Pop Culture

Christelle Kocher : "Tout ce qui peut rendre les femmes plus fortes est important"

Pour la Coupe du monde de football féminin du 7 juin au 7 juillet, Nike a demandé à quatre créatrices –Yoon Ahn,Christelle Kocher, Erin Magee et Marine Serre – de revisiter le maillot de foot ainsi qu‘une brassière. Jalouse célèbre cette collection à travers quatre athlètes internationales : Marie-Antoinette Katoto, Katarina Johnson-Thompson, Zeina Nassar et Nafissatou Thiam. Cette capsule sera la star de l’été.
Reading time 4 minutes

Diplômée de Central Saint Martins, la créatrice française Christelle Kocher se partage entre sa marque streetwear-couture éponyme et la direction artistique du plumassier Lemarié. Pour cette collaboration, elle revisite le maillot de foot autour du corps féminin à travers une robe asymétrique.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours mode, de Martine Sit- bon à Bottega Veneta jusqu’au lancement de votre marque éponyme en 2014 ?
Après Central Saint Martins à Londres, j'ai travaillé pour Armani, Martine Sitbon, Chloé, Dries Van Noten et Bottega Veneta. Travailler dans ces maisons prestigieuses a été une excel- lente école pour moi. En 2010, j’ai pris la direction artistique de la maison d’art Lemarié, qui appartient à Chanel. Et en 2015, j’ai créé ma propre marque Koché. Aujourd’hui, je partage mon temps entre Koché et Lemarié.

Votre mode a un ADN urbain/ streetwear avec un savoir-faire couture, pouvez-nous expliquer ce mélange des genres qui est votre signature?
Mon parcours m’a permis de dé- velopper un savoir-faire couture qui me passionne. J’adore travailler avec les artisans qui ont un talent incroyable. Pour autant, je pense que la mode s’enrichit du mélange des genres. J’aime l’idée d’utiliser des designs am- bitieux ou des techniques artisanales, mais de les proposer dans un esprit plus casual, pour des pièces plus streetwear.

Après le PSG, c’est avec Nike que vous venez de réaliser cette nouvelle
collaboration, parlez-nous de cette rencontre...

Je fais du sport quasi quotidiennement et je connais très bien les produits Nike. Je me suis toujours demandé comment je pourrais twister des produits conçus pour la performance et les rendre plus féminins. Quand Nike m’a contactée, j’ai su que c’était l’occasion parfaite! Travailler avec Nike est très agréable. Bien sûr l’organisation n’a rien à voir avec ma propre marque, mais j’ai eu la chance de passer plusieurs jours à Portland avec les équipes, et l’ambiance était incroyable. J’ai ressenti le même esprit entrepre- neurial et un grand enthousiasme autour de cette collaboration.

Quel fut votre premier souvenir mode avec Nike?
Nike est très présente dans ma garde-robe depuis des années. Plus jeune, j’étais en sport-études, je partageais mon temps entre l’école et les entraînements. J’ai joué au handball au niveau national en junior. J’ai toujours associé Nike à la performance et c’est toujours le cas. J’ai vu le potentiel stylistique dans un second temps. Je suis une grande fan de l’Air Max que je porte régulièrement.

Quel a été votre moodboard sur cette collaboration? Avez-vous eu carte blanche ?
J’étais très libre. L’idée de faire une robe est venue vite. Je voulais reconstruire le maillot de foot autour du corps féminin. Faire un T-shirt aurait été trop évident. Cette robe donne l’idée de mouvement. Je voulais une pièce qui reflète l’énergie des sportives et qui reprenne les codes du sport, en les enrichissant de détails très féminins comme la dentelle. J’ai aussi repris les motifs des maillots de foot et leurs couleurs vives.

Cette collection sort à l’occasion de la Coupe du monde féminine de football, êtes-vous une fan ?
Oui ! Mon père était ami avec Arsène Wenger, le coach mythique d’Arsenal, nous étions voisins en Alsace. J’ai toujours baigné dans une culture sportive très forte. Je suis très heureuse à l’idée d’aller voir ces matchs en France !

L’ouverture du monde du sport envers les femmes avec cette Coupe du monde de football féminine, pour une fois médiatisée, montre que le monde change... Êtes-vous une créatrice engagée?
Tout ce qui peut rendre les femmes plus fortes et confiantes est important. Le sport, comme la mode, peut aider les femmes à se sentir plus powerful. Il ne s’agit pas forcément de changer le monde mais de contribuer, chacune et chacun à notre échelle, à faire en sorte qu’il soit plus ouvert, respectueux et positif.

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous