Joaillerie

Quelle parure porter pour monter les marches ?

by Hervé Dewintre
19.04.2017
À partir d'un unique et rarissime diamant, la maison Chopard a réalisé la plus précieuse parure jamais sortie de ses ateliers de haute joaillerie. Exploration d'un tour de force taillé pour l'éternité.
img7-2.jpg

20 % d’épopée

C’est d’abord l’histoire d’une quête insensée. Un voyage dans les entrailles de la Terre, qui a permis, au Botswana, la découverte ultime, Graal de toute maison de haute joaillerie : un diamant d’un poids prodigieux (342 carats), qui conjugue une couleur D (la plus belle) et une pureté parfaite, de grade F (Flawless).

20 % d’extase

L’âme de la joaillerie Chopard, c’est Caroline Scheufele. La coprésidente de la maison genevoise s’est immédiatement rendue sur place, dans la mine à ciel ouvert de Karowe, pour aller à la rencontre de ce prodige. Coup de foudre : “L’émotion et l’énergie qui émanent de cette pierre sont sans pareilles.” Elle la baptise Queen of Kalahari et supervise personnellement chaque étape de son parcours.

20 % d’audace

Une pierre aussi remarquable ne se traite pas comme un trophée. “Nous voulions au contraire lui offrir un destin à sa mesure.” Queen of Kalahari a ainsi donné naissance à un ensemble de vingt-trois diamants – dont cinq ont une taille supérieure à vingt carats. Ils composent désormais les six fabuleux bijoux de la collection baptisée “Jardin de Kalahari”.

20 % de résonance

Fidèle à l’esprit ludique de la maison, Caroline Scheufele a développé un jeu délicat de métaphores bucoliques autour des cinq diamants les plus imposants : une taille cœur de vingt-six  carats se métamorphose en pensée, une taille émeraude de vingt et un  carats campe une fleur de bananier, une taille coussin s’épanouit en coquelicot. La collection à elle seule représente près d’une année de travail.

20 % de chef-d’œuvre

La pièce maîtresse de cette collection – le “Joyau de Kalahari” – est un collier de lumière qui se décline en quatre options grâce à des mécanismes invisibles pour devenir, au gré des envies, un tour du cou, ennobli ou non d’une fleur, qui peut ellemême être ornée de trois pendants. Un exploit rendu possible grâce à la présence dans le même atelier de plus de trente métiers d’artisanat différents.

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous