Audemars Piguet

Tony Gum : "Ma carrière artistique a commencé sur les réseaux sociaux"

Photographe et artiste multimédia vivant au Cap, en Afrique du Sud, Tony Gum tire son inspiration de la société sud-africaine, plus spécialement la minorité Xhosa, et des femmes iconiques de la pop culture.
Reading time 5 minutes

Comment avez-vous été propulsée dans le monde de l’art alors que vous étiez encore étudiante en cinéma ?

Tony Gum: Je suis entrée dans cet univers assez jeune, tout s’est passé spontanément. J’en suis venue à croire en l’intervention d’une force divine. De plus, je ne suis pas arrivée ici uniquement sur la base de mon propre travail, mais grâce aux efforts de mes parents, de la communauté d’où je viens, Ils m’ont tous poussée pour faire en sorte qu’une jeune fille noire réussisse.

Vous êtes actuellement en résidence d’artiste à The Fountainhead à Miami. Est-ce une ville propice pour créer?

Au cours de ces dernières semaines à la résidence, Miami m’a beaucoup inspirée. Cela me rappelle la maison et le Cap en particulier avec la nature, une végétation luxuriante et l’océan. Le projet sur lequel je travaille porte sur mon lien avec mon chat et creuse cette relation en profondeur avec ce qu’elle comporte de douleur, une douleur qu’on entretient en tant qu’humains. J’essaie de voir comment expérimenter et sortir de ma zone de confort, la photographie. Je me mets au défi de travailler avec différents médiums tout en suivant mon propre code : toujours apprendre et découvrir.

Vous avez 25 ans. Êtes-vous fière d’être devenue un modèle pour les jeunes femmes artistes d’Afrique du Sud?

Cela signifie beaucoup pour moi. En grandissant je suis passée du township Langa à la banlieue résidentielle de Pinelands et mon mode de vie, de pensée et ma psyché en tant que jeune femme noire en ont été complètement bouleversés. Pouvoir travailler avec des jeunes est donc particulièrement important pour moi : l’organisation Lalela aide les enfants en situation de précarité à trouver des activités, à développer leur esprit d’entreprise et leur côté artistique. Nous avons tous une voix et une histoire à raconter et il est important d’encourager cela dès le plus jeune âge.

Quelle est votre relation aux réseaux sociaux?

Ma carrière artistique a commencé sur les réseaux sociaux. J’ai posté beaucoup d’images, comme Black Coca-Cola, un autoportrait de 2014, sur Instagram. Cette interaction avec le monde entier était importante pour moi. Cela facilite grandement la navigation dans le monde de l’art, la communication, les ressources et la mise en réseau. Collaborer avec les gens devient facile. Et si j’aime bien déconnecter pendant mon temps libre, même si ça peut être dangereux, c’est toujours utile. Les artistes doivent pouvoir utiliser cet espace et ces plates-formes de manière responsable, car ils représentent l’avenir et le présent. Ce sont des outils indispensables pour communiquer avec les gens.

Vous faites souvent référence à Frida Kahlo... 

J’avais 15 ans quand j’ai vu pour la première fois son travail, son charisme et son physique m’ont d’abord frappée puis j’ai apprécié la force sidérante qu’elle dégageait en tant que femme. La revendication de sa culture dans son travail m’a marqué. C’est radical, compte tenu de l’époque et du contexte dans lesquels elle vivait, pouvoir prendre un pinceau et de dire “je vais me peindre parce que c’est ce que je connais le mieux”. J’apprécie vraiment le fait qu’elle assumait sa vulnérabilité et qu’elle a pu raconter son histoire de manière délibérée. Vous devez être capable de partager l’intime, les recoins de votre inconscient, les détails de votre vie. Ce n’est pas toujours élégant, ce n’est pas toujours propre, ce n’est pas toujours agréable.

Quel est votre plus grand souhait ? 

De revenir à mes racines. J’ai traversé beaucoup d’obstacles l’année dernière. Je me suis rendu compte que je devais affiner tout ce sur quoi je travaillais, que je devais me concentrer complètement sur moi-même. Cela a vraiment changé ma perspective, mes ambi- tions pour ma carrière, ma vie et mon avenir. Je veux m’assurer que je suis complètement heureuse parce qu’en fin de compte, si je ne suis pas épanouie et nourrie à l’intérieur, tout cela n’a pas d’importance.

L'OFFICIEL x Audemars Piguet present : Tony Gum

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous