatrice-égérie-illustratrice respectée et demandée, et aussi une mère et une épouse comblée. Sans oublier les nombreux combats humanitaires qu’elle mène. Discrète, Milla Jovovich ferait presque oublier l’empire qu’elle représente – où les millions donnent le vertige : les dizaines de millions de dollars estimées de sa fortune, mais aussi les millions de followers cumulés sur les réseaux sociaux, qui lui offrent une influence numérique majeure. Que partage-t-elle avec cette communauté ? Son quotidien, et ses moments de joie en famille. Des photos qui ne disent pas “Soyez comme moi” mais “Je suis comme vous”. 

Mère, déesse au foyer... oh et je suis aussi actrice, mannequin, chanteuse, designer et n’importe quoi d’autre qui me rende heureuse d’être en vie.

Pour comprendre la force de caractère de Milla Jovovich, il faut connaître l'histoire de sa mère, Galina Jovovich. Actrice célèbre en Russie au début des années 1970, elle voit sa carrière menacée par le KGB si elle ne quitte pas l’homme qu’elle aime, un médecin serbe. Malgré la pression, ils se marient et s’installent à Kiev, en Ukraine. C’est là qu’elle met au monde Milla, le 17 décembre 1975. Alors que celle-ci n’a que 5 ans, la famille déménage de l’autre côté de la planète, en Californie. Là-bas, l’actrice autrefois reconnue devient femme de ménage. Elle interprète ce nouveau rôle avec force, et apprend à sa fille non pas à être la meilleure, mais à faire de son mieux : “Peu importe ce que tu fais, il faut que tu le fasses le mieux possible, et que les gens pour qui tu as travaillé ne puissent plus se passer de toi.” Le conseil sera écouté et l’histoire lui donnera raison puisque les deux réalisateurs qui lui ont offert ses rôles les plus célèbres, Luc Besson et Paul W.S. Anderson (Resident Evil), ne pourront plus se passer d’elle au point de l’épouser. Dès son plus jeune âge, Milla Jovovich travaille avec les plus grands: Herb Ritts la met en couverture d’un magazine le lendemain de leur rencontre et Richard Avedon l’immortalise dans la publicité pour Revlon prophétiquement intitulée “Les femmes les plus inoubliables du monde”.

Alors que le monde entier s’intéresse à la beauté évidente de Milla, sa mère s’adresse à son intelligence :“Ton joli visage t’ouvrira des portes, mais c’est ton cerveau qui te fera rester à l’intérieur.” Cette phrase est depuis tatouée en elle, et va aujourd’hui pouvoir passer de conseil appliqué à conseil prodigué, à ses propres enfants.

Dans ce numéro, Milla Jovovich pose avec sa fille aînée, Ever Gabo, qu’elle a eue en 2007 avec Paul W.S. Anderson. La ressemblance est frappante, et l’âge joliment symbolique. Ever Gabo a 9 ans, l’âge auquel sa mère a commencé le théâtre et les castings. Une future Lily-Rose? Le parallèle est tentant. Des mères successful depuis l’adolescence, toujours au sommet, et des filles qui baignent dans le show-biz depuis leur naissance avec, en bonus, un minois presque conforme à l’original. Plus que des petites filles, Ever Gabo et Dashiell Edan (la seconde fille de Milla, née en 2015) sont des héritières. Les héritières du pouvoir et de l’influence de leur mère, mais surtout de ce qu’elle représente : une femme forte et libre. Sur sa page Facebook – plus de cinq millions d’abonnés –, Milla Jovovich se définit ainsi : “Mère, déesse au foyer... oh et je suis aussi actrice, mannequin, chanteuse, designer et n’importe quoi d’autre qui me rende heureuse d’être en vie.” À 41 ans, décennie à laquelle le cinéma et les marques commencent à oublier votre numéro de téléphone, Milla a toujours l’air de commencer sa carrière.

Cette année, elle sera à l’affiche de quatre films et elle vient de passer pour la première fois derrière la caméra pour réaliser le clip du musicien anglais Sohn, dans lequel elle joue. Milla Jovovich a choisi : elle ne va pas choisir. 

Photographie  Edouard Plongeon
Stylisme Marine Braunschwig
Texte Raphaël Cioffi
Maquillage Rachel Goodwin
Coiffure Candice Birns

 

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous