Pop Culture

Pourquoi il faut regarder la mini-série "Dans leur regard" sur Netflix ?

Dévoilée sur Netflix le 31 mai dernier, la série "Dans leur regard", de la brillantissime Ava DuVernay, retrace l’enfer vécu par 5 adolescents racisés en 1989, accusés à tort de viol alors qu’une joggeuse était laissée pour morte à Central Park. Une mini-série révoltante d’intérêt public à regarder d’urgence.
Reading time 6 minutes
© Netflix

Le jour de sa sortie sur Netflix, Dans leur regard était numéro 1 des tendances sur Twitter aux Etats-Unis. Inspirée de faits réels, cette nouvelle série originale de la plateforme de streaming s'intéresse aux "Cinq de Central Park", des adolescents racisés (quatre Noirs et un hispanique) accusés à tort de viol sur une joggeuse new-yorkaise en 1989. A l’époque, l’affaire avait bouleversé les Etats-Unis.

Divisée en quatre parties, la mini-série suit la vie de ces cinq jeunes hommes (Antron McCray, Kevin Richardson, Yusef Salaam, Raymond Santana et Korey Wise), pour la plupart mineur au moment des faits, pendant 25 ans, partant de leurs interrogatoires après le crime pour arriver à leur condamnation puis à leur acquittement en 2002 et le versement par la ville de New York de dommages et intérêts en 2014.

1559817847295831 1734222.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
© Netflix

Créé et réalisé par la brillantissime Ava DuVernay, When They See Us (le titre en V.O.), la série revient sur le destin brisé de ces cinq adolescents, après que la cinéaste se soit déjà intéressée aux droits civiques américains dans Selma (2014) et qu'elle ait reçu un Oscar pour Le 13e, qui analyse la criminalisation aux Etats-Unis. Oscillant entre une heure et une heure trente chacun, les épisodes retracent avec une précision remarquable l’horreur vécue par ces cinq adolescents et les débordements du système judiciaire américain à cette époque. Ce qu’on retient surtout, c’est le racisme systémique des années 90 aux États-Unis, la culpabilité gratuite de ces cinq adolescents par les médias et le peuple américain avant même que la justice ne rende son verdict. Dans le premier épisode, on décèle déjà l'injustice lorsque ces mineurs subissent des interrogatoires abusifs dirigés par la procureur Linda Fairstein (incarnée par une Felicity Huffman ultra convaincante), où ils n’ont ni le droit de manger, de boire ou d'accéder aux toilettes. S’ils reconnaissent les faits, on leur promet qui pourront rentrer chez eux. Une manipulation révoltante qui se fait sentir tout au long de la série.

1559817847595433 5448679.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
© Netflix

L’une des scènes en particulier à avoir bluffé les spectateurs, suit Korey Wise (âgé de 16 ans au moments des faits), entraîné depuis la salle d’attente, où il patientait le temps que son ami Yusef Salaam soit interrogé, jusque dans une salle d’interrogatoire, sans aucune raison. Jeune et naïf, l’adolescent sera poussé à reconnaître les faits devant une caméra, le temps d’une scène où l’acteur Jharrel Jerome se glisse littéralement dans la peau du jeune homme. Depuis le choix de ses vêtements, en passant par le décor façon salle de classe, jusqu’à la présence d’une canette de Pepsi vintage sur le pupitre… Aucun détail n’a été oublié.

1559817847872494 1720182.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
© Netflix

Une autre scène s’est révélée profondément marquante : lorsque la famille d’un des accusés regarde une émission retraçant l’affaire à la télévision. On y voit alors une interview de Donald Trump dans laquelle ce dernier s’insurge et demande le rétablissement de la peine de mort pour les cinq adolescents. Un moment révélateur, où l’une des amies de la famille signale que s’il tient ces propos, c’est pour paraître intéressant, mais que le monde n'entendra bientôt plus parler de lui. La réalité actuelle montre que trente ans plus tard, rien n’a changé.

1559817848188765 1749822.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx1559817848458862 1706142.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
© Netflix

Toujours plus efficace, Ava DuVernay va encore plus loin, avec le quatrième et dernier épisode de la série, essentiellement centré sur l’incarcération de Korey Wise. Agé de 16 ans, l’adolescent fut jugé comme un adulte, et incarcéré à la prison de Rikers Island. Passage à tabac et tentatives de meurtre par d’autres détenus, maltraitance des gardiens, mise en isolation totale pendant plusieurs jours… Si les trois premiers épisodes se révèlent déjà très durs à regarder, celui-ci est tout simplement insoutenable. La réalisatrice met ainsi parfaitement en scènes ces moments intenables provoquant au spectateur de profonds sentiments d’injustice, de frustration et de colère. Condamné à la peine la plus longue, et enfermé pendant près de douze ans avant que le réel violeur n'avoue son crime, on voit notamment le jeune homme se demander à quoi sa vie aurait ressemblé s’il n’était pas allé au parc ce fameux soir de 1989.

1559817848799462 0431553.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
© Netflix

Avec Dans leur regard, Ava DuVernay dresse un un portrait tout simplement bouleversant et révoltant de l’Amérique des années 90 où injustice et racisme règnent en maîtres. Des inégalités systémiques qui sont toujours d'actualité dans notre société, près de trente ans plus tard, compte tenu des différentes bavures policières toujours encensés aux États-Unis en 2019. On ne serait pas étonné que la réalisatrice décroche l’Emmy Award et le Golden Globe de la meilleure mini-série en 2020. 

dans leur regard

Articles associés

Recommandé pour vous