Femmes

Reba Maybury : "Je suis fascinée par le SM"

by Vinnies Meghan
20.03.2017
Féministes, écologistes, défenseurs des droits LGBT et plus largement des droits de l’homme, anti-violence, et politiquement engagés, ces nouvelles icônes de la génération Y élèvent la voix, et savent se faire entendre sur les réseaux sociaux et ailleurs. Des modèles à suivre...
"Une maîtresse femme revendiquant un girl power très ancré dans son étude des sexualités extrêmes." Reba Maybury
activistes.jpg

Avec sa collection de cuissardes en vinyle noir et son maquillage très graphique, Reba Maybury annonce la couleur : celle d’une maîtresse femme, d’une “maîtresse tout court” d’ailleurs, fascinée par le SM, revendiquant un girl power très ancré dans son étude des sexualités extrêmes. Après des études d’histoire de la mode à la Saint Martins School, Reba fonde en 2015 sa propre maison d’édition, Wet Satin Press, spécialisée dans les fanzines très pointus (dans tous les sens du terme !) consacrés aux fétiches, aux hommes soumis et aux femmes déesses. Un féminisme radical pour cette fille qui a sagement grandi à Oxford, auprès de ses parents, des joailliers un peu bohème. À Londres, elle travaille ensuite pour Sang Bleu, une revue de mode qui analyse davantage les questions de style, de genre et de subculture que les tendances. Les thèmes de l’image du corps, de l’androgynie, du décryptage du glamour, de la force de caractère ou des différents pouvoirs que doivent aujourd’hui se réapproprier les femmes la passionnent. Subversive un jour, subversive toujours. 

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous