People

#tbt : Jerry Hall et Mick Jagger

by François Blet
14.06.2017
Il a longtemps dit qu’il ne pouvait pas obtenir satisfaction, et tout le monde pensait que ça n’était qu’un refrain. Tout le monde, sauf elle, sa bonne amie pendant plus de vingt-deux ans. Flash-back.

Photographie par Lynn Goldsmith/Getty Images

a.jpg
Mick Jagger et Jerry Hall en 1980.

Les lois de l’attratcion 

En 1980, c’est la fête, et pas uniquement la foraine. Jerry et Mick, divorcé de Bianca, peuvent enfin vivre au grand jour un amour éclos quatre ans plus tôt autour de la table de ping-pong de Bryan Ferry. Il a 37 ans et vit sa seconde jeunesse, elle en a 24 et poursuit la première. Naïve, la belle Texane ne se doute pas encore qu’elle pourrait bien être un jour l’une des cibles à tamponner. Si le womanizer est libéré-délivré, il n’a jamais dit qu’il ne mentirait plus jamais.

Predator 

De loin, tout va bien. Mais après avoir passé dix ans à remplir son livret de famille ou vider des charentaises pleines de sable tropical, le couple traverse, à la fin des années 80, une première crise. Si Jerry a réussi à bouter l’héroïne hors de la vie de Mick en lui assurant que cela finirait par l’enlaidir, elle ne parvient pas à empêcher les plus grosses lèvres du showbiz de se poser sur 89 % des filles qui croisent sa route. Or, celle des Stones n’est pas vraiment une départementale.

Drop the Mick 

C’est en 1999, neuf ans après un mariage désespéré à Bali, que Jerry arrête les frais. Exilé fiscal et sexuel, Mick a raté la naissance de leur quatrième enfant mais découvre qu’il est le père du fils de Luciana Gimenez Morad, le mannequin brésilien. It’s the goutte d’eau. Pour ne pas avoir à divorcer, Jagger fait tout simplement invalider le mariage balinais par ses avocats. La fête est finie, la chasse à la queue du Mickey aussi.

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous