Shopping

D’Estrëe, accessoires arty

Géraldine Guyot a 22 ans quand elle lance D’Estrëe en 2015, à l’origine une marque exclusivement de chapeaux. Elle a depuis introduit une ligne de sacs à main qui ne passe pas inaperçue.
Reading time 2 minutes

Quel a été votre parcours ?

Géraldine Guyot : J’ai fait des études d’art à la Central Saint Martins de Londres, puis j’ai travaillé à la Fondation Beyeler, à Bâle, et enfin chez Christie’s. Je rêvais de travailler pour une fondation ou un musée.

Comment êtes-vous passée de l’art à la mode ?

J’ai toujours été sensible à la mode sans vraiment savoir comment l’aborder. J’adorais les chapeaux et j’ai commencé à créer des pièces pour moi, puis très vite pour ma famille et mes amis et finalement pour Le Bon Marché, qui m’a soutenue dès ma première collection. Après, la maroquinerie m’est apparue comme une suite logique.

Comment vos créations se démarquent-elles ?

Je pense que ma passion pour l’art contemporain oriente justement mes collections. Et l’on me dit souvent que cela se voit dans ma manière de travailler la couleur, les lignes et la géométrie. La diagonale est d’ailleurs devenue très rapidement un signe identitaire de la marque, on la retrouve ainsi sur les rubans de nos chapeaux “signature” et, bien sûr, sur l’ouverture de nos sacs.

Quelle partie de votre métier aimez-vous le plus ?

La diversité des activités et des défis à relever. J’ai toujours aimé faire mille choses à la fois, ce besoin de toucher à tout est insatiable. La nouvelle collection m’a permis de jouer avec des matières nouvelles, des velours, de la fourrure sur nos sacs, de les associer au cuir, au feutre. J’aime mélanger les textures et les couleurs.

À qui s’adressent vos créations ?

Nos produits plaisent autant aux clientes ultrapointues de Moda Operandi qu’aux copines de ma mère, plus classiques.

http://www.destree.com

/

Tags

it-bag
sac
tendance
nouvellevague

Articles associés

Recommandé pour vous