Fashion Week

Qui sont les designers russes les plus prometteurs du moment ?

Cap sur Moscou où L'Officiel a rencontré six des designers les plus prometteurs de la fashion-sphere russe.
Reading time 10 minutes

Attendue de pieds fermes par tous les passionnés de mode moscovites, la Fashion Week russe, organisée par Mercedes-Benz Fashion Week, est un évènement festif. Au programme ? Des dizaines de défilés organisés à quelques pas du Kremlin, dans une ancienne arcade en pierre de style néoclassique en plein quartier historique, autrement dit le quartier le plus animé de la ville. Dès la mi-journée, l’espace vibre au son de la musique poussée à plein volume et les invités déambulent une coupe de champagne à la main. Les podiums regorgent de caftans, de larges épaules, d'imprimés audacieux et de couleurs, des styles tous plus "fashion" les uns que les autres. 

Il souffle un air d'anti-conformisme chez les nouveaux créateurs — prenez Alena Akhmadullina, qui a présenté l'une des meilleures collections de la semaine : son défilé, comme tout droit sorti d'un film de Wes Anderson, a donné à voir une collection délicate inspirée d'un conte de fées russe, le tout présenté sur un tapis de feuilles d'automne rouges. La nouvelle garde des designers à surveiller de près compte aussi Darya Tsapko. A 21 ans, cette créatrice signe l’une des collections les plus amusantes et portables de la saison : une version contemporaine du style traditionnel russe mêlé à du streetwear, accessoirisée de Crocs et de sacs-filet remplis de fleurs.

L'Officiel a rencontré six des designers les plus prometteurs de la scène mode russe.

Traduit du russe avec l'aide de Olya Kravchenko

Décrivez votre processus de création en trois mots.

Ce-que-j'adore.

Comment définiriez-vous le style de Moscou ?

Ultra décoratif.

Qui est votre icône de style ?

Tilda Swinton dans Orlando. Elle fut une forte inspiration pour ma collection "Fox and Cat", également influencée par les contes de fées traditionnels russes.

Quelle musique écoutez-vous dans votre atelier ?

Radio ABC Lounge.

Pourquoi est-ce cool d'être jeune et créatif à Moscou en ce moment?

L'énergie de la ville vous fait avancer et vous fait grandir un peu plus chaque jour.

Décrivez votre processus de création en trois mots.

Rapide, confortable et durable.

Comment définiriez-vous le style de Moscou?

Aujourd'hui, vous pouvez tout porter. Il y a une liberté absolue.

Votre icône de style la plus importante ?

Sans doute ma mère. Elle a un style unique : elle mélange plusieurs influences en même temps, son style évolue chaque jour. J'adore lui piquer ses vêtements.

Quelle musique écoutez-vous dans votre atelier ?

De la musique des années 80 et du New Wave pop.

Pourquoi est-ce cool d'être jeune et créatif à Moscou en ce moment?

Vous pouvez faire ce que vous voulez et qu'importe ce que vous faites, ce sera cool.

Décrivez votre processus de création en trois mots.

Motivation personnelle, gestion du temps, beaucoup de café.

Comment définiriez-vous le style de Moscou ?

Moscou est une ville immense peuplée d'habitants de différentes cultures, dotés de fortes valeurs et d'une liberté d'expression. Dans un même lieu, vous pouvez rencontrer des gens obsédés par les mêmes marques et d'autres qui portent les vêtements de leurs mamies des années 80. J'aime le fait que de plus en plus de gens commencent à mélanger toutes sortes de choses : la haute couture et les frippes, le vintage et le mainstream.

L'icône de style qui vous inspire ?

J'essaie de ne pas avoir d'icônes. Pour cette collection, tout a commencé lorsque je suis tombé sur une moto vintage incroyable, adaptée à la taille d'un garçon de 15 ans sur l'un des marchés de Florence. Cela a définit toute la direction artistique de ma collection. J'ai étudié la jeunesse de la période post-soviétique et ai beaucoup écouté la chanson culte de Victor Tsoy, "Changes". Cette collection raconte l'histoire d'un esprit libre et rebelle, d'un cœur courageux à la poursuite du changement. J'ai utilisé beaucoup de cuirs différents, de la laine italienne, du plastique, du nylon, des matières qui à première vue n'ont aucun point commun, mais qui se complètent parfaitement dans cette collection.

Quelle musique écoutez-vous dans votre atelier ?

Rien du tout. Je travaille dans le silence. La première étape de création est ce moment où je dois me concentrer sur les mots, sur ce que je veux dire et sur la manière dont je dois le dire. Normalement, je fais cela la nuit pour profiter du silence. Lorsque le processus de mise en œuvre des idées commence, il peut y avoir un troupeau d'éléphants qui passe à côté de moi — je resterai quand même imperturbable.

Pourquoi est-ce cool de vivre à Moscou en ce moment ?

Moscou est ma ville natale, mon lieu d’inspiration. Moscou est difficile à identifier et à comprendre, ce qui, à mon avis, est le signe d’une ville vivante. Tous ces contrastes et ces incohérences me gardent dans une humeur créative.

Décrivez votre processus de création en trois mots.

Innovation, liberté, indépendance.

Comment définiriez-vous le style de Moscou ?

Je pense que c'est un mélange fou parce que Moscou est au carrefour de nombreuses cultures.

Qui est votre icône de style ?

La culture russe en général, et sur cette collection précisément le poète russe Alexander Vertinsky. C'était un poète de la décadence, son style était romantique mais sombre. Très russe. Ses poèmes ont célébré autant la tristesse que la fête. C'est l'idée du clown triste.

Quelle musique écoutez-vous dans votre atelier ?

Des compositeurs classiques russes. Tchaïkovski. Stravinsky. Ils m'aident à me détendre.

Pourquoi est-il cool d'être jeune et créatif à Moscou en ce moment ? 

Je pense que nous sommes les témoins d'un nouveau Moscou. Il y avait une volonté d'imposer notre style, aujourd'hui je crois que ce style est bien ancré.

Décrivez votre processus de création en trois mots.

Amour, vie et inspiration partout.

Comment définiriez-vous le style de Moscou ?

Courageux.

Qui est votre icône de style ?

Vivienne Westwood. Elle est folle, mais dans le bon sens. Elle est si courageuse, si libre, elle fait ce qu'elle veut. Elle est sincère. Je ne me considère pas nécessairement comme un punk — je suis juste libre, comme elle.

Quelle musique écoutez-vous dans votre atelier ?

De la musique classique. Pagnini par exemple. Sa musique est tellement libre et folle — vous vous demandez comment elle a bien pu être écrite.

Pourquoi est-il cool d'être jeune et créatif à Moscou en ce moment ?

Moscou est une ville qui a de l'avenir. C'est une ville qui vous pousse à ne jamais avoir peur de rien. C'est un très bon endroit pour la mode en ce moment.

Décrivez votre processus de création en trois mots.

Réfléchi et qui implique beaucoup de travail.

Comment définiriez-vous le style de Moscou ?

Pauvre, mais pas dans le mauvais sens du terme. Le style est dans la rue, dans le métro.

Qui est votre icône de style ?

Les stars de K-pop comme le groupe Got7. Mais pour la collection, les vêtements ont été conçus avec des illustrations que j'ai réalisée, inspirées des films du grand réalisateur russe Leonid Gaidai.

Quelle musique écoutez-vous dans votre atelier ?

De la K-pop, bien sûr !

Pourquoi est-il cool d'être jeune et créatif à Moscou en ce moment ?

La ville est en plein développement, tout est possible ici. Vous pouvez pousser votre esprit où bon vous semble.

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous