Femmes

Tout le monde veut faire partie du Gucci Gang

by Mélody Thomas
31.03.2017
Bande de filles à des années lumière du girl power marketé des années 90, Angelina, Crystal, Annabelle et Thaïs sont copines avant tout. C’est avec facétie qu’elles se sont confiées sur leur connexion avec Converse, leurs ambitions et leur envie d’en pro ter tant que dure le succès.

Texte par Mélody Thomas
Photographie par Andrew Nuding
Réalisation par Alexandra Conti
Maquillage par Yumi Endo
Coiffure par Nori Takabayashi
Assistant photographie Jean Romain Pac
Assistante stylisme Alizée Hénot

Elles ont 15 ans et 15 000 followers en moyenne. Si elles ont été découvertes sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram, c’est sous le patronage d’une industrie mode en quête de renouvellement perpétuel qu’elles évoluent depuis maintenant un an. Le révélateur ? Gucci Gang, documentaire-entretien de 30 minutes réalisé par Alexandre Silberstein. À l’image, elles apparaissent innocentes, mais dotées d’une assurance naturelle qui étonne. “Avec les filles, on ne se connaît pas depuis si longtemps, il faut dire qu’on ne fait pas grand chose. On va au lycée, on a 15 ans, on aime la sape… mais en soi, qu’est-ce qu’on fait de particulier ? Et pourtant, ça marche de plus en plus le Gucci Gang. (…) On ne se dit pas, il faut qu’on réussisse, mais il faut faire quelque chose”, racontait alors Angelina devant la caméra. Depuis, elles sont devenues une référence de style et on les retrouve encensées par des pures players comme Konbini ou Clique TV, sur les marches du Festival de Cannes, dans les éditos mode – et même en Gucci pour le i-D France – ou les front rows des défilés. Pourtant, aujourd’hui encore, elles se plaisent à rappeler que c’est le hasard qui les a fait se retrouver sous le radar de la mode. Collégiennes, elles photographient leurs tenues en squattant terrasses de café et soirées sous le hashtag #guccigang. Référence malicieuse à “Guccibella”, l’adresse e-mail d’une mère d’élève de la classe de Thaïs, leur nom n’a donc rien à voir avec l’étiquette “girls squad” propulsée par des pop-personnalités telles que Taylor Swift. “Pour nous, c’était vraiment une coïncidence. Quand on a commencé à s’appeler comme ça, on n’était pas dans l’idée de créer un girls gang”, explique Annabelle. “Franchement, il y aurait eu un garçon, ça aurait été la même chose. On est juste amies”, renchérit Angelina. “C’était vraiment un nom à la con, on ne s’est jamais imaginé que ça allait rester. Je ne saurais pas expliquer comment c’est resté dans l’esprit des gens”, s’étonne encore Thaïs. Si elles n’ont pas cherché cette célébrité plus que d’autres digital kids, elles sont malgré tout devenues le symbole d’une jeunesse contemporaine qui veut montrer qu’elle existe et entend bien prendre la parole. “On appartient à cette génération, mais on est une voix comme une autre, on l’a toujours précisé dans les interviews”, nuance Crystal, encore sous le feu du retour de fame. Inhérentes au succès, les critiques n’ont en effet pas tardé à arriver, soulignant qu’une bande de “filles de” (Angelina et Thaïs sont respectivement les filles des réalisateurs Éric Woreth et Cédric Klapisch) ne pouvait être érigée en représentante officielle de son époque.

"Je pense qu'on représente très bien Paris parce qu'on est mixtes, et c'est ce qui est cool. Chacun peut trouver son reflet dans l'une d'entre nous." Thaïs

L’audacieux esprit de la jeunesse 

Mauvaises remarques comme bonnes surprises, c’est pourtant avec un flegme non feint que les filles abordent les choses, profitant surtout du fait de pouvoir évoluer ensemble. “On a muri par rapport aux projets qu’on accepte ou non de faire, comment on s’organise, etc.”, explique Annabelle. “On a surtout rencontré plein de gens qu’on n’aurait pas rencontrés autrement”, ajoute Angelina. Ultra connectées, branchées et métissées, elles ont notamment attiré l’œil de Converse qui lance ce printemps “Daring Spirit of Youth” (“l’audacieux esprit de la jeunesse”), ode à cette adolescence si créative et pleine d’aplomb. Les quatre filles rejoignent les deux autres talents français Lukas Ionesco et Marissa Séraphin pour intégrer une bande de young and famous âgés de 18 à 25 ans parmi lesquels Millie Bobby Brown, Winnie Harlow ou encore Rejjie Snow. L’objectif de cette réunion ? Donner l’opportunité à cette génération de prendre la parole, d’exprimer son inventivité, son style. Lors du shooting pour Jalouse, une partie du gang porte ses propres Converse : “On en porte depuis toujours, c’est un basique. Tout le monde en a eu, tout le monde en a, tout le monde en aura”, dit Annabelle, provoquant, avec tant de poésie, l’hilarité générale. Du côté de la marque, le choix du Gucci Gang révèle aussi la volonté d’affirmer l’idée d’une jeunesse plurielle, multiculturelle. Une chose que les membres du gang défendent avec ardeur : “On est toutes différentes. Annabelle a des origines cubaines, Crystal est afro-américaine, Angelina est suisse-espagnole, moi je viens plutôt des pays de l’Est. Je pense qu’on représente très bien Paris parce qu’on est mixtes et c’est ce qui est cool. Chacun peut trouver son reflet dans l’une d’entre nous”, assure Thaïs. Toutes différentes, elles s’accordent pourtant parfaitement, y compris quand – de plus en plus souvent – les questions de business s’ajoutent à celles de l’amitié. “On évolue aussi bien ensemble que chacune de son côté, ce qui nous fait grandir en groupe nous fait aussi grandir individuellement”, affirme Annabelle. Et lorsqu’on leur demande ce qu’elles retiendront de la folle année qui vient de s’écouler, elles n’ont à la bouche que le voyage qu’elles se sont offert à New York cet été, loin des éditos et des photos. L’avenir de Gucci Gang ? Thaïs n’hésite pas à conclure avec un simple : “Pour l’instant on en est là, si ça doit s’arrêter, ça s’arrêtera et si ça doit continuer, tant mieux.”

J198_047-1.jpg

De gauche à droite. Crystal : Débardeur en laine brodée de sequins, Marc Jacobs. Jean en denim, Levi’s. Ceinture vintage. Boucles d’oreilles, Balaboosté. Chaussettes, Tabio. Sneakers, Converse Chuck’70. Thaïs : Blouse en lurex, Marc Jacobs. Ceinture, Urban Outfitters. Jean en denim, Levi’s. Sneakers, Converse. Annabelle : Robe en tulle brodée de sequins, Marc Jacobs. Jean en denim, Levi’s. Bague en or, Charlotte Chesnais. Chaussettes, & Other Stories. Sneakers, Converse. Angelina : Pull en laine brodé de sequins, Marc Jacobs. Jean en denim, Monki. Chaussettes, Polder. Sneakers, Converse.

 

J198_050.jpg

De gauche à droite et de haut en bas. Angelina : Veste sans manches en vinyle, Courrèges. Colliers perso. Crystal : Trench en vinyle, vintage. Débardeur en coton, Nanushka. Médaillon en or perso. Thaïs : Pull zippé en coton mélangé, Sandro. Collier en or, Ambush. Annabelle : Pull à capuche en mohair et cachemire, American Vintage.

J198_049-1.jpg

Angelina : Pull zippé en coton mélangé, Sandro. Jean en denim, Monki. Colliers en or et en argent, Ambush. Bracelets et bagues perso. Ceinture vintage. Sneakers, Converse. Thaïs : Pull zippé en coton mélangé, Sandro. Jean en denim, Levi’s. Ceinture, Urban Outfitters. Collier en or, Ambush. Bijoux perso. Sneakers, Converse.

"On évolue aussi bien ensemble que chacune de son côté, ce qui nous fait grandir en groupe nous fait aussi grandir individuellement."
J198_051-1.jpg
J198_051-2.jpg
J198_051-3.jpg
J198_051-4.jpg

Angelina : Pull zippé en coton mélangé, Sandro. Jean en denim, Monki. Colliers en or et en argent, Ambush. Bracelets et bagues perso. Ceinture vintage. Sneakers, Converse. Crystal : Robe en soie imprimée, Marc Jabobs. Jean en denim, Levi’s. Chevalière en argent, Maison Margiela. Boucles d’oreilles, Balaboosté. Chaussettes, Tabio. Sneakers, Converse Chuck’70. Thaïs : Veste en denim brodée de patchs, Marc Jacobs. Jean en denim, Levi’s. Bijoux perso. Sneakers, Converse.

J198_048-1.jpg

Crystal : Robe en soie imprimée, Marc Jabobs. Jean en denim, Levi’s. Chevalière en argent, Maison Margiela. Boucles d’oreilles, Balaboosté. Chaussettes, Tabio. Sneakers, Converse Chuck’70. Annabelle : Robe en soie imprimée, Marc Jabobs. Jean en denim, Levi’s. Bague en or, Charlotte Chesnais. Boucles d’oreilles perso. Sneakers, Converse.

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous