Pop Culture

Faut-il regarder la nouvelle série de Bryan Cranston ?

Assez discret depuis la fin de Breaking Bad en 2013, l’acteur Bryan Cranston fait son grand retour à la télévision dans une mini-série, Your Honor. Verdict ?
Reading time 3 minutes
© 2019 SHOWTIME NETWORKS INC. All rights reserved. Skip Bolen

La trame narrative semble emprunter les codes de la tragédie grecque – que faire, lorsque des principes jusqu’alors inébranlables (la défense de la justice) sont mis à mal par une épreuve personnelle ? En l’espèce, que peut faire Michael Desiato lorsque son fils Adam se rend coupable d’un homicide volontaire et d’un délit de fuite, après avoir renversé un jeune homme (le fils d’un parrain de la mafia, pas moins) ? Être un père ou rester solidement ancré dans ses convictions ? Ce n’est rien gâcher de l’intrigue en écrivant que Michael va choisir de protéger son fils, moins de la prison que du mafieux – même au prix, bien involontaire, de mettre en péril un innocent… Desiato est emporté par le torrent des conséquences de son choix, qui par capillarité, contamine tout son entourage et sa ville, la Nouvelle-Orléans (assez platement filmée). Ce canevas classique est surtout l’occasion de voir à l’œuvre un acteur magistral (Cranston), qui offre à son personnage une douleur raide, une mélancolie étouffée, une densité intimidante. Sa composition est un modèle d’économie et de subtilité.

Classiquement réalisé, surchargé en surlignements musicaux pesants, pour éclairer les intentions et les rouages psychologiques (ce qui n’est jamais très bon signe), Your Honor file droit, capte l’attention sans passionner, malgré ses efforts répétés pour multiplier les intrigues.

Parfois un rien maladroites dans leurs ressorts classiques brodant autour du crime organisé ou dans leurs explorations des zones grises de la morale (« La fin justifie-t-elle les moyens ?» : vous avez sept heures), les digressions narratives  s’éloignent des clichés en abordant plus sobrement, quoique (trop) allusivement, le deuil qui unit Michael et Adam et leur difficulté à se reconstruire émotionnellement. Trop diluée par le format, la conduite du récit est au diapason de la mise en scène : pas déplaisante, mais un rien fade, manquant d’acidité, d’audace, de singularité, d’une aspérité qui l’extraie de l’ordinaire pour faire honneur à un acteur extra-ordinaire.  Malgré la présence magnétique de Cranston, Your Honor peine ainsi à tenir la distance, même si la tension se fait plus sensible au fil des épisodes. Un comble ironique : Michael Desiato, à ses heures perdues, s’entraîne pour le marathon…

Série écrite par Peter Moffat. Avec Bryan Cranston, Hunter Doohan, Michael Stuhlbarg, Hope Davis. Diffusion à partir du 28 janvier sur Canal

La bande-annonce de Your Honor

Articles associés

Recommandé pour vous