Femmes

L’interview cinéma d’Alice Pol

Profondément humaine, drôle et touchante, Alice Pol ne cesse de grandir dans le paysage cinématographique. Prochainement à l’affiche du "Dindon", aux côtés de Guillaume Gallienne et Dany Boon, la comédienne s’est prêtée au jeu de notre interview 100% cinéma.
Reading time 7 minutes

L’Officiel : Votre premier souvenir de film ?

Alice Pol : La Gloire de mon père d'Yves Robert. C’est un classique, surtout quand on a grandi comme moi en Provence. Le film m’a ensuite donné envie de lire le roman original de Marcel Pagnol.

Le premier film que vous ayez vu au cinéma ?

L’Ours de Jean-Jacques Annaud, que j’ai dû voir à 4 ans. Les paysages et l’histoire m'ont beaucoup marquée à l’époque. Ce film est une réelle prouesse où l’on se retrouve immergé dans la nature.

Un film qui vous rappelle votre enfance ?

Le Flic de Beverly Hills de Martin Brest, avec le génial Eddie Murphy. J’ai dû le voir plus d’une trentaine de fois étant enfant ! Et aujourd’hui encore, s’il passe à la télé, je le regarde à coup sûr.

Le film qui vous a le plus marquée ?

La Liste de Schindler de Steven Spielberg fut une claque cinématographique assez terrible. Je l’ai vu jeune, et ce genre de cinéma marque à vie. Comme à son habitude, Spielberg y démontre un grand talent pour relater une part sombre de l’histoire dont il faut se souvenir. 

Un film que vous pourriez regarder en boucle ?

L’As des as de Gérard Oury. Il pourrait y en avoir plein d’autres mais celui-ci fait la différence parce que Jean-Paul Belmondo est inimitable. C'était vraiment une époque à part, son personnage était à la fois sautillant, courageux, drôle et admirable.

Le film qui vous réconforte ?

Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain par le très doué Jean-Pierre Jeunet. Ce film n’a ni âge ni époque. Il y a une certaine candeur, qui est de l’ordre de l’enfance, dans un monde d’adulte. Et l’ambiance, avec le paysage de Montmartre, plonge dans un réel cocon qui m’apporte ce fameux réconfort.

Le film qui vous fait rire à coup sûr ?

Le Père Noël est une ordure de Jean-Marie Poiré. C’est un film plein de fantaisie qui mêle un aspect drôle à une pure folie. Que ce soit dans l’écriture ou dans le jeu, il me semble que c’était éperdument courageux de mettre un tel film en scène, avec cette liberté absolue.

Le film qui ne cesse de vous arracher une larme ?

Billy Elliot par Stephen Daldry est pour moi si émouvant. Le sujet est sublime, j’admire le côté téméraire de ce jeune garçon qui réussit à aller si loin avec sa passion… Sans parler du plan de fin, où il est sur scène pour Le Lac de cygnes. C’est à ce moment précis que l’émotion l’emporte et me fait verser une petite larme.

Votre réplique de film fétiche ?

"C’est pas moi qui pleure, c’est mes yeux", fameuse réplique d’Ugolin dans Jean de Florette de Claude Berri.

Une bande-son indétrônable de cinéma ?

Sans hésitation celle du Grand Bleu de Luc Besson. Dès que la mer me manque, j’écoute la musique du film. D’ailleurs, pour l’anecdote, il s’agissait de la musique qui m’apaisait et que j’écoutais lorsque j’ai quitté le Sud pour venir m’installer à Paris.

Un baiser de cinéma inoubliable ?

Celui du film Un homme et une femme de Claude Lelouch. Tous les baisers du film, mais particulièrement le tout premier.

Votre film culte ?

Fargo des frères Cohen. Une fois encore pour la folie, la liberté de ton, d’écriture et de jeu. Tout est dément dans ce film. Et j’aime  quand les anti-héros deviennent de grands personnages du cinéma.

Vos icônes de cinéma ?

Mon icône féminine est sans aucun doute Annie Girardot. Elle est pour moi l’une des plus grandes comédiennes françaises et, surtout, elle sait tout faire. Elle peut jouer dans n’importe quel registre. Du côté des hommes, je vous avoue que Gérard Depardieu est un géant indétrônable. Je rêve de tourner un jour avec lui. Il y a des trouvailles dans chacun de ses rôles. Cet homme possède un charisme et une diction inégalables.

Le réalisateur avec lequel vous rêveriez de travailler ?

Jacques Audiard car il est un conteur d’histoires hors pair.

L’acteur ou actrice avec lequel vous adoreriez dîner ?

J’aimerais beaucoup organiser un repas entourée de Meryl Streep et de Catherine Deneuve !

Vos projets à venir ?

Hormis Le Dindon de Jalil Lespert, qui sortira ce 25 septembre 2019, j’ai deux projets en cours. Je viens de finir le tournage du Temps des Marguerite par Pierre Coré. Il s’agit là d’un film familial adorable qui se situe entre deux époques : pendant la guerre et aujourd’hui. Quant à mon second projet, je suis en plein tournage, et ce pour deux mois, du côté de Lyon pour C’est magnifique ! de Clovis Cornillac, avec qui je partagerai également l’affiche.

Votre meilleur conseil pour jouer de la façon la plus juste face à la caméra ?

Ce n’est pas une question aisée, mais il faut savoir arrêter de penser. Oublier les autres autour de soi, certes, mais surtout réussir à avoir un œil neuf sur son travail. Faire semblant de ne pas savoir et redécouvrir chaque fois son métier !

Articles associés

Recommandé pour vous