Joaillerie

À chaque pierre sa chanson

Qu’elles soient précieuses ou non, les plus belles pierres sont un véritable objet de fascination et de grands classiques de l’histoire de la musique s’en sont inspirées, parfois inconsciemment. À chacune sa chanson.
Reading time 8 minutes

Le Diamant

130 BPM

At Les, de Carl Craig (1997)

Cette ritournelle synthétique de haute voltige signée Carl Craig est un des plus grands classiques de la scène techno de Détroit. Beat cristallin, mélodie blanche, arrangements épiques et son d’une rare pureté : on pourrait dire que cette piste de l’album More Songs About Food and Revolutionary Art est le diamant de la discographie de Carl Craig, deux ans seulement après la parution de son premier opus. Il l’a réinterprété à la sauce jazz expérimental sur son disque Programmed. 

Le Rubis

60 BPM 

Red House, de Jimi Hendrix (1969)

Par sa teinte rouge, le rubis est synonyme de force, de feu, d’amour, de sang. Et de Jimi Hendrix, guitar hero qui brûlait son instrument quand il ne l’embrassait pas fougueusement. Évoquant la couleur de la maison de sa dulcinée, Red House brille du blues langoureux d’un cow-boy solitaire : “Cause if my baby don’t love me no more, I know her sister will !” (“Car si mon bébé ne m’aime plus, je sais que sa soeur, elle, m’aimera !”). Et, en effet, qui pouvait résister à l’incandescent Hendrix ?

L'Opale

112 BPM

Sexy Boy, d’Air (1998)

Un chant au vocodeur, des paroles ultra-poétiques, des sous-entendus gay friendly et une mélodie étoilée : alors considéré comme un ovni dans le paysage musical français, le morceau Sexy Boy nous emmène dans un Moon Safari, celui de l’album de Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel. Avec ce titre pilier de la French Touch, Air est sorti de l’underground pour investir la légende de la pop music dans ce qu’elle propose de plus pur et de plus éthéré. La tête dans des nuages couleur opale…

Le Saphir

130 BPM

Blue Moon, d’Elvis Presley (1956)

Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Frank Sinatra ou encore Chris Isaak ont repris ce standard américain des années 1930, mais la version d’Elvis reste celle qui donne le plus de frissons. Caverneuse, mélancolique, mais aussi d’une grâce quasi divine, elle évoque le saphir, pierre talisman à la couleur profonde rappelant le ciel nocturne… et souvent portée par des hommes de foi. Un bleu respectable marié malgré lui au rock’n’roll scandaleux du King, jadis décrié par les conservateurs au nom de la morale religieuse.

L'Émeraude

120 BPM

Toxic, de Yael naim (2007)

La couleur verte a longtemps été associée aux poisons et aux maléfices – tous deux au coeur du tube électro-groovy de Britney Spears, Toxic. Déjà ultra-efficace, il a gagné en élégance lorsque la chanteuse franco-israélienne Yael Naim se l’est approprié, avec sa voix de louve rehaussée d’une orchestration décalée, éthérée et tendance jazzy. Aussi sexy et vénéneuse que l’originale, d’une couleur aussi profonde que l’émeraude : “With the taste of your lips I’m on a ride” (“Avec le goût de tes lèvres, je plane”), comme le susurre Yael Naim…

L'Onyx

109 BPM

You Want It Darker, de Leonard Cohen (2016)

Avec son quatorzième album studio, You Want It Darker, Leonard Cohen a prouvé à 82 ans qu’il maîtrisait encore parfaitement l’art du songwriting. Le premier morceau éponyme s’impose comme l’un des grands classiques du chanteur canadien. Sublime mélodie, groove minimal, voix sépulcrale et choeurs assurés par la chorale d’une synagogue… De toute beauté malgré des paroles mystiques annonçant l’approche de la mort : “I’m ready, my lord” (“Je suis prêt, Seigneur”). Testament que la disparition du chanteur, quelques semaines après la sortie de l’album, rend encore plus émouvant.

La Turquoise

97 BPM

Turquoise, de Joan Baez (1967)

De l’amour naissent souvent les plus belles chansons : “Your smile beams like sunlight/On a gull’s wing” (“Ton sourire rayonne comme la lumière du soleil sur l’aile d’une mouette”)… En 1965, Donovan écrit ces mots d’amour à la belle Joan Baez, alors en deuil de sa relation avec Bob Dylan. Deux ans plus tard, elle reprend ce morceau sorti dans une certaine indifférence au Royaume-Uni et se l’approprie entièrement. L’Amérique tombe sous le charme. Et Turquoise, pierre réputée favoriser les sentiments amoureux, devint un des plus jolis hymnes folk.

Le Quartz rose

116 BPM

À bouche que veux-tu, de Brigitte (2014)

Le quartz rose est associé à l’amour, la confiance en soi et la séduction. Pour toutes ces raisons, il nous rappelle aussi les belles heures du disco, époque Studio 54 et autres clubs new-yorkais où l’on dansait jusqu’au bout de la nuit en embrassant son prochain. C’est cette sensualité débridée que chantent Aurélie Saada et Sylvie Hoarau, duo féminin de Brigitte, avec À bouche que veux-tu. Scintillant, poudré et suggestif, le morceau nous donne envie de tomber amoureux sous les stroboscopes.

L'Améthyste

56 BPM

Purple Rain, de Prince (1984)

Dans l’Antiquité, l’améthyste était réputée pour protéger de l’ivresse : le mot grec amethystos signifie “qui n’est pas ivre”. Mission ratée avec le titre le plus emblématique du Kid de Minneapolis, disparu le 21 avril 2016, qui lui a permis de s’imposer face à Michael Jackson. En entendant la guitare électrique résonner, puis la voix de Prince chanter “I only wanted to see you/Bathing in the purple rain” (“Je voulais seulement te voir te baigner dans la pluie pourpre”), le monde entier a succombé au charme d’une chanson à la fois pop, soul et rock’n’roll. À la mort du chanteur, des monuments du monde entier revêtirent la couleur violette en son hommage.

La Topaze jaune

122 BPM

Miami Logic, de Metronomy (2016)

Basse omniprésente, synthétiseurs sous influence eighties, rythmes funky à souhait… Qu’importe si les paroles n’ont ni queue ni tête. Avec Miami Logic, on se retrouve instantanément sur une plage de Floride. Sous le soleil exactement, et sur le sable rappelant  la topaze jaune. Derrière Metronomy, l’homme-orchestre anglais Joseph Mount. Depuis son premier album, il n’a de cesse de chercher la lumière via un prisme électro-pop multi-facettes. Grâce à Summer 08, il l’a bel et bien trouvée. Let the sunshine in…

Articles associés

Recommandé pour vous